Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Cinéma

Mina Shum

Photo de Mina Shum

(1965- )
Réalisatrice et scénariste

Mina Shum
Source


Mina Siungai Shum est une cinéaste canadienne indépendante qui a fait ses preuves et qui vit à Vancouver (Colombie-Britannique). Elle a dit d'elle-même : « ...c'est la scénarisation et la réalisation qui me passionnent vraiment. Je pense que je les ai dans le sang... ce qui me satisfait le plus, c'est de réaliser un film avec des amis. » [Traduction] (Caddell, p. 28)

Mina Shum est née à Hong Kong, en 1965. Elle immigre au Canada avec sa famille à l'âge de neuf mois et grandit à Vancouver. À l'adolescence, elle travaille à temps partiel pour un restaurant McDonald qui, déclare-t-elle, lui a appris « l'importance de pouvoir faire plusieurs choses en même temps ». (Johnson, p. 44) Elle quitte le foyer familial à l'âge de 18 ans.

Shum fréquente l'Université de la Colombie-Britannique et obtient un baccalauréat en beaux-arts (théâtre), en 1988, et un diplôme en études cinématographiques et en télévision, en 1990. Elle suit plus tard une formation en réalisation au Centre canadien du film, à Toronto.

Shum a écrit et a réalisé plusieurs longs métrages. Elle a préparé son premier film, Double Happiness (1994), lorsqu'elle était en poste au Centre canadien du film. Ce film en partie autobiographique raconte l'histoire d'une jeune sino-canadienne en proie aux conflits qui surgissent entre les attentes traditionnelles de sa famille et sa soif d'indépendance. La première de Double Happiness a lieu au Festival international du film de Toronto, en 1994, et l'œuvre obtient une mention spéciale du jury et le prix Metro Media. Au nombre des autres prix décernés au film, mentionnons le prix Wolfgang Staudt pour le premier ou second meilleur long métrage, au Festival international du film de Berlin de 1995, et un prix Génie pour le meilleur montage. La vedette de Double Happiness, Sandra Oh, récolte le prix Génie pour la meilleure actrice. Le film reçoit d'excellentes critiques lorsqu'il sort en salles au Canada et aux États-Unis, en 1995.

Le deuxième long métrage de Mina Shum, Drive, She Said, est présenté pour la première fois au Festival international du film de Toronto, en 1997, et fait partie de la compétition officielle au Turin Delle Donne Film Festival. Le troisième long métrage de la cinéaste, Long Life, Happiness and Prosperity, est projeté dans le cadre du programme Canadian Perspective au Festival international du film de Toronto, en 2002, et au Festival du film de Sundance de 2003. Le film raconte l'histoire d'une jeune fille qui se sert de la magie taoïste pour aider sa mère. Le producteur Raymond Massey a déclaré, au sujet de sa collaboration avec Shum dans le cadre de ce film : « C'est le plateau de tournage le plus reposant sur lequel j'ai travaillé et c'est en grande partie grâce à la personnalité de Mina. Elle ne s'emporte jamais... Il n'y a jamais ni colère, ni affrontement, ce qui fait que tous acceptent comme par magie son programme. » [Traduction] (Caddell, p. 27)

Shum a également produit, écrit et réalisé de nombreux courts métrages, donc Picture Perfect (1989), Shortchanged (1990), Love In (1991), Me, Mom and Mona (court métrage documentaire, Stephen Hegyes, coproducteur, 1993), et Thirsty (court métrage documentaire, 1997). Elle a également écrit et réalisé le film Hunger (qui fait partie de Breaking Up In Three Minutes, un film de Cineworks Omnibus).

Mina Shum a réalisé un film intitulé Mob Princess pour le réseau de télévision W et un épisode de l'anthologie Bliss pour diffusion sur les chaînes Oxygen et Showcase. Plus récemment, elle a réalisé Various Miracles, l'un des épisodes de la série télévisée The Shields Stories, basée sur les récits de l'auteure canadienne Carol Shields et produite de concert avec le réseau W.

Ressources

Caddell, Ian. « Mina Shum and the Pursuit of Happiness (Part 3). » Reel West Magazine. Vol. 17, no 2 (mars-avril 2002), p. 26-28.

Canadian Who's Who. Vol. XXXVIII (2003), p. 1241.

Johnson, Brian D. « A Bold and Blissful Leap of Faith ». Maclean's. Vol. 108, no 31 (31 juillet 1995), p. 42-44.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources