Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Militantisme

Violet McNaughton

Photo de Violet McNaughton

(1879-1968)

Féministe, journaliste, activiste

Source


Violet Clara McNaughton (née Jackson) est née à Borden, Kent, en Angleterre, le 11 novembre 1879. Elle veut devenir fonctionnaire à la fonction publique britannique, mais elle mesure 1,49 m (4 pieds 11 pouces) et il lui manque 1,27 cm (un demi-pouce) pour avoir la taille requise; elle décide donc de devenir enseignante. Cette petite femme décidée possède peu de choses, mais ses qualités sont inestimables : passionnément résolue, radicale et possédant des talents d'éducatrice. Et aussi, elle respecte profondément les coopérateurs Kent (membres du mouvement coopératif qui vise l'égalité et la justice) et des féministes britanniques.

En 1909, elle immigre en Saskatchewan, emportant son piano et son rouleau à pâte, pour rejoindre son père et son frère qui ont une propriété familiale près de Harris. L'année suivante, elle épouse un colon, son voisin John McNaughton, immigrant de la Nouvelle-Zélande. Violet et John soutiennent le mouvement féministe, ils sont très instruits, énergiques et enthousiastes. Comme John est également de petite taille, les voisins les surnomment « le couple de poneys » (MacEwan, p. 176). Leur mariage de 55 ans repose sur l'égalité des conjoints ce qui permet à Violet de participer à la vie publique.

Vi et Jack, comme ils s'appellent, travaillent ensemble et résistant courageusement aux épreuves de la vie rurale des prairies canadiennes. Ces conditions de vie difficiles changent l'ancienne admiratrice des féministes et des coopérateurs et elle devient une véritable militante. En 1911, elle subit une hystérectomie suite à une tumeur et ne peut plus concevoir des enfants. Violet décide donc de rendre le monde meilleur pour tous les enfants. Elle demandera plus tard une formation pour enseigner aux enfants sourds.

Jack McNaughton devient membre actif de la Saskatchewan Grain Growers' Association (SGGA) et Violet plonge dans le travail de l'organisation. Elle est une féministe agraire convaincue. Au congrès de la SGGA de 1913 à Saskatoon, elle est secrétaire du comité qui met sur pied les Women Grain Growers (WGG) en Saskatchewan. Elle préside la WGG pendant les trois premières années.

Violet McNaughton dirige avec brio la croisade des WGG pour avoir plus d'infirmières, des sages-femmes diplômées et des médecins et des hôpitaux à un coût abordable et à proximité de toutes les familles des fermiers. Grâce à la détermination dont elle fait preuve, les femmes en difficulté peuvent, en passant par des réseaux clandestins, avoir des renseignements et de l'aide pour contrôler les naissances. Les lois de 1916 prévoient de fonder des hôpitaux de district et de donner accès aux infirmières et aux médecins de la municipalité. C'est le début du long cheminement vers le régime d'assurance-maladie en Saskatchewan et, plus tard, dans l'ensemble du Canada.

Violet appuie vivement le mouvement des suffragettes. À titre de première présidente de la Saskatchewan Equal Franchise League, elle est confrontée aux mêmes questions auxquelles Nellie McClung, Emily Murphy et Henrietta Edwards doivent faire face dans les provinces voisines. Porte-parole populaire, elle mène campagnes et croisades dans toute la province en vue d'une réforme politique, le droit de vote pour les femmes, des hôpitaux et de meilleures bibliothèques dans les communautés rurales.

Violet McNaughton est féministe pacifique durant la Première Guerre mondiale. En plus d'exploiter la ferme, elle rédige une chronique dans le journal hebdomadaire le Saturday Press and Prairie Farmer. Elle participe également de plus en plus à la vie politique : elle contribue à l'ébauche du Programme pour les agriculteurs de 1918 du Conseil canadien de l'agriculture, de même qu'au programme électoral du Parti progressiste de l'après-guerre.

Violet contribue également à la mise sur pied de groupes de fermières dans d'autres provinces. Elle est présidente du Interprovincial Council of Farm Women et de la Women's Section du Conseil canadien de l'agriculture de 1919 à 1923. En 1925, elle devient la première éditorialiste de l'hebdomadaire agricole Western Producer. Elle quitte ce poste en 1950 mais elle continue d'écrire une chronique dans ce journal jusqu'en 1959. Elle est aussi l'une des membres fondatrices de la direction générale de Saskatoon du Canadian Women's Press Club en 1929 et elle a été membre de cette organisation jusqu'à sa mort, 40 ans plus tard.

En 1934, Violet McNaughton est honorée par le roi George V avec l'Ordre de l'Empire britannique. Elle reçoit un doctorat honorifique en droit de l'Université de la Saskatchewan en 1951 pour sa grande contribution à la vie publique en Saskatchewan et ailleurs. Violet prend sa retraite à Saskatoon et à Victoria, en Colombie-Britannique, pendant sa retraite. John McNaughton décède en 1965. « Mme Mac » meurt dans son sommeil le 2 février 1968, il ne reste plus personne de sa famille au Canada.

Appelée la « Puce formidable » (MacEwan, p. 175), cette femme de tête toute petite, mais lucide, décidée et éloquente travaille sans répit toute sa vie pour améliorer le sort des femmes et des enfants. Elle est l'une des partisanes les plus populaires des droits des femmes, des nouveaux arrivants et des Autochtones. Elle a lutté avec énergie pour améliorer le bien-être collectif des personnes âgées de même que pour prendre part aux mouvements agricoles, coopératifs, pacifiques et de réforme. Militante et activiste efficace, Violet McNaughton a toujours eu à cœur le bien-être des gens de la prairie.

Ressources

Ducie, Rose. « Mrs. Violet McNaughton O.B.E. is congratulated by Dr. Hedley Auld, chancellor of the University of Saskatchewan, as, on behalf of the university, he confers on her the honorary degree of doctor of laws...", Western Producer, vol. 28, no 36 (le 17 mai 1951), p. 11.

[Ducie, Rose]. « To a Bonny Fighter » Western Producer, vol. 28, no 15 (décembre 1950), p. 11.

« Editorial : Violet McNaughton », Western Producer, vol. 28, no 15 (7 décembre 1950), p. 6.

MacEwan, Grant. « Violet McNaughton: The Mighty Mite », Mighty Women: Stories of Western Canadian Pioneers, (1ère edition de Greystone), Vancouver, Greystone Books, 1995, p. 175-180.

[McNaughton, Violet]. « The Flying Years », Western Producer, vol. 28, no 15 (le 7 décembre 1950), p. 11.

« McNaughton, Violet », Biographical Dictionary of Modern Peace Leaders, éditeur en chef Harold Josephson, éditeurs associés Sandi E. Cooper, Solomon Wank et Lawrence S. Wittner, éditeurs régionaux Donald S. Birn et al., Westport, Conn, Greenwood Press, 1985, p. 618-619.

« McNaughton, Violet Clara (1879-1968) », Encyclopedia of Saskatchewan: A Living Legacy, http://esask.uregina.ca/entry/mcnaughton_violet_clara_1879-_1968.html
(disponible en anglais seulement et consulté le 3 juin 2008).

« McNaughton, Violet Clara (1879-1968) », The Oxford Companion to Canadian History, éditeur Gerald Hallowell, Don Mills, Ontario, Oxford University Press, 2004, p. 379-380.

« Mrs. Mcnaughton Dies at 88, Was Women's Editor 25 Years », Western Producer, vol. 45, no 27 (8 février 1968), p. 1-2.

Roberts, Barbara Ann. « Violet McNaughton » « Why Do Women Do Nothing to End the War? », Canadian Feminist-pacifists and the Great Wa, Ottawa, Canadian Research Institute for the Advancement of Women / Institut canadien de recherches sur les femmes, 1985, p. 15-20. Une version précédente de ce document a été présentée à l'assemblée générale de la Société historique du Canada, en mai 1985, à l'Université de Montréal (documents Criaw no13).

Scowby, Christa. « I Am a Worker, Not a Drone: Farm Women, Reproductive Work and the Western Producer, 1930-1939 », Saskatchewan History, vol. 48, no 2 (automne 1996), p.  3-15.

Steer, Sheilagh L. The Beliefs of Violet McNaughton: Adult Educator 1909-1929, these de maîtrise, University of Saskatchewan, 1979.

Taylor, Georgina M. Ground for Common Action: Violet McNaughton's Agrarian Feminism and the Origins of the Farm Women's Movement in Canada [microforme], Ottawa, Bibliothèque nationale du Canada, [1999], thèse de doctorat, Université de Carleton, 1997. [PDF 37,777 KB]
(disponible en anglais seulement et consulté le 3 juin 2008).

Taylor, Georgina M. « Let Us Co-operate : Violet McNaughton and the Co-operative Ideal », Co-operatives in the Year 2000: Memory, Mutual Aid, and the Millennium, éditeurs B. Fairbairn et I. MacPherson, Saskatoon, Centre for the Study of Co-operatives, Université de Saskatchewan, 2000, p. 57-78.

« Violet McNaughton: Women's Editor Active in Fight to Get Vote », Star-Phoenix, le 6 février 1968, p. 16.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources