Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Nellie J. Cournoyea

Photo de Nellie J. Cournoyea

LL.D.

Première femme autochtone chef de gouvernement

Née à Aklavik, dans les Territoires du Nord-Ouest, le 4 mars 1940

Nellie J. Cournoyea
Source


Carrière parlementaire : Élue députée des circonscriptions de Western Arctic (1979) et de Nunakput (1983) à la législature des Territoires du Nord-Ouest. En poste jusqu'en 1995.

Elle devient membre du Cabinet où elle est nommée ministre de l'information et ministre des Ressources renouvelables (du 12 janvier 1984 au 5 novembre 1985); ministre de l'Énergie, des Mines et des Ressources (du 16 novembre 1987 au 16 décembre 1993); ministre de la Santé (du 16 novembre 1987 au 14 novembre 1991); ministre chargée du Conseil d'administration des Services publics (du 16 novembre 1987 au 3 avril 1989); ministre des Travaux publics et de la Voirie (du 25 avril 1988 au 14 novembre 1991); ministre chargée de la Commission des accidents du travail (du 25 avril 1988 au 1er juin 1989); ministre de l'Énergie, des Mines et des Richesses pétrolières (du 3 avril 1989 au 16 décembre 1993); ministre chargée de la Corporation de l'Énergie des Territoires du Nord-Ouest (du 14 novembre 1991 au 16 octobre 1995); ministre de la Santé (du 31 mars 1992 au 9 juillet 1992); ministre responsable du Secrétariat des questions féminines (du 9 juillet 1992 au 3 mai 1995); ministre de la Santé et des Services sociaux (du 13 juin 1994 au 16 octobre 1995); ministre du Personnel (du 12 janvier 1995 au 3 mai 1995).

Elle est élue première ministre des Territoires du Nord-Ouest (du 14 novembre 1991 au 22 novembre 1995).

Honneurs et distinctions : Femme de l'année, NWT Native Women's Association (1982); Wallace Goose Award, Inuvialuit Regional Corporation (1986); National Aboriginal Achievement Award (1994); a reçu des doctorats honorifiques en droit de la Lakehead University (1995), de l'Université Carleton (1996), de l'Université de Toronto (1996), de l'Université de Lethbridge (2001), et de l'Université de l'Alberta (2004); est nommée personnalité de l'année dans le domaine de l'énergie, Conseil canadien de l'énergie (2004).


Nellie J. Cournayea est élevée par son père, un immigrant norvégien qui exerce le métier de trappeur. Elle s'inscrit à des cours par correspondance dispensés par la Federal Aklavik Day School en Alberta. Sa mère, une Inupiak, est originaire de Herchel Island.

Nellie J. Cournoyea épouse un officier des Forces canadiennes en poste à Inuvik et l'accompagne au cours de ses affectations à Halifax et Ottawa. Mais peu après leur retour dans le Nord, au cours des années 1960, le couple divorce. Mme Cournoyea ne se remariera pas, et se consacre à l'éducation de ses enfants John et Maureen. En même temps, elle amorce une nouvelle carrière de présentatrice et de directrice à la station de radio CBC à Inuvik. Elle prend également part à une revendication territoriale avec l'organisme Inuit Tapiriit Kanatami (ITK).

En 1969, Nellie J. Cournoyea cofonde le Comité d'étude des droits des Autochtones (CEDA) dans le but de conclure une entente portant sur la revendication territoriale entre le gouvernement fédéral et le peuple Inuvialuit, qui habite le territoire de l'Arctique de l'Ouest. Elle et le CEDA participent activement aux négociations qui ont mené à la signature de l'entente finale en 1984. Un an plus tard, la Inuvialuit Regional Corporation (IRC) voit le jour. Sa mission est d'administrer les terres et les indemnités financières des Inuvialuit dans le cadre de l'entente de revendication territoriale signée l'année précédente. Mme Counoyea est présidente et chef de la direction de l'IRC depuis 1996.

Nellie J. Cournoyea a aussi agi pendant de nombreuses années comme coordonnatrice responsable de la mise en œuvre au sein de la Convention définitive des Inuvialuit (CDI), et siège au conseil d'administration de l'Inuvialuit Petroleum Corporation, de la Société inuvialuit de développement, et de l'Enrollment Authority et de la Commission d'arbitrage.

Présidente fondatrice du Groupe de travail aborigène sur le pipeline, elle réussit, de concert avec l'organisme, à négocier une entente complexe qui permet aux Autochtones de participer équitablement à la mise en valeur du projet de pipeline de la vallée du Mackenzie. Elle participe bénévolement à de nombreuses activités; elle est directrice de l'Ingamo Hall Friendship Centre à Inuvik et membre fondatrice de la Northern Games Society.

Nellie J. Cournoyea a milité sans relâche pour des droits territoriaux et a toujours été une politicienne hardie et dévouée au bien-être des Canadiens du Nord.

Ressources

Bell, Jim. « Perestroika, N.W.T. Style: Can Nellie Cournoyea Breathe New Life into Northern Canadian Government? », Arctic Circle, vol. 2, no 5 (mars-avril 1992), p. 8-9.

Bergman, Brian. « Guarding Her Territory: Cournoyea Enters the Constitutional Fray », Maclean's, vol. 105, no 32 (août 1992), p. 15-16.

Better Ask Nellie: The Life and Times of Nellie Cournoyea [enregistremen vidéo], réalisatrices : Sharon Bartlett et Maria Lerose, Vancouver, Force Four Entertainment, © 2004.

Dickie, Bonnie. « Just Call Her Nellie: Our Top Politician's Down to Earth Style Goes Clear Through to Bedrock », Up Here, vol. 8, no 3 (juin-juillet 1992), p. 26-29, 39-40.

« Grade 5 Social Studies », Social Studies: A Curriculum Guide for the Elementary Level, Saskatchewan Learning, juin 1995, « Profile: Nellie Cournoyea » d'abord publié dans Native Woman Inc., vol. 1, no 1 (sept. 1992).
www.sasked.gov.sk.ca/docs/elemsoc/g5u41ess.html
(cité le 10 septembre 2004).
(disponible en anglais seulement)

Howes, Carol. « Inuvialuit Hunger for Recognition », National Post (9 déc. 2000), p. D5.

HOWSE, John. « The New North: Native Activists Become Their Own Masters », Maclean's, vol. 102, no 18 (1er mai 1989), p. 55.

Inuvialuit Regional Corporation. Nellie Cournoyea Bio-2004.
www.irc.inuvialuit.com/inuvialuit/irc-website.nsf/0/
76D48C61211C14D787256EC30057602F/$File/Nellie%20
Cournoyea%20Bio%202004.pdf?OpenElement

(cité le 5 août 2005).
(disponible en anglais seulement)

Langford, Cooper. « Native Woman Government Leader in N.W.T. », Wind Speaker (22 nov. 1991), p. 3.

« Nellie Cournoyea: A Northern Light », First Nations Free Press, vol. 10, no 5 (mai 2003), p. 31.

Nemeth, Mary. « A Great Country: A Veteran Northern Politician Takes Her Leave », Maclean's, vol. 108, no 42 (16 oct. 1995), p. 34.

Richer, Shawna, et al. « 50 Nation Builders », The Globe and Mail (1er juin 2002), p. F1, F4-F5.

Sanger, Clyde. « No-Nonsense Nellie: The Woman Who Runs the Northwest Territories », New Internationalist, no 230 (avril 1992),
www.newint.org/issue230/update.htm
(cité le 5 août 2005).
(disponible en anglais seulement)

Struzik, Ed. « Changing Courses: A Veteran Northern Traveller Paddles into the Heart of the Northwest Territories, and Discovers that Old Lifestyles Are Being Reshaped by New Economic Realities », Canadian Geographic, vol. 122, no 5 (sept.-oct. 2002), p. 40-62.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources