Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

L'honorable Ione J. Christensen

Photo de L'hon. Ione J. Christensen

C.M.

Première femme nommée juge de paix du gouvernement territorial du Yukon.
Première femme nommée juge de la cour juvénile, commissaire aux mariages et greffière à la cour des petites créances du gouvernement territorial du Yukon.
Première femme élue maire de la ville de Whitehorse.
Première femme nommée commissaire du Territoire du Yukon
.

L'hon. Ione J. Christensen
Source

Née à Dawson Creek, en Colombie-Britannique, le 10 octobre 1933


Appartenance politique : Parti libéral

Carrière parlementaire : Nommée commissaire du Territoire du Yukon le 20 janvier 1979. Nommée au Sénat le 2 septembre 1999.

Honneurs et distinctions : Membre de l'Ordre du Canada le 13 avril 1994.


 

Résidente du Yukon de la quatrième génération, Ione Jean Christensen est la fille unique de Martha Amelia Ballentine et de Gordon Irwin Cameron, ancien membre de la GRC. Elle passe à Fort Selkirk une enfance heureuse mais solitaire, car peu d'enfants vivent dans le voisinage. Elle consacre l'essentiel de son temps à explorer de nouveaux sentiers, à capturer des lapins et des écureuils, et à s'occuper de son chien. C'est une petite fille active, pleine de ressources et d'énergie.

Sa mère lui donne ses premiers cours à la maison, puis elle l'envoie chez ses grands-parents, à Dawson, afin qu'elle fréquente l'école. Ione éprouve toutefois des difficultés à se concentrer sur ses études, car son nouveau mode de vie scolaire diffère considérablement de ses activités antérieures. Deux ans plus tard, Mme Cameron juge préférable d'envoyer sa fille à Queen Margaret's, une école privée sur l'île de Vancouver. Ione termine ses études secondaires en 1953 à Whitehorse puis va habiter chez sa tante en Californie afin d'y étudier l'administration au San Mateo College.

Au début de sa carrière, Mme Christensen exerce diverses fonctions au sein du gouvernement territorial du Yukon. Elle fait ses premiers pas au ministère du Revenu, puis gravit peu à peu les échelons et accède à des postes supérieurs. Dès avant 1975, elle a successivement été directrice par intérim du personnel, juge de paix et juge de la cour juvénile. Son dévouement, son leadership et son ardeur au travail lui méritent une visibilité accrue au sein de la communauté, au point qu'on lui demande de poser sa candidature comme mairesse de Whitehorse. Elle est élue à ce poste en 1975 et remplit deux mandats consécutifs.

Au mois d'août 1978, le gouvernement libéral de Pierre Trudeau lui offre le poste de commissaire du Territoire du Yukon. Après quelques négociations, elle entre en fonction le 20 janvier 1979. Toutefois, l'été suivant, le gouvernement progressiste-conservateur, de Joe Clark remplace les Libéraux, et peu après, réduit considérablement les pouvoirs du commissaire. Le 9 octobre 1979, Mme Christensen remet sa démission, car elle croit que les responsabilités du commissaire du Territoire du Yukon, nouvellement redéfinies, sont dorénavant vagues, et trouve le rôle du commissaire désormais limité à une fonction de médiateur. Intéressée à poursuivre une carrière en politique au sein du Parti libéral, elle se présente comme députée au Yukon, mais se fait battre par une mince majorité. À la suite de cette défaite, elle décide de se consacrer à sa vie personnelle et à sa famille.

Ces expériences en politique ont donné à Mme Ione Christensen une grande force; elle a occupé de nombreux postes de direction dans des entreprises telles Hospitality North Limited, Petro-Canada et Panarctic Oil Limited. Elle a également contribué à l'élaboration de rapports portant sur la gestion des mines et la gestion des déchets, tant au niveau fédéral que territorial.

En 1994, Mme Christensen est nommée membre de l'Ordre du Canada en reconnaissance du dévouement dont elle a fait preuve tout au long de sa carrière à promouvoir, soutenir et encourager la conservation du patrimoine historique du Yukon. Son père avait reçu la même distinction en 1980. C'est le seul couple père-fille à avoir reçu une telle distinction. En 1999, Mme Christensen entre au Sénat du Canada pour y représenter le Yukon.

Malgré sa carrière bien remplie, Ione Christensen n'a jamais négligé sa famille. Elle a aussi participé à la rédaction de plusieurs ouvrages, est devenue associée de la firme de consultants Cameras North, et a parcouru la légendaire piste Chilkoot plus de vingt fois. Pour obtenir plus d'informations sur Ione Christensen, vous pouvez consulter son site Web à www.sen.parl.gc.ca/ichristensen/Francais/accueil.htm

Ressources

The Canadian Parliamentary Guide/ Guide parlementaire canadien, Scarborough (Ontario), Gale Canada, 2005, p. 164-165.

Chatelaine Presents Who's Who of Canadian Women, Toronto, Who's Who Publications, 1999, p. 181-182.

Christensen, Ione. « The Candle », Canadian Fiction Magazine, no 83, parution annuelle (1993), p. 87-92.

Christensen, Ione. « Fort Selkirk », Up Here: Life in Canada's North, vol. 16, no 1, (janvier 2000), p. 28.

Christensen, Ione. « Memories on the Wind », Up Here: Life in Canada's North, vol. 5, no 4 (juillet 1989), p. 65-67.

Christensen, Ione J. Chilkoot, the Gold Rush Trail, Whitehorse (Yukon), Cameras North, © 1994.

Christensen, Ione J. Kluane: The Wilderness Park, Whitehorse (Yukon), Cameras North, © 1991.

Christensen, Ione J. Whitehorse, The Wilderness City, Whitehorse (Yukon), Cameras North, © 1989.

Hayden, Joyce. Yukon's Women of Power: Political Pioneers in a Northern Canadian Colon, Whitehorse (Yukon), Windwalker Press, © 1999, p. 268-310.

Michael, MacLeod. « Liberal Dose of Optimism », Maclean's, vol. 93, no 5 (4 février 1980), p. 17.

Spitzer, Aaron. « The Senator and the Chilkoot », Up Here: Life in Canada's North, vol. 20, no 5 (juillet-août 2004), p. 54-60.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources