Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - La Confédération canadienne

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Provinces et territoires

Termes-clés

La Gendarmerie royale du Canada

Avec l'achat du Territoire du Nord-Ouest et de la Terre de Rupert, le gouvernement fédéral commence à sentir le besoin d'établir une force policière afin de maintenir l'ordre et la paix dans cette vaste région.

La Grande-Bretagne a déjà une certaine expérience dans l'établissement d'une force de l'ordre centralisée, qu'elle a acquise en Irlande et en Inde. C'est sur ces modèles que se base John A. Macdonald lorsqu'il envisage la création d'une force policière pour les nouveaux Territoires du Nord-Ouest.

Initialement, cette force de police ne devait être que temporaire. Elle ne resterait dans les Territoires du Nord-Ouest que pendant la période de transition. Il en sera tout autrement; la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est encore très active aujourd'hui.

La Police à cheval du Nord-Ouest est créée en 1873. Elle compte 150 hommes à ses débuts. Elle est installée à Fort Garry, et 150 hommes s'y ajoutent le printemps suivant. Il s'agit en quelque sorte d'un régiment de cavalerie armé de pistolets et de carabines, et qui possède quelques petites pièces d'artillerie.

Son premier vrai test a lieu en 1874, lorsqu'elle est appelée à réagir au massacre qui a eu lieu dans les collines Cypress. À la suite de cet affrontement sanglant, 150 hommes s'installent en permanence à Fort Macleod. D'autres sont envoyés au fort Edmonton ainsi qu'au fort Ellice et, l'année suivante, au fort Calgary de même qu'à Fort Walsh, puis à Battleford en 1876.

L'instabilité qui grandit dans les Territoires du Nord-Ouest, en raison de la disparition du bison et de la construction du Canadien Pacifique, fait en sorte que la force policière est augmentée à 500 hommes en 1882. Mais ce n'est pas suffisant. La rébellion de 1885 aura lieu sans qu'Ottawa n'ait écouté les mises en garde de ses policiers sur place. À la suite des affrontements, Ottawa augmentera la force de police à 1 000 hommes.

Au cours des années 1890, la Police à cheval du Nord-Ouest s'établit plus au nord. La rumeur voulant qu'il y ait de l'or au Yukon se fait de plus en plus insistante, et la Police à cheval du Nord-Ouest envoie 20 hommes s'installer là-bas en 1895. En 1899, 250 policiers font respecter la loi au Yukon.

Après 1900, lorsque la ruée vers l'or est terminée, la Police à cheval du Nord-Ouest monte toujours plus au nord, vers l'Arctique, et ouvre un poste à Fort McPherson, près de la mer de Beaufort, ainsi qu'au cap Fullerton.

La Police à cheval du Nord-Ouest devient la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest en 1904, la Royale Gendarmerie à cheval du Canada en 1920 et elle prend finalement son nom de Gendarmerie royale du Canada en 1949.