Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Cairine Reay Mackay Wilson

Photo de Cairine Reay Mackay Wilson

Première femme sénateure
Première femme nommée présidente d'un comité sénatorial permanent (Immigration et Travail)

Née à Montréal le 4 février 1885.
Décédée à Ottawa le 3 mars 1962.

Source


Appartenance politique : Parti libéral

Carrière parlementaire : Nommée au Sénat en 1930. A siégé jusqu'à sa mort en 1962.

Honneurs et distinctions : Chevalier de la Légion d'honneur (France), 1950.


Cairine Reay Mackay naît à Montréal et, jeune femme, elle accompagne souvent son père, qui est sénateur libéral, au cours de ses voyages à Ottawa, où ils séjournent fréquemment à la demeure d'un ami de la famille, alors premier ministre, Sir Wilfrid Laurier. En 1909, elle épouse Norman Wilson, député libéral fédéral de la circonscription de Russell en Ontario et élève une famille de huit enfants.

Elle devient active au sein des Infirmières de l'Ordre de Victoria, la Young Women's Christian Association, l'Armée du Salut et d'autres groupes. Elle contribue aussi à la fondation de la Twentieth Century Liberal Association et de la Fédération nationale des femmes libérales du Canada, occupant le poste de présidente de cette dernière association, de 1938 à 1948.

Madame Wilson est nommée première femme sénateure du pays en 1930 par le premier ministre King, seulement quatre mois après le jugement dans l'affaire «personne» qui avait été présenté par les «Famous Five» et qui a déterminé que les femmes étaient des «personnes» et que ce statut leur conférait le droit de siéger au Sénat. Comme sénateure, Madame Wilson milite en faveur de questions comme le divorce et l'immigration et elle n'a pas peur d'adopter une position contraire à celle du premier ministre, comme dans le cas de l'entente de Munich. Sa préoccupation pour les réfugiés est souvent marquée par des gestes de générosité personnelle, outre les fonctions qu'elle remplit à titre de présidente de la Société de la ligue des nations du Canada. Elle devient la première femme canadienne déléguée à l'Assemblée générale des Nations Unies en 1949, puis la première femme à présider un comité sénatorial permanent (Immigration et Travail) et présidente du Comité national canadien sur les réfugiés. En 1950, elle se voit accorder la décoration de Chevalier de la Légion d'honneur en reconnaissance de son travail auprès des enfants réfugiés.

Ressources

Johnson, J.K., éd., The Canadian directory of Parliament, 1867-1967, Ottawa, Archives nationales du Canada, 1968, p. 604.

Iacovetta, Franca. «A Respectable Feminist: The Political Career of Senator Cairine Wilson 1921-1962», Beyond the vote: Canadian women and politics, Linda Kealey et Joan Sangster, éd., Toronto, University of Toronto Press, c1989, p. 63-85, ISBN 0-80202677X.

Knowles, Valerie. First person: a biography of Cairine Wilson, Canada's first woman senator, Toronto, Dundurn Press, 1988.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources