Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Gouvernement

L'hon. Pauline M. McGibbon

Portrait de L'hon. Pauline M. McGibbon

C.C., O.Ont., B.A., LL.D., D.U., D. L.Hum., D. Litt. S., B.A.A., Hon. F.R.C.P.S.(C.), U.E.L.

Première femme à représenter la reine au Canada et dans le Commonwealth en tant que lieutenante-gouverneure de l'Ontario

Née à Sarnia, en Ontario, le 20 octobre 1910
Décédée à Toronto, en Ontario, le 14 décembre 2001

L'hon. Pauline M. McGibbon
Source


Honneurs et distinctions : Officière de l'Ordre du Canada (1967); Compagne de l'Ordre du Canada (1980); Compagne de l'Ordre de l'Ontario (1988), et multiples autres distinctions et doctorats honoris cause et récompenses.


Lorsque Pauline McGibbon a été assermentée lieutenante-gouverneure de l'Ontario le 10 avril 1974, elle est devenue la première femme à représenter la reine au Canada et dans le Commonwealth.

Née en 1910 à Sarnia, en Ontario, Pauline Emily Mills grandit dans un milieu musical. Elle aime la danse et a un bon sens de l'humour. Sa mère participe comme bénévole à de nombreuses activités communautaires et son père est copropriétaire d'un magasin de vêtements.

Pauline rencontre son futur mari, Donald McGibbon, à l'école secondaire. En 1933, elle obtient un baccalauréat en histoire moderne de l'Université de Toronto (Collège Victoria). Donald McGibbon obtient un baccalauréat en science politique et en économie du Collège Victoria et accepte un poste à la Compagnie pétrolière impériale Limitée à Sarnia en 1932. Ils se marient en 1935.

Mme McGibbon acquiert une précieuse expérience en participant bénévolement aux projets d'une section de l'Ordre impérial des filles de l'Empire (OIFE) à Sarnia. Quand le travail de son mari force le couple à déménager à Toronto, elle poursuit son engagement au sein de l'OIFE et en devient par la suite la présidente nationale (1963-1965).

Mme McGibbon met ses talents au service de nombreuses organisations éducatives, théâtrales et artistiques canadiennes. Elle assume également diverses responsabilités pour l'université où elle a étudié, en tant que première femme présidente de l'association des anciens de l'Université de Toronto (1952-1953), membre du conseil de cette université (1952-1961) et première femme chancelière (1971-1974). Elle sera aussi la première femme administratrice de l'Upper Canada College (1971-1974).

Comme présidente du conseil d'administration de l'École nationale de théâtre (1966-1969) et première femme présidente de la Conférence canadienne des arts (1972-1973), elle poursuit son engagement envers les arts et le théâtre.

À titre de lieutenante-gouverneure de l'Ontario (1974-1980), Mme McGibbon s'illustre par sa volonté de servir, son sens de l'humour, son entregent et sa chaleur communicative. Avec détermination et modestie, elle élargit le rôle du lieutenant-gouverneur. Elle fait de nombreux voyages à travers la province pour rencontrer les Ontariens et discuter avec eux, et ouvre sa suite officielle à des milliers de visiteurs, y donnant de nombreuses réceptions. Ardente défenseur des arts, elle crée le prix honorifique Pauline McGibbon pour les arts de la scène.

Au terme de son mandat de lieutenante-gouverneure en 1980, Mme McGibbon continue de participer activement à la vie publique. Entre autres réalisations, elle est la première femme présidente du conseil d'administration du Centre national des Arts (1980-1984) et directrice du Massey Hall et du Roy Thomson Hall (1980-1990).

Lors d'une messe du souvenir célébrée en mémoire de Mme McGibbon, l'honorable Hilary M. Weston, lieutenante-gouverneure de l'Ontario, a déclaré que « la vie de Pauline avait été une source d'inspiration pour toute une génération de Canadiennes. À une époque où le rôle de la femme était plus circonscrit, elle a déjoué les attentes en consacrant sa vie au service public ainsi qu'à la défense et à la promotion des arts. » (Weston)

Ressources

Bureau du lieutenant gouverneur de l'Ontario.
www.lt.gov.on.ca/fr/History/Vice_RegalRepresentatives.asp?nav=7&sub=1
(cité le 26 mars 2009).

Canadian Who's Who, vol. 36, 2001, p. 870.

Leatherdale, Linda. « The Feminine Frontier: A New Breed of Leader Is Afoot in the 1980s », Ontario Business (oct. 1981), p. 16-25.

Linder, Norma West; Morritt, Hope. Pauline: A Warm Look at Ontario Lt.-Gov. Pauline McGibbon, Sarnia (Ont.), River City Press, 1979, p. 125.

[Weston, (Hon.) Hilary M.]. Remarks on the Occasion of a Memorial Service for the Honourable Pauline McGibbon, Timothy Eaton Memorial Church, Toronto, 22 janvier 2002, Toronto, Bureau du lieutenant gouverneur de l'Ontario, [2002].
(disponible en anglais seulement)

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources