Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Sciences

Maude Abbott

Photo de Maude Abbott

(1869-1940)

Médecin

Source


Autorité internationale en maladies du cœur

Abandonnée par son père et orpheline depuis la mort de sa mère due à la tuberculose, Maude Elizabeth Seymour Babin est élevée par sa grand-mère maternelle à St. Andrews East, au Québec. À l'âge de 62 ans, Mme William Abbott adopte légalement Maude et Alice, sa sœur aînée, et leur donne son nom de famille.

Après des études à domicile, Maude, pleine d'enthousiasme, termine sa dernière année du secondaire dans un séminaire privé à Montréal. En juin 1885, elle obtient une bourse d'études à l'Université McGill.

En 1886, Maude fait partie de la troisième promotion de femmes admises à la faculté des arts ou, plus précisément, au Donalda Department for Women. Là, elle poursuit une double formation « juste par précaution » et décroche un diplôme d'enseignement à la McGill Normal School et un baccalauréat ès arts en 1890. Outre cet exploit, Maude s'est vu remettre la médaille d'or Lord Stanley et a été invitée à prononcer le discours d'adieu de sa promotion.

Maude en était venue à aimer l'Université McGill et voulait à tout prix y poursuivre des études de médecine. Malheureusement, à cette époque, la faculté de médecine n'acceptait pas les femmes dans son programme. En 1889, Maude lance une pétition dans le public pour que McGill offre des cours de médecine aux femmes et a aidé à réunir les fonds pour les payer. En dépit de l'appui des médias et du fait que Maude provient d'une famille qui avait aidé à fonder l'université, la faculté de médecine reste sur ses positions.

Mais Maude n'est pas une femme à se laisser décourager. En 1890, elle s'inscrit à la faculté de médecine du Bishop's College à Montréal et se trouve la seule femme dans sa classe. En 1894, elle obtient son diplôme universitaire avec mention et reçoit dans la foulée le prix d'anatomie avancée et le prix du chancelier.

En novembre la même année, la Dre Abbott ouvre son propre cabinet à Montréal, où elle soigne des femmes et des enfants. Travaillant également au Royal Victoria Hospital, elle se plonge dans des recherches en pathologie et rédige un article important à partir d'une étude statistique sur les bruits fonctionnels du cœur. Lors de la réunion générale de la Montreal Medico-Chirurgical Society, c'est un docteur qui lit son article parce que les femmes ne sont pas admises au sein de la société. Néanmoins, l'article est bien reçu et Maude est nommée et élue le premier membre féminin de la société.

À l'été 1898, la Dre Abbott est nommée curatrice adjointe du Medical Museum of McGill University. Les spécimens qui s'y trouvent n'ont jamais été classés; elle se rend visiter des musées de médecine américains pour apprendre la meilleure façon de les classer. Elle y noue de nombreuses relations qui ont par la suite conduit à la création de l'Association internationale des musées médicaux, connue aujourd'hui sous le nom de l'Académie internationale de pathologie. Sur le papier à en-tête de cette association, on peut lire la mention « Fondée par Maude Abbott en 1906 ». En 1958, l'Académie institue en son honneur la Conférence Maude Abbott.

Lors de son séjour à Baltimore, la Dre Abbott rencontre le Dr William Osler, médecin et pédagogue canadien célèbre dans le monde entier. Cette rencontre s'avère déterminante pour sa carrière car, sous sa protection et forte de ses encouragements, elle allait se consacrer à l'étude des maladies cardiovasculaires congénitales.

La Dre Abbott diminue sa pratique de la médecine pour se consacrer essentiellement au Musée, dont elle devient curatrice en 1901. Le Dr Osler visite le Musée en 1904 et il en est tellement impressionné qu'il écrit au doyen de la faculté de médecine de l'université pour lui dire que la Dre Abbott avait effectué « le meilleur travail que McGill avait réalisé à ce jour, qu'elle avait des dons d'organisation exceptionnels et qu'il n'y avait aucune collection en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne qui s'en approchait » (Kelen, 2000). Sachant qu'elle était intriguée par un rare spécimen de cœur à trois cavités, il l'invite en 1905 à rédiger la section traitant de la cardiopathie congénitale de son ouvrage intitulé Systems of modern medicine. Achevé en décembre 1907, cet ouvrage fait connaître la Dre Abbott dans le monde comme une autorité dans le domaine des maladies congénitales du cœur. En 1936, elle publie Atlas of congenital cardiac disease. Fondé sur son nouveau système de classification, cet ouvrage décrit les dossiers cliniques et après décès de 1000 cas.

Reconnaissant ses travaux exceptionnels et sa réputation internationale, l'Université McGill lui confère en 1910 le titre honorifique de docteur en médecine et la nomme maître de conférences en pathologie, puis professeure adjointe en 1925.

Durant son illustre carrière, la Dre Abbott a publié plus de 140 articles et ouvrages savants et a donné d'innombrables conférences. De 1914 à 1918, pendant la Première Guerre mondiale, elle s'est proposée comme rédactrice du Journal de l'Association médicale canadienne alors que les titulaires du poste se trouvaient au front. Elle a également publié des études sur l'histoire de la médecine au Québec et de la faculté de médecine de McGill. Après la mort de sir William Osler en 1919, elle lui a consacré une édition spéciale du Bulletin of pathology. Il en a résulté une publication de 600 pages, qui a nécessité 120 collaborateurs et six ans de travail.

En 1936, la Dre Abbott atteint l'âge de 65 ans, mais n'a aucune envie de prendre sa retraite. L'Université McGill insiste, cependant, mais compense en lui décernant un doctorat honorifique. Malgré ce deuxième titre honorifique, la Dre Abbott est persuadée que l'Université devrait reconnaître son statut d'enseignante à McGill au-delà de professeure adjointe.

Surnommée la « tornade bienfaisante », la Dre Abbott était aussi connue pour l'énergie qu'elle déployait en faveur des projets universitaires et de la vie communautaire. Elle était membre (ou membre invité des cercles réservés aux hommes) d'au moins 18 organisations. Elle a aussi publié 11 ouvrages historiques majeurs non liés à la médecine. Atteinte d'une hémorragie cérébrale à l'été 1940, elle décède le 2 septembre à l'âge de 71 ans.

Après sa mort, Diego Rivera, grand peintre mexicain, lui rend hommage en 1943 en insérant son portrait dans une murale représentant les cinquante cardiologues les plus en vue dans le monde qu'il réalise pour le compte de l'Institut national de cardiologie de Mexico. Maude Abbott est la seule femme et la seule Canadienne à y figurer.

« Maudie de McGill » fait encore partie de cette université. Ses articles sont conservés à la bibliothèque Osler et son portrait se trouve au pavillon Strathcona d'anatomie et de chirurgie dentaire. Le 10 mars 2000, on dévoilait une plaque de bronze commémorant la Dre Abbott et son « importance historique nationale ». Cette plaque sera posée en permanence dans l'espace vert à l'entrée du pavillon McIntyre des sciences médicales.

En 1938, la Fédération des femmes médecins du Canada a créé le Maude Abbott Memorial Scholarship Loan Fund. La Dre Abbott a été la première présidente de cet organisme, appelé à l'époque les Femmes médecins du Canada, lorsqu'elle l'a cofondé en 1924. La Fédération a également réussi à faire pression sur la Société canadienne des postes pour lui rendre hommage. Le 17 janvier 2000, celle-ci a fait paraître dans le cadre de sa collection Millénaire un timbre de 46 cents intitulé « Les premiers pas en chirurgie cardiaque ». Ce timbre a été reproduit ici avec la permission de Postes Canada et il figure également dans la biographie de la Dre Abbott préparée par Susan Kelen (voir plus loin).

En 1938, la Fédération des femmes médecins du Canada a créé le Maude Abbott Memorial Scholarship Loan Fund. La Dre Abbott a été la première présidente de cet organisme, appelé à l'époque les Femmes médecins du Canada, lorsqu'elle l'a cofondé en 1924. La Fédération a également réussi à faire pression sur la Société canadienne des postes pour lui rendre hommage. Le 17 janvier 2000, celle-ci a fait paraître dans le cadre de sa collection Millénaire un timbre de 46 cents intitulé « Les premiers pas en chirurgie cardiaque ». Ce timbre a été reproduit ici avec la permission de Postes Canada et il figure également dans la biographie de la Dre Abbott préparée par Susan Kelen (voir plus loin).

La Dre Abbott a été intronisée au Temple de la renommée médicale canadienne en 1994 à titre posthume.

Pionnière médicale mondialement reconnue, la Dre Abbott a fait connaître la ville de Montréal et le Canada dans les domaines de la pathologie et de la cardiologie. Que ce soit par ses publications, son dévouement à l'enseignement ou son style personnel caractérisé par la patience et la ténacité, elle a énormément contribué à la médecine et au progrès des femmes. Elle s'impose comme l'une des grandes figures du Canada et l'un des grands modèles à imiter.

Ressources

Abbott, Elizabeth. — All heart : notes on the life of Dr. Maude Elizabeth Seymour Abbott, M.D., pioneer woman doctor and cardiologist. - Sainte-Anne-de-Bellevue [Québec] : E. L. Abbott, 1997. — 104 p.

Abbott, Maude Elizabeth Seymour. — « Autobiographical sketch ». — McGill medical journal. — Vol. 28 (1959). — P. 127-152

Bohnert, Beth. — « Abbott, Dr. Maude : scientifique ». — Oser au féminin : des Canadiennes pas ordinaires. — Vanier, Ont. : Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques, c1997. — P. 5. —  Publié aussi en anglais sous le titre : Canadian women: risktakers and changemakers

Davenport, Jane. — « Assistant prof who was known world over ». — The Gazette. - (March 13, 2000). — P. A 4

Ferencz, Charlotte. — « Maude E. Abbott: physician and scientist of international fame ». — Canadian journal of cardiology = Journal canadien de cardiologie. — Vol. 16, no 7 (juillet 2000). — P. 889-892

Gagnon, Hervé ; Nadeau, Christine D. — « La contribution de Maude Abbott au développement de la muséologie médicale (1898-1940) ». — Fontanus from the collections of McGill University. — Vol. 10 (1998). — P. 71-79

Gibson, William Carleton. — « Some Canadian physicians ». — Creative minds in medicine: scientific, humanistic, and cultural contributions by physicians. -- Springfield, Ill. : C. C. Thomas, 1963. — P. 147-149

Gillett, Margaret. — « The heart of the matter : Maude Abbott, M.D., 1869-1940 ». — Ainley, Marianne Gosztonyi. — Despite the odds : essays on Canadian women and science. -Montreal : Véhicule Press, 1990. — P. 179-194

Gillett, Margaret. — We walked very warily : a history of women at McGill. - Montreal : Eden Press Women's Publications, c1981. — 476 p.

Hacker, Carlotta. — « Montreal and Maude Abbott ». — The indomitable lady doctors. — Halifax : Goodread Biographies, 1984. — P. 149-169

Inventive women biographies [en ligne]. - Toronto : Inventive Women Inc. c2000. --[Réf. du 18 juin 2001]. — Disponible également en anglais. — Accès : www.inventivewomen.com/library/french_maude_abbott_qu.html

Kelen, Susan. — « Maude Abbott : a biography ». — Canadian journal of cardiology = Journal canadien de cardiologie. — Vol. 16, no 7 (juillet 2000). — P. 893-898

MacDermot, H. E. — Maude Abbott : a memoir. - Toronto : Macmillan, 1941. — 264 p.

McLeod, Carol. — « Maude Abbott », Legendary Canadian women. — Hantsport, N. S. : Lancelot Press, 1983. — P. 33-39

Scriver, Jessie Boyd. — « Maude E. Abbott 1869-1940 ». — The clear spirit : twenty Canadian women and their times. - Toronto : Published for the Canadian Federation of University Women by University of Toronto Press, 1966. — P. 142-157

Smyth, D. McCormack. — « Maude Abbott : pioneering heart research ». — Humber, Charles J. — Pathfinders : Canadian tributes. — Mississauga : Heirloom Publishing, c1994. — P. 112-113. — (Canada heirloom series ; volume IV). - Disponible également en ligne à l'adresse : http://epe.lac-bac.gc.ca/100/205/301/ic/cdc/heirloom_series/volume4/volume4.htm

Waugh, Douglas. — Maudie of McGill : Dr. Maude Abbott and the foundations of heart surgery. — Toronto : Hannah Institute & Dundurn Press, 1992. — 142 p. — (Canadian medical lives, no. 13)

Waugh, Douglas. — « Maudie: the life and times of McGill's Maude Abbott ». — Modern pathology. — Vol. 5, no 6. (1992). — P. 597-599

Ouvrages pour enfants

Merritt, Susan E. — « Dr. Maude Abbott (1869-1940) : physician and scientist ». — Her story II : women from Canada's past. — St. Catharines, Ont. : Vanwell Pub., 1995. — P. 87-99.

Shell, Barry. — « Abbott, Maude ». — Great Canadian scientists. — Victoria : Polestar Book Publishers, c1997. — P. 125. — Disponible également en ligne à l'adresse : www.science.ca/css/gcs/reference.html#A

Webb, Michael. — Maude Abbott : les bébés bleus. — [Traduction, Lise Malo]. — Montréal : Éditions de la Chenelière, 1993. 28 p. — (Collection Déclic). —  Publié aussi en anglais sous le titre : Maude Abbott: studying blue babies

Suivant

Droits d'auteur/Sources