Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives Canada
EnglishAccueilContactez-nousAideRechercheSite du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : Écrivains et écrivaines du Canada
Contexte culturelGalerie des manuscritsRessources

Introduction

Écrivains et écrivaines

Ressources pédagogiques

À propos du site
Commentaires
Droits d'auteur/Sources

Elizabeth Smart

  Elizabeth Smart, en 1980
 

Elizabeth Smart est surtout connue pour son œuvre célèbre By Grand Central Station I Sat Down and Wept, un roman qui lui a apporté une renommée internationale. Elle voit le jour à Ottawa en 1913 et grandit dans l'establishment social canadien-anglais. Son père, Russell Smart, est un avocat prospère spécialisé en affaires commerciales et en brevets d'invention, et sa mère, Louise, est connue pour les excellentes soirées et réceptions qu'elle organise. Elizabeth Smart fréquente les sommités politiques et littéraires d'Ottawa. Elle connaît une enfance privilégiée, fréquentant une école privée à Cobourg, en Ontario, et passant ses étés à Kingsmere, où la famille possède une maison d'été à côté de celle de William Lyon Mackenzie King. Elle rejettera plus tard le milieu aisé d'Ottawa dans lequel elle a grandi pour embrasser la vie bohémienne d'une artiste.

Dans les années 1930, elle fait des voyages entre Ottawa et l'Europe. Elle étudie la musique à Londres, visite Paris, la Suède et l'Allemagne et, à un moment donné, elle voyage partout dans le monde en tant que secrétaire privée d'une femme âgée. De retour au Canada, elle travaille brièvement pour l'Ottawa Journal en tant que chroniqueuse sociale, avant de repartir pour New York, le Mexique et la Californie à la recherche d'emplois et d'aventures dignes d'intérêt.

Pendant un séjour à Londres, elle tombe sur un livre de poésie de George Barker. Elle devient amoureuse de sa poésie et est déterminée à épouser le poète. En Californie, grâce aux relations littéraires qu'elle entretient avec Lawrence Durrell, elle rencontre George Barker; elle entretiendra avec lui une relation tumultueuse durant toute sa vie. Toutefois, même s'il lui donne quatre enfants, ils ne se marieront jamais. George Barker est déjà marié et, comme il est catholique, il ne peut divorcer de sa femme.

En 1941, enceinte de son premier enfant, elle se rend seule à Pender Harbour, en Colombie-Britannique, où elle donne naissance à son enfant et achève le manuscrit de By Grand Central Station I Sat Down and Wept. Elle retourne brièvement aux États-Unis pour être avec George Barker et se trouve un emploi comme commis aux dossiers à l'ambassade d'Angleterre à Washington. Enceinte de son deuxième enfant, elle suit le poète en Angleterre en obtenant une mutation au ministère de l'Information à Londres; elle est congédiée en raison de sa grossesse.

Sauf pour quelques brèves périodes, dont un an passé comme écrivaine résidente à l'Université de l'Alberta en 1982-1983, Elizabeth Smart demeure en Angleterre pour le reste de ses jours. Elle vit dans ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale. À Londres, afin de subvenir aux besoins de sa famille grandissante, elle écrit des publicités et des textes pour les magazines Vogue et Queen, et occupe brièvement le poste de directrice littéraire de ce dernier magazine. Au milieu des années 1960, elle abandonne son travail rémunéré et déménage dans une petite maison à la campagne où elle écrit et jardine jusqu'à son décès survenu en 1986.


Divulgation proactive