Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Par décret de l‘exécutif

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Le ministère de l‘Agriculture

Photo de la ferme de Robert Smith à Long Lake, 6 milles à l'ouest d'Edmonton, en Alberta, en août 1906

Photo de la ferme de Robert Smith à Long Lake, 6 milles à l'ouest d'Edmonton, en Alberta, en août 1906
Source

 

Page de titre du livre NOTES HISTORIQUES SUR LES ÉCOLES D'AGRICULTURE DANS QUÉBEC, de J.-C. Chapais, publié en 1916

Page de titre du livre intitulé Notes historiques sur les écoles d'agriculture dans Québec, de J.-C. Chapais, publié en 1916
Source

Dans cette section :

Le ministère de l'Agriculture, dirigé par le ministre Jean-Charles Chapais (1811-1885), faisait partie des ministères établis par décret du Conseil au moment de la création du Canada, le 1er juillet 1867. Outre le fait que les retombées commerciales et culturelles de l'agriculture étaient essentielles au développement du Canada, le portefeuille de l'agriculture revêtait aussi une grande importance en raison de ses autres champs de responsabilité, notamment dans les domaines de la statistique et du développement social. Chapais avait été ministre et membre du Conseil exécutif avant la Confédération, et il s'était assuré une place prépondérante dans le gouvernement du nouveau pays confédéré en participant à la Conférence de Québec de 1864, où l'on avait esquissé la future constitution du Canada. Chapais a été ministre de l'Agriculture durant plus de deux ans avant d'être nommé receveur général, poste qui avait aussi été instauré par décret le 1er juillet 1867. Son fils, également prénommé Jean-Charles (1858-1946), a pour sa part contribué à l'agriculture canadienne en publiant de nombreux ouvrages, dont le Guide illustré du sylviculteur canadien (1883) et ses Notes historiques sur les écoles d'agriculture dans Québec (1916).