Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Brenda Mary Robertson

Photo de Brenda Mary Robertson

B.Sc.

Première femme élue à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.
Première femme à détenir un poste de ministre au sein du cabinet du Nouveau-Brunswick.

Née près de Sussex (N.-B.) le 23 mai 1929.

Source


Appartenance politique : Parti progressiste-conservateur

Carrière parlementaire : Élue à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick à l'élection provinciale du 23 octobre 1967 comme députée de la circonscription Albert. Réélue dans la circonscription Riverview. Fut député jusqu'à sa nomination au Sénat le 21 décembre 1984.

Nommée au Cabinet comme Ministre de la Jeunesse du 12 novembre 1970 à 1974, Ministre du Bien-être social du 2 mars 1971 au 17 juillet 1972, Ministre des Services sociaux du 18 juillet 1972 à 1974, Ministre de la Santé en 1976 et du 21 novembre 1978 au 29 octobre 1982 et Ministre de la Réforme du programme social du 30 octobre 1982 au 27 décembre 1984.

Nommée au Sénat le 21 décembre 1984 et à la présidence du Comité permanent du Sénat sur les Privilèges et les Règlements de la Chambre.

En 2004, à son soixante-quinzième anniversaire, elle se retire du Sénat


Brenda Robertson s'implique déjà activement dans sa communauté comme Présidente de l'Association des femmes du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick avant son élection à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, en 1967. Ses études universitaires l'amènent d'abord à se consacrer à l'économie domestique. Elle y démontre son leadership et son savoir-faire en tant que présidente de l'Association des économistes domestiques du Nouveau-Brunswick.

Sa première réussite est d'avoir été la première femme élue au Nouveau-Brunswick, mais elle sera reconnue pour son travail et dévouement aux causes sociales. Les enfant défavorisés, le chômage, les programmes sociaux, la santé, tout ces domaines sont améliorés par le travail de Mme Robertson.

La nomination au Sénat est le fruit même du travail acharné de Robertson à améliorer la vie des Néo-Brunswickois (es). Comme Sénateur, elle continue à se battre pour les causes sociales. Elle a été membre du Comité permanent sur les affaires extérieures et a présidé le Comité sur les Pêches; elle a été vice-présidente du Comité permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie.

En 1992, Robertson co-rédige avec Solange Chaput-Rolland le livre Chère Sénateur, qui explique selon la vision de ces deux sénatrices, la Chambre du Sénat et l'activité qui y règne. Aujourd'hui, elle est encore présente à la Chambre du Sénat, à Ottawa.

Ressources

Robertson, Brenda ; Chaput-Rolland, Solange, Chère Sénateur, Montréal : Libre Expression, 1992., 136 p.

Taylor, James A., « Brenda Robertson: a woman worth watching », United Church Observer, no 36 (Septembre 1972), p. 26-8, 44.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources