Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

L'hon. Andrée Champagne

Photo de L'honorable Andrée Champagne

C.P.

Première oratrice suppléante de la Chambre des communes

Née à Saint-Hyacinthe (Québec) le 17 juillet 1939.

Source


Appartenance politique : Parti progressiste-conservateur

Carrière parlementaire : D'abord élue membre de la Chambre des communes aux élections de 1984 pour la circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot, poste qu'elle a occupé jusqu'en 1993.

Membre du Cabinet à titre de ministre d'État à la jeunesse du 17 septembre 1984 au 29 juin 1986; vice-présidente adjointe du comité plénier de l'Assemblée législative du 29 septembre 1986 au 14 mai 1990; vice-présidente de la Chambre des communes et présidente du comité plénier de l'Assemblée législative du 15 mai 1990 au 8 septembre 1993.

Honneurs et distinctions : Assermentée au Conseil privé le 17 septembre 1984; Nommée comandeur de l'Ordre de la Pléiade, 1991.


Le passé d'Andrée Champagne est peu commun. Actrice et pianiste de talent, elle est déjà bien connue dans les foyers du Québec lorsqu'elle décide d'intégrer la vie politique en 1984, après une carrière déjà longue à la télévision, à la radio et sur les scènes du cinéma et du théâtre. En 1970, lorsque prend fin la plus longue série télévisée où elle a tenu un rôle (celui de Donalda dans Les belles histoires des pays d'en haut, une oeuvre de Claude Henri Grignon) elle entreprend quelque chose de nouveau en ouvrant une agence de distribution artistique.

Au cours de sa carrière, Andrée Champagne a siégé à des associations professionnelles, dont l'Institut québécois du cinéma (membre du Conseil d'administration) et l'Union des artistes (vice présidente de 1981 à 1983, puis secrétaire générale de 1983 à 1984). C'est à ce titre qu'elle a été déléguée à la conférence de la Fédération internationale des acteurs, à Moscou. L'une de ses grandes réalisations a été la création d'une maison de retraite pour artistes, Le Chez-Nous des Artistes, première résidence du genre au Canada.

Son travail sur la politique relative aux arts et à la culture pour le compte de ces organisations professionnelles a amené Mme Champagne à entretenir des rapports directs avec des représentants des divers paliers du gouvernement. Elle s'est présentée aux élections fédérales de 1984 qu'elle a remportées comme candidate du Parti progressiste-conservateur dans sa circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot; elle a conservé ce siège aux élections fédérales de 1988. À l'arrivée des Progressistes-Conservateurs au pouvoir, elle est immédiatement nommée ministre d'État à la jeunesse, à quelques mois de l'Année internationale de la jeunesse en 1985.

En septembre 1986, la carrière politique d'Andrée Champagne prend un nouveau tournant alors qu'elle est élue par la Chambre des communes à la fonction de vice-présidente adjointe du Comité plénier de l'Assemblée législative. Sa nomination subséquente au poste d'Orateur adjoint de la Chambre des communes le 15 mai 1990 en fait la première femme à occuper cette fonction. Après la défaite des Conservateurs en 1993, elle quitte la politique et reprend sa carrière d'actrice, avec des rôles triés sur le volet.

Ressources

Champagne, Andrée, Champagne pour tout le monde, Montréal, Les Éditions internationales Stanké, 1995, 347 p. ISBN 276040501X.

Gray, Charlotte, « Chatelaine's women of the year : 6 Cabinet women », Chatelaine, vol. 58, no 1 (janvier 1985) p. 44-45 et 68-70.

Montessuit, Carmen. — "Le nouveau départ d'Andrée Champagne". — Le Journal de Montréal. — le 24 décembre 1994. — P. We4.

Robert, Véronique, « Andrée Champagne, la ténacité reconnue », Châtelaine, vol. 26, no 1 (janvier 1985) p. 47-49.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources