Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Image de deux anneaux d'alliance en or ARCHIVÉE - Oui, je le veux. L'amour et le mariage au Canada du XIXe siècle

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Les difficultés

Les différences religieuses

Illustration intitulée « Divulging a Secret » (« Le secret révélé »), CANADIAN ILLUSTRATED NEWS, 26 mars 1870, vol. 1, no 21, p. 333. Document 1002.
Source

"« Divulging a Secret » (« Le secret révélé »), Canadian Illustrated News, 26 mars 1870, vol. 1, no 21, p. 333. Document 1002.

Règle générale, les jeunes gens devaient choisir des partenaires de la même confession qu'eux. Au Canada, il existait une opposition fondamentale entre l'Église catholique et l'Église protestante. Entre les deux groupes régnait beaucoup de méfiance, voire d'hostilité. Tomber amoureux d'une personne de la « mauvaise religion » pouvait donc susciter une vive opposition de la part de la famille (Noël, p. 58).

En principe, le catholicisme interdisait tout mariage entre des catholiques et des personnes appartenant à une autre confession. En pratique toutefois, de tels mariages, bien que peu courants, étaient célébrés, et l'Église fermait les yeux.

Mary et Amédée

Outre son regret profond de perdre sa fille, l'objection fondamentale de James Westcott aux fréquentations d'Amédée Papineau et de sa fille Mary portait sur la foi catholique du jeune homme. S'il est vrai que les croyances d'Amédée étaient traditionnelles et sans exaltation, Mary était quant à elle une fervente presbytérienne.

Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 12 sept. 1843. Page 1 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 12 sept. 1843. Page 2 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 12 sept. 1843. Page 3 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 12 sept. 1843. Page 4

Source

Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 12 sept. 1843. Quatre pages.

En fait, aux yeux de Mary elle-même, il était difficile de réconcilier leurs croyances religieuses. [Traduction] « Vous pensez mon ami que vous pourriez aimer une femme qui croirait que vous ayez tort dans les opinions les plus sacrées (la façon de servir Dieu et de lui rendre un culte) de façon aussi vraie et dévouée qu'une autre qui serait de tout cœur avec vous. Ou plutôt - vous dites encore plus - "que vous préféreriez que sa foi soit différente". Il s'agit d'une question sérieuse pour nous deux; une union dans les choses sacrées ne doit-elle pas composer un lien indissoluble pour d'autres affections? » (Lettre de Mary Eleanor Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, 6 mars 1844.)

Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 6 mars 1844. Page 1 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 6 mars 1844. Page 2 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 6 mars 1844. Page 3 Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 6 mars 1844. Page 4

Source

Lettre de Mary Westcott à Louis-Joseph-Amédée Papineau, Saratoga Springs. 6 mars 1844. Quatre pages.

La belle-mère de Mary écrivit à celle-ci : [traduction] « J'ai dit à monsieur P. : "Votre famille et vos amis vont considérer Mary comme une hérétique, comment devrions-nous nous sentir d'après vous?" » Amédée protesta, affirmant que sa famille était très ouverte et que Mary ne subirait aucune pression pour changer ses croyances. Ils convinrent de ne pas se disputer à ce sujet, mais madame Westcott avait encore des inquiétudes (Noël, p. 57).

Lettre de M.A. Westcott à Mary Westcott, Saragota Springs. 18 mai 1845. Page 1 Lettre de M.A. Westcott à Mary Westcott, Saragota Springs. 18 mai 1845. Page 2 Lettre de M.A. Westcott à Mary Westcott, Saragota Springs. 18 mai 1845. Page 3 Lettre de M.A. Westcott à Mary Westcott, Saragota Springs. 18 mai 1845. Page 4

Source

Lettre de M.A. Westcott à Mary Westcott, Saragota Springs. 18 mai 1845. Quatre pages.

D'autres mots d'amour

Lettre de William Donnelly à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 1

Lettre de William Donnelly à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 2 Lettre de William Donnelly à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 3 Lettre de William Donnelly à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 4

Source

Lettre de William Donnelly à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Quatre pages.

Lettre de P. MC. à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 1

Lettre de P. MC. à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 2 Lettre de P. MC. à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Page 3

Source

Lettre de P. MC. à W. Thompson, Lucan. 12 janv. 1874. Trois pages.

Lettre de Margaret Thompson à William Donnelly, canton de Biddulph. 22 avril 1873. Une page.

Source

Lettre de Margaret Thompson à William Donnelly, canton de Biddulph. 22 avril 1873. Une page.

Finalement, le problème s'avéra inexistant. Mary et Amédée furent mariés par un ministre presbytérien dans le petit salon du père de Mary, sans dispense de l'Église catholique. Leur fils, Louis-Joseph, fut baptisé par l'oncle d'Amédée, le curé Bruneau. Mary ne se convertit jamais au catholicisme, et leurs différences en matière de religion semblent n'avoir jamais été un problème.

Problèmes particuliers

À l'époque, la communauté juive du Canada était tellement petite, que le mariage y présentait encore plus de difficultés. Dans sa jeunesse, Abraham Joseph, fils d'un marchand prospère de Montréal, flirtait abondamment avec toutes les jolies filles qu'il croisait, peu importe leur religion. Lorsque vint le temps de se marier toutefois, il se sentit dans l'obligation de trouver une femme partageant ses convictions religieuses.

Ce ne fut pas chose facile. Abraham regretta ne pas être né catholique : [traduction] « Comme mon attention aurait été attirée par des créatures aussi charmantes que Lida Larue, Charlotte et Caroline Mondelet » (Noël, p. 38). Mais il était sincèrement attaché à sa foi (Noël, p. 40).

Habitant Québec au cours de l'été 1845, Abraham y rencontra Sophia David. Ils s'étaient connus tous deux dans leur enfance, et leurs familles étaient liées (Noël, p. 40). Abraham avait été vaguement amoureux de la sœur aînée de Sophia, Fanny, mais celle-ci avait épousé quelqu'un d'autre.

Le profond attachement de Sophia pour un cousin compliqua leurs fréquentations (Noël, p. 38). Néanmoins, au bout du compte, écrivit Abraham, elle accepta de « céder tout cela et de devenir ma femme » (Noël, p. 40). Mariés en 1846, ils vécurent 20 années de bonheur et eurent 13 enfants avant le décès de Sophia, en 1866.

Références

Fonds Mary Eleanor Westcott Papineau, 1810-1889. Documents textuels. Bibliothèque et Archives Canada. Numéro de référence archivistique : R4386-0-7-E; (MG24-K58).

Noël, Françoise. Family Life and Sociability in Upper and Lower Canada, 1780-1870: A View from Diaries and Family Correspondence, Montréal, McGill-Queen's University Press, 2003.