Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - À notre sujet

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Rapport financier trimestriel

Rapport financier trimestriel - Pour le trimestre terminé le 30 septembre 2011

Compte rendu soulignant les résultats, les risques et les changements importants quant au fonctionnement, au personnel et aux programmes

1. Introduction

Ce rapport trimestriel a été préparé par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) tel qu'exigé par l'article 65.1 de la Loi sur la gestion des finances publiques, et selon les modalités prescrites par le Conseil du Trésor. Ce rapport trimestriel devrait être lu de concert avec le Budget principal des dépenses de 2011-2012 et le Budget supplémentaire des dépenses (A).

Ce rapport trimestriel n'a pas fait l'objet d'une vérification externe ou d'un examen.

  • 1.1 Mandat de Bibliothèque et Archives Canada

    Bibliothèque et Archives Canada est une organisation ministérielle qui relève du ministère du Patrimoine canadien. Créée en 2004 lors de l'entrée en vigueur de la Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada, son mandat est de :

    • préserver le patrimoine documentaire pour les générations présentes et futures;
    • être une source de savoir permanent accessible à tous, qui contribue à l'épanouissement culturel, social et économique de la société libre et démocratique que constitue le Canada;
    • faciliter au Canada la concertation des divers milieux intéressés à l'acquisition, à la préservation et à la diffusion du savoir;
    • servir de mémoire permanente de l'administration fédérale et de ses institutions.
  • 1.2 Méthode de présentation du rapport

    Ce rapport trimestriel a été préparé par BAC en utilisant une comptabilité axée sur les dépenses. L'état des autorisations joint à ce rapport inclut les autorisations de dépenser de BAC accordées par le Parlement et utilisées par le ministère, de manière cohérente avec le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (A) pour l'exercice 2011-2012. Ce rapport financier trimestriel a été préparé en utilisant un référentiel à usage particulier conçu pour répondre aux besoins d'information financière à l'égard de l'utilisation des autorisations de dépenser.

    Le gouvernement ne peut dépenser sans l'autorisation préalable du Parlement. Les autorisations sont accordées par l'entremise de lois de crédits, sous forme de limites annuelles, ou par l'entremise de lois sous forme de pouvoirs législatifs de dépenser à des fins déterminées.

    Lorsque le Parlement est dissous pour la tenue d'une élection générale, l'article 30 de la Loi sur la gestion des finances publiques autorise le gouverneur général, sous certaines conditions, à émettre un mandat spécial autorisant le gouvernement à retirer des fonds du Trésor. Un mandat spécial est considéré comme un crédit relatif à l'exercice au cours duquel il a été établi.

    Le ministère utilise la méthode de la comptabilité d'exercice intégrale pour la préparation de ses états financiers annuels qui font partie du processus de rapport sur le rendement ministériel. Toutefois, les pouvoirs de dépenser votés par le Parlement sont encore en fonction d'une comptabilité axée sur les dépenses.

2. Faits saillants des résultats financiers trimestriels et cumulatifs

  • 2.1 État des autorisations

    Le financement de base de BAC est demeuré stable au cours des quatre dernières années s'élevant à environ 100 millions de dollars par exercice financier. Il est vrai que nous avons connu un accroissement de notre financement permanent pour répondre, notamment, à l'augmentation de notre charge de travail résultant de l'entrée en vigueur de la Loi fédérale sur la responsabilité et au financement relatif aux négociations collectives. Cependant, nous avons en contrepartie contribué de façon équivalente et permanente aux initiatives gouvernementales telles que l'exercice de revue stratégique visant à réaffecter les ressources à des priorités plus élevées du gouvernement, ce qui explique pourquoi notre financement permanent est demeuré au même niveau. En plus de son financement de base, BAC a reçu au cours des derniers exercices financiers, du financement pour des projets temporaires ce qui explique que ses crédits disponibles totaux en date du 30 septembre, étaient 125,702 millions de dollars en 2010-2011 et 116,723 millions en 2011-2012.

    La diminution globale nette de 8,98 millions de dollars entre les crédits totaux disponibles des deux exercices financiers présentés dans l'état des autorisations ci-joint, est principalement attribuable à ce qui suit :

    • une hausse de 1,2 million de dollars pour la transformation du bien immobilier situé à Gatineau (Québec) en tant qu'installation pour l'entreposage de collections avec rayonnages à haute densité;
    • une hausse de 539 mille dollars pour les Régimes d'avantages sociaux des employés (Postes législatifs);
    • une diminution de 6,4 millions de dollars résultant de la conclusion de la construction d'une installation pour la préservation des documents du patrimoine documentaire du Canada à base de cellulose de nitrate;
    • une diminution de 1,6 million de dollars résultant de la conclusion de la modernisation des laboratoires fédéraux (poste horizontal) (budget fédéral de 2009);
    • une diminution de 1,07 million de dollars reçu comme report du budget de fonctionnement;
    • une diminution de 901,8 mille dollars due aux mesures de limitations des coûts (budget fédéral de 2010); et
    • une diminution de 445.8 mille dollars reliée au transfert de Patrimoine canadien pour des activités d'acquisition et de conservation du film sous la composante de préservation et d'accès dans la Politique canadienne du long métrage qui a été accordée Budget supplémentaire des dépenses (A) pour l'exercice 2010-2011 mais sera soumise pour approbation dans le Budget supplémentaire des dépenses (B) pour l'exercice 2011-2012.

2.2 État des dépenses ministérielles budgétaires par article courant

Les cumuls des crédits utilisés au 30 septembre 2011 sont comparables à l'exercice précédent pour la même période. Par contre, on note un écart significatif au niveau des dépenses de « personnel ». Cette augmentation de 6,1 millions de dollars (soit 39,869 millions de dollars en 2010-2011 et 45,989 millions en 2011-2012) est principalement expliquée par :

  • une augmentation de 4,3 millions de dollars pour des montants payés aux employés de BAC relativement à l'entente de principe sur l'indemnité de départ lors du renouvellement de leurs conventions collectives et;
  • une augmentation de 1,8 million de dollars de dépenses principalement expliquée par les hausses de rémunération et de salaires découlant des conventions collectives négociées ainsi que pour des dépenses salariales pour l'embauche d'employés temporaires au sein de BAC.

3. Risques et incertitudes

Le mandat de BAC et les résultats stratégiques présentent quatre risques stratégiques : le risque de ne pas acquérir le patrimoine documentaire essentiel, le risque que ce patrimoine ne soit pas conservé pour les générations futures, le risque que ce patrimoine ne soit pas accessible à la population et enfin, le risque que les ressources d'information du gouvernement ne soient pas gérées adéquatement. Un autre risque opérationnel est que, suite à l'émergence des nouvelles technologies, BAC fait face à une surabondance du patrimoine documentaire canadien. La modernisation initiée par BAC en 2009 constitue une réponse à ces risques stratégiques par laquelle BAC examinera tous les aspects de ses activités en vue d'instaurer une orientation politique précise, une gouvernance efficace et une prise de décision éclairée.

BAC est financé principalement au moyen d'autorisations parlementaires pour ses dépenses de fonctionnement, ses dépenses en capital et ses dépenses de subventions et contributions. BAC est également financé partiellement à l'aide de types de revenus disponibles particuliers. Par contre, le montant de ces recettes est négligeable.

Ce rapport financier trimestriel (RFT) reflète les résultats de l'exercice courant, en relation avec le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (A), pour lequel la totalité des crédits a été octroyée le 27 juin 2011.

Dans le Budget 2010, il a été annoncé que les budgets de fonctionnement des ministères, seraient bloqués aux niveaux de 2010-2011 pour les années 2011-2012 et 2012-2013. Considérant que les dépenses les plus importantes de BAC se situent au niveau de son personnel, soit 83% de l'ensemble de son budget d'opérations total, cette annonce à l'effet que les ministères ne recevraient pas de fonds pour les hausses de rémunération et de salaires de 2010-2011 à 2012-2013 découlant des conventions collectives négociées, a un impact important sur l'utilisation du crédit de fonctionnement de BAC. Par conséquent, comme BAC doit payer les hausses salariales de ses employés, l'organisation doit utiliser une partie de son crédit de fonctionnement pour financer ces hausses. BAC estime l'impact de cette initiative pangouvernementale à un montant d'environ 1 million de dollars par an et ce, de façon cumulative au cours des prochaines années.

L'initiative de modernisation permettra à BAC d'examiner et de mettre en œuvre des processus novateurs et réalistes pour réaliser son mandat d'évaluer et acquérir le patrimoine documentaire peu importe le format, le préserver et en assurer l'accès. De concert avec cette initiative, BAC a mis en œuvre une initiative de planification stratégique de réalignement de ses ressources pour répondre à son mandat et aux défis posés par l'émergence du numérique, c'est-à-dire que BAC travaille actuellement à établir des façons innovatrices d'allocation stratégique de ses ressources en planifiant ses investissements afin d'atteindre ses objectifs de modernisation. La stratégie qu'elle prévoit adopter tiendra compte du contexte démographique et économique de l'organisation et saura tirer profit des nouvelles façons de procéder, entre autres par la voie d'ententes de partenariat.

4. Changements importants quant au fonctionnement, au personnel et aux programmes

L'institution dans son initiative de modernisation, favorise de plus en plus la prestation de services numériques et de programmes virtuels afin de desservir l'ensemble des canadiens. Ainsi, BAC actualise présentement sa structure organisationnelle afin de mieux répondre à l'environnement numérique du XXIe siècle et appuyer la réalisation de ses priorités stratégiques.

5. Approbation des cadres supérieurs

Approuvé par :

 

__________________________________________________________________
Daniel J. Caron, Ph. D.
 Administrateur général et Bibliothécaire et archiviste du Canada
Le 25 novembre 2011

 

__________________________________________
Mark C. Melanson, CGA
Dirigeant principal des finances
Le 24 novembre 2011

État des autorisations (non vérifié)
(en dollars)
  Exercice 2011-2012 Exercice 2010-2011
Crédits totaux disponibles pour l'exercice se terminant le 31 mars 2012 * Crédits utilisés pour le trimestre terminé
  le 30 septembre 2011
Cumul des crédits utilisés à la fin du trimestre Crédits totaux disponibles pour l'exercice se terminant le 31 mars 2011 * Crédits utilisés pour le trimestre terminé
  le 30 septembre 2010
Cumul des crédits utilisés à la fin du trimestre
Crédit 50 - Dépenses nettes de fonctionnement 94 493 147 27 595 241 49 039 528 102 222 434 22 453 340 41 689 246
Crédit 55 - Dépenses en capital 10 350 000 0 0 11 997 971 997 550 1 019 748
Autorisations législatives et budgétaires - Contributions aux régimes d'avantages sociaux des employés et dépenses des produits de la vente de biens excédentaires de l'État 11 880 352 2 938 666 5 877 333 11 481 642 2 823 615 5 627 649
Autorisations budgétaires totales 116 723 499 30 533 907 54 916 861 125 702 047 26 274 504 48 336 642
Autorisations non-budgétaires 0 0 0 0 0 0
Autorisations totales 116 723 499 30 533 907 54 916 861 125 702 047 26 274 504 48 336 642

* N'inclut que les Autorisations disponibles pour l'exercice et accordées par le Parlement à la fin du trimestre.


Dépenses ministérielles budgétaires par article courant (non vérifié)
(en dollars)
  Exercice 2011-2012 Exercice 2010-2011
Dépenses prévues pour l'exercice se terminant le 31 mars 2012  * Dépensées durant le trimestre terminé
le 30 septembre 2011
Cumul des crédits utilisés à la fin du trimestre Dépenses prévues pour l'exercice se terminant le 31 mars 2011  * Dépensées durant le trimestre terminé
le 30 septembre 2011
Cumul des crédits utilisés à la fin du trimestre
Dépenses :
Personnel 77 058 364 24 269 501 45 989 242 77 193 397 20 938 288 39 869 898
Transports et communications 2 772 701 592 792 935 702 3 209 834 664 554 1 109 401
Information 888 017 35 547 41 726 1 175 463 34 258 51 470
Services professionnels et spéciaux 13 304 891 2 256 717 3 342 528 15 431 136 1 903 326 3 242 328
Location 2 097 457 649 575 1 318 169 1 999 992 328 366 973 322
Services de réparation et d'entretien 2 420 109 271 287 442 036 3 706 181 381 778 555 875
Services publics, fournitures et approvisionnements 3 463 201 382 992 598 308 4 669 971 288 135 462 962
Acquisition de terrains, de bâtiments et ouvrages 10 350 000 0 0 11 997 971 0 0
Acquisition de matériel et d’outillage 3 172 759 513 714 600 947 5 122 102 703 409 880 981
Paiements de transfert 1 746 000 1 168 128 1 168 128 1 746 000 1 080 733 1 080 733
Autres subventions et paiements 0 471 527 653 475 0 37 398 275 252
Dépenses budgétaires brutes totales 117 273 499 30 611 780 55 090 261 126 252 047 26 360 245 48 502 222
Moins les revenus affectés aux dépenses :            
Recettes à valoir sur le crédit 550 000 77 873 173 400 550 000 85 741 165 580
 
Total des revenus affectés aux dépenses 550 000 77 873 173 400 550 000 85 741 165 580
Dépenses budgétaires nettes totales 116 723 499 30 533 907 54 916 861 125 702 047 26 274 504 48 336 642

* N'inclut que les Autorisations disponibles pour l'exercice et accordées par le Parlement à la fin du trimestre.

Rapport financier trimestriel