Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - La Confédération canadienne

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Personnalités

William Alexander Henry

Photo : William Alexander Henry

Source

William Alexander Henry.

(30 décembre 1816 - 3 mai 1888)

William Alexander Henry, procureur général de la Nouvelle-Écosse en 1864, est délégué aux trois conférences qui vont mener à la Confédération. Puis il sera maire de Halifax, et ensuite un des premiers juges nommés à la Cour suprême du Canada.

William Alexander Henry naît à Halifax (Nouvelle-Écosse). Sa famille déménage à Antigonish peu après sa naissance. Il fait ses études à l'école secondaire de Halifax avant d'aller étudier le droit. Après avoir été reçu au barreau, il ouvre un cabinet d'abord à Antigonish, et ensuite à Halifax. Il se marie deux fois, la première, en 1841, avec Sophia C. McDonald (décédée en 1845), puis avec Christianna McDonald, en 1850.

W. A. Henry est élu pour la première fois, en 1840, député libéral dans la circonscription d'Antigonish. Il représentera la région presque sans interruption à partir de ce moment jusqu'en 1867. (Bien qu'il soit battu en 1843, il est réélu en 1847 en raison de son appui au gouvernement responsable.) Il accède au poste de secrétaire provincial en 1856, mais démissionne l'année suivante à cause de la destitution de l'agent du fisc du port de Halifax. Il reporte son appui sur le Parti conservateur et est élu membre de ce parti en 1859. Toutefois, en raison des résultats contestés dans certaines régions, les libéraux prennent le pouvoir. Lorsque les conservateurs reprennent finalement le pouvoir en 1863, W. A. Henry est nommé solliciteur général, puis procureur général en 1864.

Comme quelques-uns de ses collègues, W. A. Henry est peu intéressé à l'idée d'une union avant la Conférence de Charlottetown. Son opinion change complètement à la suite de la rencontre. Il revient en Nouvelle-Écosse convaincu qu'une union de l'Amérique britannique est le meilleur moyen de profiter d'avantages tels que le libre-échange et la construction du chemin de fer Intercolonial. Il prend une part active aux activités sociales et aux négociations, plus sérieuses, qui ont lieu à la Conférence de Québec. Toutefois, il a la tâche difficile de défendre les Résolutions de Québec contre le mouvement anticonfédération.

Après que l'assemblée de la Nouvelle-Écosse a approuvé l'union, au printemps 1866, W. A. Henry fait partie de la délégation qui se rend à la Conférence de Londres cette année-là en vue de rédiger le texte de loi. (La tradition veut qu'il soit l'un de ceux qui ont adapté les Résolutions de Québec pour en faire l'Acte de l'Amérique du Nord britannique ¨[http://lois.justice.gc.ca/fr/const/index.html].) Bien qu'il ait des objections quant au nombre limité de sénateurs et au partage des pouvoirs fédéraux et provinciaux, W. A. Henry vote en faveur de l'entente finale.

Une fois la Confédération faite, W. A. Henry se présente dans la circonscription d'Antigonish aux élections fédérales de 1867. Étant donné qu'Antigonish est l'une des régions de la province qui s'opposent le plus à la Confédération, il est défait pour la première fois en 24 ans. Il retourne à la pratique du droit à Halifax (il se présentera de nouveau dans Richmond, en 1869, et il perdra). En 1870, il est élu maire de Halifax. Il sera également président de la Charitable Irish Society, en 1873.

C'est à peu près à ce moment qu'il revient au Parti libéral. Bien qu'il soit toujours en faveur de la Confédération, il est mécontent du leadership que John A. Macdonald exerce sur les conservateurs. De plus, il est amer parce qu'on lui a préféré quelqu'un d'autre à un poste de juge en Nouvelle-Écosse. Ce ressentiment doit avoir été apaisé, dans une certaine mesure, lorsqu'il a été nommé à la toute nouvelle Cour suprême du Canada, en 1875. W. A. Henry est assidu à la Cour, et il y est pour beaucoup dans les réformes qui permettront à cette dernière de bien fonctionner. Il meurt à Ottawa.

Sources

Blakeley, Phyllis R. -- « Henry, William  Alexander ». -- Dictionary of Canadian biography. -- Sous la direction de Francess G. Halpenny. -- Toronto : University of Toronto Press, 1982. -- Vol. 11, p. 398-400

« Henry, William Alexander ». -- Macmillan dictionary of Canadian biography. -- Sous la direction de W. Stewart Wallace. -- 4e édition. -- Toronto : Macmillan of Canada, 1978. -- P. 354

Kernaghan, Lois. -- « Henry, William Alexander ». -- Canadian encyclopedia : year 2000 edition. -- Sous la direction de James H. Marsh. -- 3e édition sur papier. -- Toronto : McClelland & Stewart, 1999. -- P. 1065