Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Militantisme

Irene Marryat Parlby

Photo de Irene Marryat Parlby

(1868-1965)

Politicienne, leader des fermières

Source


Irene Parlby, née en Angleterre en 1868, était l'aînée des enfants d'un colonel de l'armée britannique. La profession de son père l'a amenée à vivre une partie de son enfance en Inde puis, plus tard, en Irlande. Bien qu'encouragée par son père à devenir médecin, Irene s'intéressait plus à la vie d'actrice ou d'écrivain. Elle a voyagé dans diverses régions de l'Europe et s'est rendue au Canada en 1897, invitée à y faire un séjour prolongé par une connaissance de la famille qui habitait ce qui est maintenant appelé le District du centre de l'Alberta. Irene a perçu dans la vie au pays un changement captivant comparativement aux restrictions de la société victorienne de l'Angleterre. Au Canada, elle a rencontré puis épousé Walter Parlby, un Britannique diplômé d'Oxford qui était venu au Canada dans l'intention d'y devenir fermier. Walter et Irene ont été les premiers colons à s'installer près de la ville d'Alix et, en 1899, est né leur fils Humphrey.

La vie d'élevage à laquelle se sont habitué Irene et son époux a rapidement changée avec l'arrivée de nouvelles vagues d'immigrants et la construction de la voie ferrée. En 1905, l'Alberta devenait une province et, en 1909, Walter Parlby était élu président de la section locale d'Alix des Cultivateurs unis de l'Alberta, une organisation vouée à l'amélioration des cours, des marchés, du transport et des lois agricoles. De 1916 à 1919, Irene a été présidente des United Farm Women of Alberta. À ce titre, elle a fait en sorte d'améliorer la santé publique et d'établir des hôpitaux municipaux de même que des cliniques dentaires et médicales itinérantes. En 1921, elle a été élue à l'assemblée législative provinciale en tant que membre des Cultivateurs unis de l'Alberta, et désignée ministre sans portefeuille au sein du nouveau gouvernement. Deuxième femme à devenir membre d'un cabinet provincial au Canada, Irene a examiné des modèles internationaux de systèmes d'éducation dans des régions rurales et a appuyé tous les programmes favorisant l'amélioration de la situation des femmes et des enfants.

En dépit de la présence de nombreuses femmes compétentes et bien placées sur la scène publique de l'Alberta, leur droit légitime à détenir de telles positions a été contesté en vertu de l'article 24 de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique, selon lequel les femmes n'étaient pas des «personnes» dotées de droits et de privilèges. En 1921, la Cour suprême de l'Alberta déclarait que les femmes avaient compétence pour détenir des charges publiques, mais trois premiers ministres du Canada refusèrent de désigner une femme au Sénat et, ainsi, de régler cette question à l'échelle nationale. En 1927, Emily Murphy, Henrietta Edwards, Nellie McClung, Louise McKinney et Irene Parlby ont été les cinq personnes qui ont porté la question devant la Cour suprême du Canada, puis devant le Conseil privé de la Reine pour le Canada. La décision selon laquelle les femmes étaient des personnes admissibles à siéger au Sénat a été rendue le 18 octobre 1929.

Irene est demeurée au cabinet de l'Alberta jusqu'en 1935 et elle a également représenté le Canada dans le cadre de réunions internationales de femmes. En 1930, elle a accompagné à Genève deux autres délégués canadiens à l'assemblée de la Société des Nations et, en 1935, elle est devenue la première femme à recevoir un doctorat honorifique de l'Université de l'Alberta. Elle a quitté la vie politique cette même année, mais a néanmoins continué à être sollicitée en tant que conférencière, en personne et à la radio. Elle s'est éteinte en 1965, à l'âge de 97 ans. Tout au long de sa carrière politique, Irene Parlby a été une idéaliste et elle a défendu avec éloquence l'amélioration de la vie des femmes et des enfants des régions rurales du Canada.

Ressources

Cavanaugh, Catherine Anne. — In search of a useful life [microform] : Irene Marryat Parlby, 1868-1965. — Ottawa : National Library of Canada, 1995. (Canadian theses on microfiche ; no. 95159). — Ph.D. thesis, University of Alberta, 1994.

Cormack, Barbara Villy. — Perennials and politics : the life story of Hon. Irene Parlby, LL.D. — Sherwood Park, Alta. : Printed by Professional Print, [1968]. -- 160 p.

MacEwan, Grant. — ...and mighty women too : stories of notable western Canadian women. — Saskatoon, Sask. : Western Producer Prairie Books, 1975. -- P. 146-158

MacLean, Una. — "The Honourable Irene Parlby". — Alberta historical review. — Vol. 7, no. 2 (Spring 1959). — P. 1-7

McKinlay, Claire. — The Honorable Irene Parlby. — 125 p. — M.A. thesis, University of Alberta, 1953. (copie sur microfilm détenue aux Archives nationales du Canada, Ottawa)

De plus amples renseignements et des documents sur Irene Parlby sont disponibles aux archives Glenbow, Alberta, à http://glenbow.org.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources