Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Beaux-arts

Rita Letendre

Photo de Rita Letendre

(1928- )
Peintre

Rita Letendre
Source

Sérigraphie de Rita Letendre intitulée ORANI

Orani
Sérigraphie

Orani de Rita Letendre
Source


Automatiste, coloriste, muraliste, graveuse sont autant de termes qu'on a employés pour tenter de cerner la peintre Rita Letendre et son œuvre.

Née à Drummondville en 1928 d'une mère québécoise et d'un père d'origine amérindienne, elle est l'aînée d'une famille pauvre de sept enfants. En 1941, elle suit ses parents à Montréal et prend soin de ses frères et sœurs avant de travailler comme serveuse et d'entreprendre, à 19 ans, de courtes études à l'École des beaux-arts de Montréal. Ce milieu rigide et conservateur fait contraste avec celui qu'elle découvre à la suite de sa rencontre avec Paul-Émile Borduas et ses amis, les signataires du Refus global.

Délaissant l'école et influencée par ce groupe d'avant-garde à la pensée originale et moderne, elle développe son propre style, sa façon bien à elle de voir ses œuvres. Du style figuratif, elle passe à l'abstrait, se rendant compte que l'objet représenté n'est pas le véhicule essentiel de l'émotion.

L'exposition « La matière chante » organisée par Borduas en 1954 sera marquante pour elle; elle la fera connaître dans le milieu et lui donnera confiance en son art. Elle fera par la suite de nombreux séjours à l'étranger. C'est en Italie qu'elle rencontre le sculpteur israélien Kosso Eloul, qui partagera sa vie durant 30 ans, soit jusqu'à son décès survenu au milieu des années 1990.

New York, Toronto, Vancouver, Los Angeles, Paris, Rome, San Francisco, Winnipeg, Tel-Aviv, Québec et Montréal ne sont que quelques endroits où l'on verra les œuvres de Rita Letendre en exposition en solo ou collective. Elle explore plusieurs styles et techniques au fil des ans, créant des œuvres originales, des tableaux qui se distinguent par les lignes et les couleurs, mais aussi par leur dimension. Sa première œuvre d'envergure est une murale de 24 pieds sur 21 intitulée Sunforce (1965) qu'elle a réalisée pour l'University of California à Long Beach, et sa plus large, une œuvre de 60 pieds sur 60 intitulée Sunrise (1971) qu'on peut voir sur le mur extérieur de l'immeuble Neill-Wycik de la Ryerson University à Toronto.

L'ensemble de l'œuvre de Rita Letendre est une histoire d'amour avec la lumière et les couleurs. Ses tableaux se distinguent par leur intensité, et sa peinture évolue en gardant une dominance de lumière et d'énergie. Les formes sont simples et accrochent le regard. Elle maîtrise les matériaux et explore les techniques; elle travaille directement sur la toile, sans étapes intermédiaires ou préparatoires. Elle est passée du pinceau à la spatule, à la main, à la gouache, au pastel, à l'aérographe, puis de la lithographie à la sérigraphie et à bien d'autres techniques encore.

Au cours de sa carrière, elle a remporté de nombreux prix et bourses, dont le prix Rodolphe-de-Repentigny en 1960. On peut admirer ses œuvres dans de nombreuses collections privées et publiques, notamment aux endroits suivants :

Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa)

Musée d'art contemporain (Montréal)

Art Gallery of Vancouver

Art Gallery of Ontario (Toronto)

Carleton University (Ottawa)

Royal Bank of Canada (Toronto)

Long Beach Museum of Fine Arts (Californie)

Ambassade du Canada (Rio de Janeiro)

Le Musée du Québec prépare une exposition rétrospective de sa collection Rita Letendre qui se tiendra en 2003. Ce sera l'occasion de rencontrer cette femme audacieuse à travers son œuvre et de comprendre pourquoi elle a dit : « La lumière, depuis le premier choc à la naissance, jusqu'au dernier souffle, la lumière est la vie. En tout cas, ç'a été ma vie ! » (Roberge, Femme de lumière, p. 22)

Ressources

Agnes Etherington Art Centre. — From women's eyes : women painters in Canada. — Dorothy Farr and Natalie Luckyj. — Kingston, Ont. : Agnes Etherington Art Centre, 1975. — 81 p.

Alechinsky, Pierre. — Écrits et témoignages de 24 peintres. — Montréal : Fini/Infini, 1994. — 140 p.

Asselin, Hedwidge ; Letendre, Rita. — Rita Letendre : les éléments. — Montréal : Éditions Simon Blais, 2001. — 60 p.

Engel, Walter. — « 10 viewpoints from women artists across Canada plus « A male's view » by Walter Engel ». — Art magazine. — Vol. 5 no. 15 (Fall 1973). — P. 12-13

Letendre, Rita ; Paikowsky, Sandra. — Rita Letendre : the Montreal years, 1953-1963 = Rita Letendre : les années montréalaises, 1953-1963. — Montréal : Galerie d'art Concordia, 1989. — 80 p.

Rita Letendre [en ligne]. — Galerie Simon Blais (Montréal). — [Réf. du 7 juin 2002]. — Accès : www.galeriesimonblais.com/fr/letendre.html

« Rita Letendre ». — Les Femmes artistes du Canada = Women artists in Canada [en ligne]. — Pham Van Khanh, c2000. — [Réf. du 6 juin 2002]. — Accès : http://epe.lac-bac.gc.ca/100/205/301/ic/cdc/waic/rilete/rilete_f.htm

Roberge, Gaston. — Femmes de lumière. — Saint-Laurent : Diffusion Dimedia, 1997. — 95 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources