Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Kim Campbell

Photo de Kim Campbell

C.P., C.R.

Première femme premier ministre du Canada
Première femme ministre de la Justice et Procureur général du Canada

Première femme ministre de la Défense nationale
Première femme élue chef du Parti progressiste-conservateur

Source

Née à Port Alberni, en C.-B., le 10 mars 1947.


Appartenance politique :
Crédit social (niveau provincial); Parti progressiste-conservateur (niveau fédéral)

Carrière parlementaire : Élue députée pour la première fois à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique en 1986 au cours d'une élection provinciale dans la circonscription de Vancouver-Point Grey. A siégé jusqu'en 1988.

Élue députée pour la première fois à la Chambre des communes au cours des élections générales de 1988, dans la circonscription de Vancouver-Centre. A siégé jusqu'en 1993.

Nommée ministre d'État (ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien), du 30 janvier 1989 au 22 février 1990; ministre de la Justice et Procureur général du Canada, du 23 février 1990 au 4 janvier 1993, et ministre de la Défense nationale et ministre des Anciens combattants, du 4 janvier au 24 juin 1993.

A été première ministre du 25 juin 1993 au 4 novembre 1993.

Honneurs et distinctions :
Assermentée au Conseil privé le 30 janvier 1989.


A. Kim Campbell, qui s'intéresse depuis toujours à l'étude du gouvernement et de la politique, a d'abord étudié la science politique (Université de Colombie-Britannique; London School of Economics) puis l'a enseignée (Université de Colombie-Britannique et Vancouver Community College). En 1980, elle fait son entrée en politique lors de son élection comme commissaire d'école à la commission scolaire de Vancouver, où elle est tour à tour présidente en 1983, puis vice-présidente en 1984, tout en terminant son diplôme en droit à l'Université de la Colombie-Britannique.

Après une première tentative comme candidate du Crédit social lors de l'élection provinciale de 1983, elle travaille au cabinet du premier ministre Bill Bennett avant de se présenter de nouveau, avec succès cette fois, aux élections provinciales de 1986. En 1988, elle accepte une offre du Parti progressiste-conservateur fédéral de présenter sa candidature pour l'investiture dans la circonscription de Vancouver-Centre, où elle est élue.

Au sein du cabinet du premier ministre Brian Mulroney, elle accumule beaucoup de « premières » au fur et à mesure que sa carrière progresse : première femme ministre de la Justice et Procureur général du Canada; première femme ministre de la Défense nationale; première femme chef du Parti progressiste-conservateur du Canada (du 14 juin 1993 au 14 décembre 1993); ces « premières » sont couronnées lorsqu'elle devient la première femme premier ministre du Canada. Dans un discours récent publié dans les médias (Presse canadienne, le 2 mai 1997, article d'Anne-Marie Tobin), elle parle de ses percées et on la cite : « Je retire une certaine fierté et de la satisfaction personnelle de savoir que c'est moi qui ai eu l'occasion de réussir à ébrécher quelque peu le plafond de verre. »

Campbell a qualifié son style personnel de « politique d'inclusion » et elle défendait ses idées sur les questions politiques du jour, comme l'avortement et le libre-échange, et en tant que ministre de la Justice, elle a initié des changements importants aux lois sur les armes à feu et les agressions sexuelles. Après sa défaite électorale de novembre 1993, Madame Campbell retourne à l'enseignement et à un poste de « fellow », cette fois à l'Université Harvard, avant sa nomination le 16 septembre 1996 comme consul général du Canada à Los Angeles.

Ressources

Campbell, Kim. Time and chance: the political memoirs of Canada's first woman Prime Minister, Toronto, Doubleday Canada, 1996. ISBN 0385255276

Gagnon, Lysiane. « Le Canada selon Kim », L'actualité, vol. 18, no15 (ler octobre 1993), p. 23-29.

Gray, Charlotte. « Woman of the year: ... Kim Campbell », Chatelaine, vol. 67, no 1 (janvier 1994), p. 28-29, 31-32, 54.

Les premiers ministres du Canada, 1867-1994=The Prime Ministers of Canada, 1867-1994. Présenté par la Chambre des communes et les Archives nationales du Canada, Ottawa, Archives nationales du Canada, 1994. ISBN 0662602722.

« Living in L.A.: an interview with the Rt. Hon. Kim Campbell, Canadian Consul General in Los Angeles », Bout de papier, vol. 13, no 4 (Hiver 1996), p. 5-8.

« Member of Parliament for Vancouver Centre; Kim Campbell interview », British Columbia Politics & Policy, vol. 2, no 10 (novembre 1988), p. 12-14.

The Prime Ministers of Canada, 1867-1994=Les premiers ministres du Canada, 1867 1994. Presented by the House of Commons and the National Archives of Canada. Ottawa: National Archives of Canada, 1994. ISBN 0662602722.

Vastel, Michel. « L'effet Campbell », L'actualité, vol. 18, no 7 (ler mai 1993), p. 20-24.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources