Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Image de deux anneaux d'alliance en or ARCHIVÉE - Oui, je le veux. L'amour et le mariage au Canada du XIXe siècle

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Les fréquentations

Conversations intimes

On pourrait croire que pour écrire sur l'amour et le mariage dans le Canada du 19e siècle, il suffit de fouiller dans les documents - les journaux intimes et les lettres d'amour. Ce n'est toutefois pas si simple.

Nous possédons des mines de renseignements au sujet de la vie des familles de classe moyenne du Haut-Canada et du Bas-Canada, toutefois, la plupart ne sont pas de nature très personnelle.

Extrait du journal d'Amédée Papineau mentionnant Mary Westcott. Jeudi 5 février 1846. Microfilm, volume 35, p. 43.
Source

Extrait du journal d'Amédée Papineau mentionnant Mary Westcott. Jeudi 5 février 1846. Microfilm, volume 35, p. 43.
[PDF 297.96 Ko]

Les lettres constituaient une part importante de la vie quotidienne, permettant aux amis et aux membres de la famille de rester en contact les uns avec les autres. Mais, souvent, ces lettres n'ont pas été conservées. Celles dont nous disposons traitent de sujets pratiques (d'affaires, de courses ou de nouvelles de la famille) et non de sujets de nature affective. Même chose pour les journaux intimes : on y consignait les événements de la vie quotidienne, sans faire appel aux émotions. Après tout, l'époque en était une de pudeur.

Frances Tweedie écrivit dans son journal le 18 juillet 1868 : [traduction] « Passé la soirée dehors, seule avec W. Rentrée à deux heures, étranges émotions cette nuit. La chaleur est étouffante, un vent léger. Hannah est partie d'un coup dans la matinée, a gardé le lit tout l'après-midi. Une journée bizarre en somme. » De ces quelques mots, il serait difficile de deviner qu'il s'agissait en fait de la journée où a eu lieu ses fiançailles avec le frère d'Hannah, William Milne (Noël, p. 27).

 

Illustration intitulée « The Love Letter » (« La lettre d'amour ») , CANADIAN ILLUSTRATED NEWS, 23 janvier 1875, vol. 11, no 4, p. 61. Document 1752.

Source

« The Love Letter » (« La lettre d'amour »), Canadian Illustrated News, 23 janvier 1875, vol. 11, no 4, p. 61. Document 1752.

Illustration intitulée « The Love Letter » (« La lettre d'amour »), CANADIAN ILLUSTRATED NEWS, 5 mai 1877, vol. 15, no 18, p. 285. Document 3294.

Source

« The Love Letter » (« La lettre d'amour »), Canadian Illustrated News, 5 mai 1877, vol. 15, no 18, p. 285. Document 3294.

Comme la plupart des couples qui se fréquentaient provenaient du même petit groupe social, ils n'avaient habituellement pas besoin de s'écrire et ne nous ont donc pas laissé de documents d'archives. Il y avait toutefois des exceptions. En 1831, Robert Hoyle, assis auprès d'Eliza Nye, lui remit une brève note officielle lui demandant la permission de demander sa main :

[traduction]
« Chère Madame, nourrissant une opinion des plus exaltées de votre caractère et de votre valeur, je désirerais vous demander si vous êtes libre et disposée à m'entendre vous entretenir de mariage. Je suis, chère Madame, avec tout votre respect votre humble et dévoué serviteur, R. Boyle » (Noël, p. 25).

Eliza lui remit une réponse favorable, mais tout aussi cérémonieuse :

[traduction]
« Cher Monsieur, je suis libre et point indisposée à écouter quelqu'un, que je porte en aussi haute estime que vous, m'entretenir du sujet qu'il lui plaira. Avec tout mon respect, Eliza K. Nye » (Noël, p. 25).

Amédée Papineau écrivit dans son journal sa joie d'apprendre que sa bien-aimée, Mary Westcott, avait changé d'avis et l'acceptait comme prétendant déclaré. Tout ceci exprimé en deux phrases brèves, comme l'illustre les images d'accompagnement. Son journal ne fait aucune mention du jour de leurs fiançailles.

Extrait du journal d'Amédée Papineau mentionnant Mary Westcott. Mardi 6 mai 1845. Microfilm, volume 35, p. 5.
Source

Extrait du journal d'Amédée Papineau mentionnant Mary Westcott. Mardi 6 mai 1845. Microfilm, volume 35, p. 5.
[PDF 309.38 Ko]

Malgré tout, il arrive parfois que des émotions profondes transparaissent. James Westcott, le père de Mary, écrivit à Amédée une lettre passionnée dans laquelle il exprime son profond désarroi de perdre sa fille - le seul enfant qu'il lui reste - au profit du mariage. De plus, à certains moments, dans les lettres de Mary, des émotions profondes transparaissent. Sa première lettre à Amédée après leurs fiançailles pourrait très bien s'intituler « Attention, contenu sous pression! ».

[Traduction]
La dernière fois que je vous écrivis une lettre, mon cher ami, j'étais chez-moi - oh, il y a de cela il me semble tellement longtemps! Mais, oh! comme je me rappelle bien de chaque instant de cette heure affligeante; la tête meurtrie et les mains tremblantes, je m'efforçais de vous dire que j'étais changée. J'avais l'impression que mon esprit était anéanti; ni orgueil ni espoir ne pouvaient lutter contre la conviction désespérée qui m'opprimait. Je croyais, j'avais l'intime conviction que c'était la dernière fois que je ne vous écrirais jamais. Mais aujourd'hui, me voilà le coeur joyeux, prête à vous envoyer une missive qui, hélas! ne peut vous dire qu'à moitié l'amour et la dévotion que vous voue celle qui, il y a moins d'un an, s'était promise de vous bannir à jamais de ses pensées! Quel changement saisissant! Comment est-ce possible? Est-ce bien vrai? (Lettre de Mary Eleanore Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, 28 mai 1845)

Références

Fonds Mary Eleanor Westcott Papineau, 1810-1889. Documents textuels. Bibliothèque et Archives Canada. Numéro de référence archivistique : R4386-0-7-E; (MG24-K58).

Noël, Françoise. Family Life and Sociability in Upper and Lower Canada, 1780-1870: A View from Diaries and Family Correspondence, Montréal, McGill-Queen's University Press, 2003.