Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Militantisme

Henrietta Muir Edwards

Photo de Henrietta Muir Edwards

(1849-1931)

Réformatrice et militante féministe

Source


Femme moderne, Henrietta Muir Edwards a su employer sa détermination, sa persévérance et son dévouement afin de faire progresser la situation des femmes de son temps. Ses préoccupations, tout au long de sa carrière, se traduisent par une implication directe au sujet des droits des femmes.

Née à Montréal en 1849, Henrietta Louise Muir se découvre très tôt un intérêt pour l'entraide féminine. Élevée au sein d'une famille aisée, cultivée et de longue tradition religieuse, Henrietta fait son entrée dans le mouvement féministe par l'entremise de la religion, en s'impliquant activement dans différentes organisations religieuses, y découvrant par le fait même les injustices qui découlent de vieilles traditions où l'exclusion des femmes était acceptée. Elle poursuit, au Canada, en Europe et aux États-Unis, des études en arts qui ne font que renforcer sa détermination à faire reconnaître la place des femmes au sein de sphères d'activités peu considérées.

Son engagement auprès de la cause des femmes débute à Montréal où elle fonde en 1875, avec sa soeur Amélia, la Working Girls' Association, précurseur du YWCA. À la même époque, elle met sur pied la première revue canadienne destinée aux femmes au travail, Working Woman of Canada, qu'elle édite avec sa soeur. Elle finance la revue grâce à ses productions artistiques: des peintures et des miniatures. Après son mariage avec le docteur Oliver C. Edwards et la naissance de leur trois enfants, la famille Edwards déménage en Saskatchewan. Henrietta se découvre alors une véritable passion pour les droits des femmes et renforce son implication au sein d'organisations féministes.

En 1893, Henrietta Muir Edwards fonde, avec Lady Aberdeen, le Conseil national des femmes où elle siège pendant près de trente-cinq ans à titre de présidente des lois régissants les femmes et les enfants. Elle fonde également, en collaboration avec Lady Aberdeen, l'Ordre des Infirmières de Victoria et elle est ensuite nommée présidente du Conseil provincial d'Alberta, poste qu'elle occupe durant plusieurs années. Au cour de ces différentes expériences, Henrietta Muir Edwards a accompli plusieurs réalisations au sein de différentes organisations féminines. Elle a été défenseur du divorce sur motifs égaux, de la réforme du système carcéral et des allocations aux femmes. Son importante contribution à l'examen des lois provinciales et fédérales concernant la femme lui a valu la réputation de mieux connaître les lois impliquant les femmes que le juge en chef du Canada.

En 1927, elle se joint à Emily Murphy, Nellie McClung, Louise McKinney et Irene Parlby pour signer la pétition demandant à la Cour suprême du Canada une ré-interprétation de la loi concernant le terme «personne» dans L'Acte de l'Amérique du Nord britannique. Ce n'est que le 18 octobre 1929, après avoir porté leur cause en appel au Comité judiciaire du Conseil privé de Londres, renversant la décision de la Cour suprême, que le Canada accorde aux femmes le droit de siéger au Sénat. En se joingnant aux «Célèbres cinq», Henrietta Muir Edwards aura apporté à l'affaire des «femmes non reconnues civilement» sa détermination, sa connaissance approfondie du système juridique canadien et le prestige établi tout au long de ses participations à différentes batailles visant à redéterminer la place faite aux femmes au sein de la société canadienne.

Ressources

Bannerman, Jean Mackay. — «The famous five». — Leading ladies Canada. — Belleville : Mika Publishing Company, 1977. — P. 210-234

Edwards, Henrietta [Muir]. — Legal status of women of Alberta : as shown by extracts from Dominion and Provincial laws. — [Edmonton?] : Issued by and under the authority of the Attorney General, 1921. — 80 p.

Edwards, Henrietta Muir . — Legal status of Canadian women, as shown by extracts from Dominion and Provincial laws relating to marriage, property, dower, divorce, descent of land, franchise, crime and other subjects. — Calgary : National Council of Women of Canada, 1908. — 61 p.

MacEwan, Grant. — «Henrietta Muir Edwards : the lady and the law». — Mighty women : stories of western Canadian pioneers. — Vancouver : Greystone Books, 1995. — P. 26-32

Nicholson, Barbara J. — Feminism in the Prairie Provinces to 1916 [microform].-- Ottawa : National Library of Canada, 1974. — 3 microfiches. — (Canadian theses on microfiche ; no. 21331). — M.A. thesis, University of Calgary, 1974.

Roome, Patricia Anne. — Henrietta Muir Edwards [microform] : the journey of a Canadian feminist. — Ottawa : National Library of Canada, [1998]. — 4 microfiches. — (Canadian theses on microfiche ; no. 24346). — Ph.D. thesis, Simon Fraser University, 1996.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources