Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - La Confédération canadienne

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Documents

Les journaux noirs

Voice of the Fugitive | Provincial Freeman


Article tiré de :
Voice of the Fugitive, 12 mars 1851

Image: En-tête du journal « Voice of the Fugitive »

INTRODUCTION

[Traduction libre]

Afin de bien faire connaître à nos lecteurs le mandat du Voice of the Fugitive, les lois de la bienséance ainsi que la vieille tradition établie nous obligent à dévoiler les principes qui dirigeront la rédaction de ce journal.

Nous entendons... défendre la liberté de l'homme au sens propre de ce terme. Nous défendons l'abolition mondiale, immédiate et inconditionnelle, de « l'esclave-chose », et plus spécialement en Amérique. Nous tenterons de convaincre tous les opprimés de couleur vivant aux États-Unis de venir s'installer au Canada, une terre où les lois n'établissent aucune différence fondée sur la couleur de la peau, et où « aucun esclave ne respirera »...

Nous nous opposerons, du mieux qu'il nous sera possible, à l'annexion du Canada aux États-Unis tant et aussi longtemps que le gouvernement américain continuera de tolérer les atrocités de l'esclavage.

De temps à autre, nous nous efforcerons de faire connaître à nos lecteurs les véritables conditions, les espoirs et les projets de notre peuple au Canada. Ce journal servira de porte-parole aux réfugiés, mais nous nous réservons le droit de nous exprimer ouvertement, en hommes libres, sur tous les sujets qui nous toucheront.


Article tiré de :
Provincial Freeman 25 avril 1857

LES DEVOIRS DES HOMMES DE COULEUR AU CANADA

[Traduction libre]

Quels sont les devoirs des hommes de couleur dans ces provinces, eux qui ont été forcés de s'y installer à cause du despotisme américain et de l'oppression?

Nous répondrons franchement à cette question et aussi sincèrement que l'importance de la situation l'exige. Eh bien! Nous vivons dans un État où le gouvernement ne fait pas de caste dans son organisation politique : tous les hommes sont égaux devant la loi et traités avec le même égard par le gouvernement de Sa Majesté. Cela demeure vrai aujourd'hui, tout comme lorsque Curran a prononcé ces paroles historiques :

Peu importe la couleur, incompatible avec la liberté, qui teint la chair d'un Indien ou d'un Africain, dès qu'il pose le pied en sol britannique, c'est un homme libre.

...Après cette agréable perspective, regardons-en maintenant une toute autre, celle du gouvernement républicain des États-Unis.

Voyons quelles sont les dernières décisions à propos de la liberté de la population de couleur. Pourquoi nul autre que l'homme blanc ne peut-il être reconnu comme citoyen selon la structure politique de ce gouvernement? Pourquoi les nègres sont-ils rejetés et n'ont-ils aucun droit devant la justice? Pourquoi les considère-t-on comme des intrus et des parias? [...] Nous devons tout à notre patrie d'adoption et rien à ce misérable, méprisable et tyrannique gouvernement des États-Unis.