Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Beaux-arts

Micheline Beauchemin

Photo de Micheline Beauchemin

(1930-2009)
Peintre-lissier

Micheline Beauchemin
Source

Broderie de Micheline Beauchemin intitulée LES AILES

Les Ailes
Broderie
1956

Les Ailes de Micheline Beauchemin, 1956
Source


Née à Longueuil, au Québec, Micheline Beauchemin a étudié à l'École des beaux-arts de Montréal, à l'École des beaux-arts de Paris, puis à l'Académie de la Grande Chaumière de Paris. Elle y a étudié le vitrail et le dessin, et a remporté un premier prix dans ces disciplines à Paris.

Mme Beauchemin a développé son talent artistique d'abord à travers la peinture et les vitraux. Elle a commencé à s'intéresser aux murailles, aux broderies et aux tapisseries lors d'un voyage en Grèce. C'est là aussi qu'elle commence à expérimenter de nouvelles textures et couleurs. En 1953, elle tient sa première exposition; elle présente ses vitraux à Chartres, en France. Quelques années plus tard, en 1956, elle expose ses premières tapisseries au Palais des Beaux-Arts de Chartres.

Après ce long séjour en Europe et en Afrique du Nord, Micheline Beauchemin revient au Canada en 1957. Elle participe à la première Exposition nationale d'artisanat du Canada. Deux de ses tapisseries sont choisies pour parer le pavillon canadien à l'Exposition internationale de Bruxelles, en Belgique. Cette même année, Mme Beauchemin travaille aussi pour Radio- Canada à titre de costumière pour le théâtre et pour la télévision.

Au cours des années 1960, elle se rend au Japon, en Chine, en Birmanie, au Mexique, au Cambodge, en Amérique latine et en Inde pour approfondir ses connaissances des nouvelles technologies et techniques ainsi que des matériaux et des motifs les plus récents. Elle étudie en particulier le tissage de rideaux de scène au Japon. Ses voyages autour du globe ont une grande incidence sur son travail et enrichissent son répertoire de couleurs et de matériaux tels que la laine, les fils métalliques, la soie, le coton, le nylon, l'acrylique, l'aluminium, les fils d'or et d'argent et la rayonne.

Le rideau d'acrylique qu'elle a fait pour la Grande Salle du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal (1963-1967) et le rideau de scène du Centre national des Arts à Ottawa (1966-1969) comptent parmi les tapisseries les plus connues de Mme Beauchemin. Elle a été commissionnée aussi pour réaliser des tapisseries à Queen's Park à Toronto (1968-1969), dans l'édifice des sciences sociales à la York University (1970), pour la Compagnie de la Baie d'Hudson à Winnipeg (1970), au pavillon canadien à l'Expo de 1970 à Osaka, pour le ministère du Revenu à Québec, ainsi qu'à bien d'autres endroits.

Mme Beauchemin a créé un répertoire d'œuvres variées qui comprend des rideaux de scène, des tapisseries, des tapis muraux, des murailles, des broderies, des murs flexibles, des vitraux, des maquettes, des collages, des jouets, des costumes ainsi que des illustrations. Parmi ses autres œuvres les plus connues figurent Visage de Mistra (1954), Le Mille-Pattes (1955), L'Hiver, La Chute d'Icare (1962-1963), La Porte (1970), Totem de pierre (1976), Les Ailes nordiques, couleur du temps, Blanc totem, Oiseau totem (1977), Sombre carapace ailée et Hommage au fleuve Saint-Laurent (1985).

Ses œuvres font partie des collections du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée du Québec à Québec, de l'aéroport Pearson à Toronto, du Conseil des Arts du Canada à Ottawa, du Musée des civilisations de Gatineau, de la Bibliothèque centrale de Québec, du Centre des données fiscales de Shawinigan, de l'Édifice du Revenu à Québec, de l'hôtel de ville de North York à Toronto, ainsi que d'entreprises de Montréal, de San Francisco et de Tokyo. En 1990, Micheline Beauchemin a exposé ses œuvres à la Place des Arts de Montréal.

Micheline Beauchemin s'est distinguée en utilisant de nouveaux matériaux et des techniques de pointe pour créer ses œuvres adaptées à des contextes modernes, publics, sociaux, artistiques et idéologiques, dans les années 1950 et pendant la Révolution tranquille. Elle a transformé la tapisserie traditionnelle en une œuvre sophistiquée exigeant des liens entre artistes, décorateurs, architectes, ingénieurs et leur environnement social.

Mme Beauchemin a reçu plusieurs prix et distinctions dont la Médaille d'argent du Centenaire du Canada (1967), le Prix du Conseil des Arts du Canada (1967), le titre d'Officier de l'Ordre du Canada (1973), la Médaille de l'Institut royal d'architecture du Canada (1982), le Prix d'excellence Saidye-Bronfman (1982), un doctorat honoris causa en arts de l'Université Laval (1983), le Prix de l'Institut canadien de Québec, le Prix d'excellence Lucien-Desmarais « La Navette d'or » (1988) ainsi que le titre de Chevalier de l'Ordre national du Québec (1991).

En outre, Mme Beauchemin a enseigné la broderie à l'Université du Québec à Chicoutimi (1981) et a été élue membre de la Société royale des arts du Canada et la Société royale du Canada en 1971.

Ressources des expositions

1955/1956
Palais des Beaux-Arts, Chartres (France)
1957
Galerie nationale du Canada (maintenant le Musée des beaux-arts du Canada), Ottawa (Canada)
1957/1958
Exposition internationale de Bruxelles (Belgique), pavillon canadien
1970
Centre national des Arts, Ottawa (Canada)
1976
Montréal (Canada)
1980
Dixième Biennale internationale de tapisserie de Lausanne (Suisse)
Barbican Centre (Royaume-Uni)
1990
Place des Arts, Montréal (Canada)

Ressources

Arbour, Rose Marie. — « Arts visuels et espace public : L'apport de deux femmes artistes dans les années 60 au Québec, Micheline Beauchemin et Marcelle Ferron ». — Recherches féministes. — Vol. 2, no 1 (1989). — P. 33-50

Beauchemin, Micheline. — Micheline Beauchemin : tapisseries, multiples  : Catalogue d'exposition. — [Paris, France : Centre culturel canadien, 1971]. — [12] p.

Billy, Hélène, de. — « Maison d'artiste ». — Châtelaine. — Vol. 43, no 3 (mars 2002). — P. 44-48

L'encyclopédie Canada 2000. — Montréal : Stanké, 2000. — P. 278

MacDonald, Colin S. — A dictionary of Canadian artists. — 3rd edition. — Ottawa : Canadian Paperbacks Pub., 1975, ©1967- . — P. 31

McKendry, Blake. — The new a to z of Canadian art. — Kingston, Ont. : B. McKendry, 2001. — P. 41

McMann, Evelyn de R. — Royal Canadian Academy of Arts = Académie royale des arts du Canada : exhibitions and members, 1880-1979. — Toronto : University of Toronto Press, 1981. — P. 26

« Micheline Beauchemin : Chevalier (1991)  ». — Secrétariat de l'Ordre national du Québec [en ligne]. — Ministère du Conseil exécutif Québec, Gouvernement du Québec, 2002. — [Réf. du 6 juin, 2002]. — Accès : www.mce.gouv.qc.ca/g/html/onq/91/91_22.htm

North American women artists of the twentieth century : a biographical dictionary. — Edited by Jules Heller and Nancy G. Heller. — New York : Garland, 1995. — P. 55

Robert, Guy. — « Micheline Beauchemin : des signes qui s'amplifient ». — Vie des arts.  — No 102 (printemps 1981) — P. 20-24

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources