Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Beaux-arts

Lynne Cohen

Photo de Lynne Cohen

(1944- )
Photographe

Lynne Cohen, en 1976
Source

Photo de Lynne Cohen intitulée LABORATORY

Laboratory
Photo

Laboratory de Lynne Cohen
Source


Internationalement reconnue comme photographe contemporaine d'avant-garde, Lynne Cohen a, pendant de nombreuses années, l'ambition constante de montrer l'intérieur du monde occidental.

Née à Racine, au Wisconsin, Cohen vit et travaille au Canada depuis 1973. Diplômée de l'University of Wisconsin, elle obtient sa maîtrise ès arts de l'Eastern Michigan University en 1969. Pendant ses études de premier cycle, elle passe une année à la Slade School of Fine Art de Londres, où les travaux de Richard Hamilton, un collaborateur important du pop art britannique, l'influencent. Pendant ses études, elle s'intéresse surtout à la sculpture et à la gravure, calquant des éléments de communication graphique tirés de catalogues de magasins, afin de les utiliser dans ses gravures. Son support privilégié est maintenant la photographie.

Comme éducatrice, Lynne Cohen exerce une influence sur plusieurs de ses élèves. Chargée de cours en art photographique à l'Eastern Michigan University de 1968 à 1973, elle enseigne par la suite au Collège Algonquin, à Ottawa, de 1973 à 1975. Depuis 1974, Cohen a été chargée de cours et est maintenant professeure d'arts visuels à l'Université d'Ottawa.

Cohen a amorcé sa carrière dans les années 1970 en photographiant des vues d'intérieurs en noir et blanc. Ses sujets comprenaient des salons, des bureaux, des salles de réunion, des clubs d'hommes et des salons de beauté. Elle disait que la raison qui motive son choix d'emplacements a probablement autant à voir avec sa propre biographie qu'avec la culture — elles se rejoignent quelque part entre les deux. Cohen prend les espaces comme elle les trouve; elle ne les modifie en aucune façon. Comme ces endroits existent vraiment, on pourrait avoir l'impression de regarder un décor de théâtre constitué d'une grande scène vide au premier plan et de plafonds hauts avec des lumières au-dessus. La grande dimension des photographies de Cohen invite le spectateur à entrer dans l'image, mais elle lui permet d'interpréter l'œuvre à sa façon. Elle ne photographie pas les gens car, dit-elle, elle ne saurait pas où les mettre. Pourtant, les images qu'elle produit sont pleines d'une présence humaine sous-jacente.

Cohen prend ses photos avec une chambre photographique de 8 x 10. Bien que l'appareil de grand format soit encombrant, son grand avantage est de permettre le réglage à la fois du plan de l'objectif et de celui du film, procurant une maîtrise parfaite de l'image. Cohen prend grand soin de la composition et, en conséquence, les images qu'elle produit ont une acuité et une clarté qui capte chaque détail. Pour finir son travail, elle encadre ses photographies dans du Formica, plastique stratifié parsemé de couleurs et de textures qui font écho à des éléments particuliers de la photographie. Pour ses expositions, elle ne met pas toujours de date, de titre ou de description sur ses photographies; cela donne une qualité intemporelle à son travail.

Dans les années 1980, Cohen change légèrement d'orientation; elle s'intéresse à des intérieurs d'établissements à tendance plus autoritaire comme des laboratoires, des centres de formation, des salles de classe et des salles de tir. Ces intérieurs donnent à son travail une nervosité sans précédent. Les images sont plus menaçantes et plus conflictuelles, mais elles gardent toujours une petite pointe de son humour astucieux. Une image, par exemple, montre une grosse pile de sacs de sable dans ce qui semble un centre d'instruction militaire. Derrière des écrans, sur un mur en arrière, un panneau affiche « Play at your own » [Jouez à votre propre], laissant le spectateur finir la phrase.

Au cours des années 1990, elle ajoute à sa liste de sites des usines et des stations thermales. Ses intérieurs gardent les mêmes éléments de base de son style, mais son utilisation récente des films couleur ajoute une nouvelle dimension aux images. Maintenant, l'eau verdâtre de la piscine d'une station thermale semble encore plus rébarbative, prenant l'aspect d'un liquide non identifié.

Au cours des années, Cohen a reçu plusieurs distinctions, notamment le prix Logan de l'Art Institute of Chicago en 1967 et plusieurs subventions du Conseil des Arts du Canada, dont le prix Victor Martyn Lynch-Staunton en 1990.

Elle a exposé ses œuvres avec de nombreux groupes et aussi en solo. Sa première exposition rétrospective majeure, intitulée « No Man's Land », a été montée en 2001. L'exposition, organisée par le Musée des beaux-arts du Canada, en collaboration avec le Musée de l'Elysée à Lausanne, en Suisse, sera présentée jusqu'en 2003.

Les œuvres de Cohen sont réparties dans bon nombre d'institutions canadiennes; on en trouve, en particulier, au Musée canadien de la photographie contemporaine, au Musée d'art contemporain de Montréal, au Musée des beaux-arts du Canada et au Musée des beaux-arts de l'Ontario. Sur le plan international, on peut trouver ses photos au Art Institute of Chicago, au Fonds national d'art contemporain à Paris, au International Center of Photography à New York, au Metropolitan Museum of Art à New York, au Museum voor Fotografie à Anvers, au Victoria and Albert Museum à Londres et à l'Australian National Gallery.

Le critique d'art et romancier John Berger a écrit qu'une photographie enregistre ce qui a été vu, mais renvoie toujours, et de par sa nature, à ce qui n'a pas été vu. Les photographies de Lynne Cohen illustrent bien cette conception et nous incitent à réfléchir sur les environnements dans lesquels nous vivons et que nous créons pour nous-mêmes.

Ressources

Cohen, Lynne. — Lynne Cohen : l'endroit du décor = Lost and found. — [Paris] : Hôtel des arts, [1992]. — 101 p.

____. — No man's land : les photographies de Lynne Cohen. — Lynne Cohen et Ann Thomas. — Paris : Thames & Hudson SARL, 2001. — 160 p. — Publié aussi en anglais sous le titre : No man's land : the photography of Lynne Cohen.

___ et al. — Occupied Territory. — New York : Aperture Foundation, 1987. — 111 p.

Ewing, William A., et al. — Camouflage : entretien avec Lynne Cohen [en ligne]. — Musée de l'Elysée. [Réf. du 3 mai 2002]. — Accès : www.elysee.ch/articles/article41.html

Le No man's land : les photographies de Lynne Cohen. 1er février-12 mai 2002. — Musée des beaux-arts du Canada. [Réf. du 3 mai 2002]. — Aussi disponible en anglais sous le titre : No man's land : the photography of Lynne Cohen. — Accès : www.gallery.ca/exhibitions/exhibitions/falk_cohen/francais/

Musée des beaux-arts du Canada. — Environnements d'ici et d'aujourd'hui, trois photographes contemporains : Lynne Cohen, Robert del Tredici, Karen Smiley. — Ann Thomas. — Ottawa : Musée des beaux-arts du Canada, 1985. — 92 p. — Publié aussi en anglais sous le titre : Environments here and now.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources