Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Militantisme

Elizabeth May

Photo de Elizabeth May

(1954- )

Activiste écologique

Source


Avocate spécialisée dans les questions environnementales, lobbyiste et professeure du droit de l'environnement

Auteure, militante, avocate et mère, Elizabeth May est née en 1954 dans le Connecticut, puis est venue s'établir au Cap-Breton en 1972. Vers le milieu des années 1970, elle s'intéresse déjà beaucoup aux questions environnementales en prenant la tête du groupe Cape Breton Landowners Against the Spray, qui luttait contre l'utilisation des insecticides par l'industrie forestière dans la région.

En 1980, elle s'inscrit à la Dalhousie University Law School où elle obtient son diplôme en 1983, concrétisant ainsi le rêve qu'elle nourrissait depuis l'âge de treize ans de devenir une avocate spécialisée en environnement. Membre du barreau de la Nouvelle-Écosse et de l'Ontario, elle milite aussi pour les questions environnementales importantes en Nouvelle-Écosse. Comme une action engagée en 1983 contre la vaporisation de produits chimiques s'est réglée en faveur des sociétés de pâte à papier, sa famille a dû vendre une partie importante de sa propriété pour payer les frais de justice des plaignants. Cette expérience amère l'a plus que jamais décidée à lutter pour l'environnement.

En 1985, en tant que codirectrice du contentieux au Centre pour la défense de l'intérêt public, Elizabeth May joue le rôle de conseillère juridique auprès des groupes de défense des consommateurs, de lutte contre la pauvreté et d'environnementalistes. En 1986, elle est nommée conseillère principale en politiques auprès du ministre fédéral de l'Environnement, Tom McMillan. À ce poste, elle contribue à la création de plusieurs parcs nationaux et à l'élaboration de nouvelles lois et de mesures contre la pollution.

Durant son illustre carrière, Mme May s'engage à divers titres auprès de nombreux organismes qui se soucient de la gestion des ressources naturelles, du développement durable et de la protection des écosystèmes planétaires. Parmi ces organismes, mentionnons Les ami(e)s de la Terre Canada, le Canadian Environmental Defence Fund, Survie Culturelle Canada, The Pollution Probe Foundation, le Réseau canadien de l'environnement, l'Institut international du développement durable et la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

Depuis 1989, Elizabeth May est directrice générale du Sierra Club du Canada, organisme qui se consacre à la création d'un réseau diversifié de militants de base veillant à l'intégrité des écosystèmes planétaires.

En 1998, Mme May est nommée professeure adjointe à la Chaire Elizabeth May, au département des études sur la santé des femmes et l'environnement de la Dalhousie University. Au moment de l'annonce de la création de cette chaire le 13 octobre 1998, elle est acclamée comme la nouvelle Rachel Carson du Canada, faisant référence ainsi à l'environnementaliste dont le livre à succès intitulé Silent spring (1962) est encore considéré aujourd'hui comme la pierre angulaire du nouveau mouvement environnementaliste.

En mai 2001, Mme May entame à la Colline du Parlement une grève de la faim qui, après 17 jours, conduit le gouvernement à promettre de reloger les familles à risque vivant à proximité des étangs bitumeux à Sydney.

Elizabeth May a reçu jusqu'ici plusieurs prix et distinctions, notamment le Prix pour réalisations exceptionnelles décerné par le Sierra Club en 1989, le Prix international pour la conservation remis par Friends of Nature et le Palmarès mondial de l'écologie des Nations Unies en 1990. De même, en 1996, elle a reçu de l'organisme Ontario Society for Environmental Education le prix pour leadership exceptionnel en matière d'éducation environnementale. May a été nommée Officier de l’Ordre du Canada en novembre 2005. Le 26 août 2006, Elizabeth May fut désignée par les membres du Parti vert du Canada pour être leur nouveau chef.

Outre ses nombreuses réalisations, Elizabeth May est l'auteure de quatre ouvrages, en a coécrit quelques autres, a rédigé des chapitres pour deux monographies et a participé à plusieurs reprises à des émissions de télévision et de radio (CTV et CBC).

Ressources

Carter, Peter. — « Health heroes : environmental activist
: Elizabeth May : a breath of fresh air ». - Chatelaine. — Vol. 74, no. 7 (July 2000). — P. 75

Chatelaine presents Who's who of Canadian women. — 9th ed., 1999. — Toronto : Who's Who Publications, 1997. — P. 682

Se bâtir un avenir : la vie fascinante de douze Canadiennes érudites. — Préparé par Elizabeth May à l'intention du Comité pour la promotion de la femme de la Société royale du Canada ; Francess G. Halpenny, conseillère à la rédaction. — Markham, Ont. : Pembroke Publishers, c1991 — 51 p. - Publié aussi en anglais sous le titre : Claiming the future : the inspiring lives of twelve Canadian women scientists and scholars

« Elizabeth May to speak at conference ». — Soundbone Newsletter [en ligne]. — Vol. 5, no. 2 (September 2, 1997). — [Réf. du 22 juin 2001]. — Accès : www.bdaa.ca/webalpha/province/province.htm

May, Elizabeth. — At the cutting edge : the crisis in Canada's forests. — Toronto : Key Porter Books, 1998. — 294 p.

________. — Paradise won : the struggle for South Moresby. — Toronto : McClelland & Stewart, 1990. — 318 p.

Saskatoon Women's Calendar Collective. — « Elizabeth May ». — Herstory 1988 : the Canadian women's calendar. — Moose Jaw : Coteau Books, 1987. — P. 56

Sierra Club of Canada. Media Release. — « Elizabeth May celebrates end of hunger strike » [en ligne]. — [Réf. du 22 juin 2001]. — Accès : www.sierraclub.ca/national/media/sydney-tar-ponds-01-05-18.html

Transcript of an address given by Elizabeth May upon receiving an honorary doctorate in the humanities from Mount Saint Vincent University in Halifax, May 12, 2000 [en ligne]. — [Réf. du 22 juin 2001]. — Accès : www.sierraclub.ca/national/msv-address.html

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources