Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommet
Le chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Charles Joseph Clark

Déclaration, le 13 décembre 1979


Les partis d'opposition ont décidé de bouleverser les affaires de l'État. Ce n'est pas nous qui l'avons décidé; ce que nous voulions, c'était vous servir en gouvernant le pays.

Mais la décision a été rendue par les libéraux et le NPD. Naturellement, je me dois de l'accepter. Je vais me rendre chez le gouverneur général demain matin.

Il y a à peine six mois, les Canadiens ont changé de gouvernement parce qu'ils voulaient changer l'orientation de notre pays. Par leur geste ce soir, les partis de l'opposition disent qu'ils rejettent la décision des Canadiens.

Le budget présenté mardi soir par le ministre des Finances et rejeté ce soir par les libéraux et le NPD reflétait la décision des Canadiens. Il offrait un changement fondamental dans l'orientation tant de la politique économique que de la politique énergétique du Canada.

Les Canadiens sont tous au courant du fouillis économique dont nous avons hérité ­ du déficit budgétaire le plus élevé de notre histoire et du pire déficit au chapitre des échanges internationaux parmi les nations occidentales. Le budget s'attaquait précisément et honnêtement à ces problèmes. La litanie des déficits très élevés engendrés par le gouvernement Trudeau a mené à des taux d'inflation et de chômage plus élevés. Notre budget visait à réduire le déficit afin d'abaisser les taux d'intérêt, libérer des fonds pour que le secteur privé puisse créer des emplois et mettre fin à la croyance que le gouvernement national pouvait continuellement dépenser plus d'argent sans une augmentation de ses revenus.

Notre budget offrait de nouveaux avantages fiscaux importants pour les Canadiens à revenu modeste et moyen, aux épouses qui travaillent, aux agriculteurs, aux pêcheurs, aux petites entreprises et aux régions moins développées de notre pays. Il est maintenant évident qu'il n'est plus possible de donner à ces avantages force de loi. Il n'est pas non plus possible de permettre aux trois millions et demi de ménages canadiens qui possèdent des maisons et aux milliers d'autres Canadiens qui voudraient être propriétaires de pouvoir bénéficier de notre déduction pour l'intérêt hypothécaire et l'impôt foncier.

Nous avons hérité d'une situation énergétique en vertu de laquelle de plus en plus de Canadiens dépendaient de plus en plus du pétrole provenant des sources étrangères pour alimenter leur automobile et chauffer leur maison. Et ça, dans un pays dont le potentiel énergétique est pratiquement le plus enviable du monde. Nous avions la ferme intention de changer cette situation en offrant, pour la première fois, une politique énergétique nationale globale pour le Canada. Notre but était de faire du Canada un pays auto-suffisant en énergie au cours de la prochaine décennie ­ pour assurer que d'ici dix ans, chaque Canadien pourra se fier à des ressources canadiennes pour satisfaire ses besoins en énergie. Cette politique est la bonne; les Canadiens n'ont qu'à regarder la télévision tous les soirs pour voir jusqu'à quel point il est dangereux et imprudent de se fier aux sources de pétrole étrangères sur lesquelles nous n'avons aucun contrôle. Notre effort en vue de concrétiser cette politique essentielle pour le Canada est maintenant bloqué pour des raisons partisanes.

Il en va de même dans le cas de notre effort pour renouveler notre régime fédéral. Depuis que nous formons le gouvernement, nous avons posé des gestes concrets pour montrer aux Québécois, et de fait à tous les Canadiens, qu'il existe un choix véritable entre le status quo qui est inacceptable et les options inacceptables comme la souveraineté-association. A cause du geste posé ce soir par les libéraux et les néo-démocrates, nous n'avons pas le choix, nous devons annuler la conférence des premiers ministres de la semaine prochaine, la conférence nationale du mois prochain concernant le développement économique et d'autres projets que nous avions fait afin de montrer qu'il y a mieux que le fédéralisme "à coup de menaces".

Mes collègues et moi souhaitions vraiment que ce trente-et-unième Parlement serve les Canadiens. Un des premiers gestes que nous avons posé était de présenter d'autres propositions en vue d'une réforme parlementaire, y compris un projet de loi sur l'accès à l'information, de sorte que les députés de tous les partis de la Chambre puissent mieux vous servir.

Malheureusement, dès le premier jour, les partis d'opposition se sont montrès nullement intéressés à faire fonctionner le Parlement. En fait, il se sont systématiquement opposés à la bonne marche des travaux. Aujourd'hui, ils les ont complètement interrompus.

Les partis d'opposition refusent de permettre à ce Parlement minoritaire de fonctionner. J'ai toujours la ferme intention de remplir le mandat que les Canadiens nous ont donné en mai dernier. Je veux consacrer mes énergies à gouverner le Canada.


Retour au haut de la page

Source : Clark, Charles Joseph. Déclaration du très Honorable Joe Clark, Premier ministre. Ottawa : Cabinet du Premier ministre, 1979. 4 p.


précédentsuivant

Divulgation proactive