Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Militantisme

Kay Livingstone

Photo de Kay Livingstone

(1918-1975)

Militante, animatrice à la radio

Source


Kay Livingstone a consacré sa vie au militantisme en tant que membre de plusieurs regroupements incluant la Canadian Negro Women's Association, mais elle est sans doute mieux connue pour le rôle qu'elle a joué dans l'organisation du premier Congrès national des femmes noires du Canada, en 1973.

Kay Livingstone est née en 1918. Elle est la fille de James et de Christina Jenkins, de London en Ontario. Ses parents étaient eux-mêmes actifs au sein de la communauté noire et ils ont été les fondateurs du journal Dawn of Tomorrow. Kay Livingstone a montré un intérêt précoce pour les arts de la scène, étudiant en premier lieu à London, par la suite au Royal Conservatory of Music à Toronto et plus tard au Ottawa College of Music.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Kay Livingstone habitait à Ottawa et travaillait au Bureau fédéral de la statistique. C'est dans cette ville qu'en en 1942, elle a épousé George Livingstone. Elle a débuté sa carrière en tant qu'animatrice à la radio avec «The Kathleen Livingstone Show». Elle a poursuivi cette carrière même après leur déménagement à Toronto, où elle animait des émissions sur plusieurs stations, y compris à l'antenne de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC). Elle est aussi devenue une actrice de premier plan chez les amateurs et les professionnels.

Son implication au sein de la Canadian Negro Women's Association (CANEWA) a débuté vers la fin de l'année 1950 lorsqu'elle s'est jointe à un club social pour femmes de Toronto, connu à l'époque sous le nom de Dilettantes. Kay Livingstone a rapidement changé le nom et l'orientation du club. En tant que première présidente de la nouvelle organisation, elle a encouragé les autres membres à accomplir des projets de service communautaire. Un des premiers projets de la CANEWA, qui allait se perpétuer durant toute l'existence du groupe, a été l'institution d'une bourse pour les étudiants noirs méritants. L'organisation du Calypso Carnival (précurseur du Caribana Festival) s'inscrit dans les activités qui ont suivi et servait à recueillir des fonds pour d'autres projets de service communautaire.

Kay Livingstone a rempli les fonctions de présidente de la CANEWA de 1951 à 1953. Par la suite, son influence sur le groupe est demeurée forte durant plusieurs années. Elle était la force qui a guidé le CANEWA vers la plupart de ses succès publics, notamment le premier Congrès des femmes noires du Canada, tenu à Toronto du 6 au 8 avril 1973. Après dix-huit mois de planification, le congrès a réuni 200 femmes provenant de l'ensemble du Canada. Elles ont tenu des ateliers sur des sujets tels que l'éducation, la famille monoparentale et les personnes âgées et elles y ont adopté des résolutions sur plusieurs sujets.

En premier lieu, le congrès a incité les déléguées à conserver d'étroits liens entre elles, ce qui a conduit à l'organisation d'autres conventions, à Montréal en 1974, à Halifax en 1976, à Windsor en 1978 et à Winnipeg en 1980. C'est à la réunion de Winnipeg qu'a été institué le Congrès des femmes noires, une organisation qui compte aujourd'hui plus de 600 membres et que Kay Livingstone a laissée en héritage.

En plus de ses activités en tant que membre du Congrès et de la CANEWA, Kay Livingstone a été active au sein d'organisations telles que la Ligue nationale des Noirs du Canada, le Conseil canadien des Églises, l'Association canadienne pour les Nations Unies, la Société d'aide juridique, le Patrimoine ontarien ainsi qu'auprès de son conseil régional du YWCA.

Dans les dernières années de sa vie, elle a travaillé comme expert-conseil auprès du Conseil privé du Canada, ce qui l'a amenée à parcourir le pays pour préparer une conférence sur les minorités visibles du Canada (une expression qui lui est attribuée). L'une des personnes qu'elle a rencontrées lors de ses déplacements est Carrie Best. C'est en l'honneur de l'influence de Kay Livingstone qu'après son décès, en 1975, Mme Best a fondé en sa mémoire la Kay Livingstone Visible Minority Women's Society, une organisation qui jusqu'à ce jour assure des fonds pour l'éducation de jeunes femmes méritantes.

Ressources

Braithwaite, Rella. — The Black woman in Canada. — [S.l. : s.n., 1976]. — 70 p.

Braithwaite, Rella ; Benn-Ireland, Tessa. — Some Black women : profiles of Black women in Canada. — [Toronto] : Sister Vision Press, 1993. — 119 p.

Hill, Lawrence. — Women of vision : the story of the Canadian Negro Women's Association, 1951-1976. — Toronto : Umbrella Press, 1996. — 95 p.

Sadlier, Rosemary. — Leading the way : Black women in Canada. — Toronto : Umbrella Press, 1994. — 72 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources