Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Sciences

Roberta Bondar

Photo de Roberta Bondar

(1945-)

Astronaute

Source


Chercheuse scientifique en neurologie et première astronaute canadienne

Roberta Bondar est plutôt connue comme la première femme canadienne à aller dans l'espace, mais elle est aussi une chercheuse éminente en neurologie.

Née en 1945 à Sault Ste. Marie, en Ontario, Roberta Bondar est la cadette d'une famille de deux enfants. Dès son plus jeune âge, elle éprouve une grande fascination pour le monde de la science. Elle aime recevoir en cadeau des jeux comme des nécessaires à chimie et, à sept ans, elle réalise des expériences dans le laboratoire que son père a monté au sous-sol de la maison familiale. Roberta est également attirée par la science-fiction : elle se voit tenir un rôle dans les histoires de Flash Gordon, elle lit beaucoup, écoute la radio, essaie, à l'aide de son poste de T.S.F., d'entrer en communication avec des extraterrestres et explore même son quartier en « astronaute » (en compagnie de sa sœur aînée). Elle rêve de devenir une véritable astronaute et suit avec un intérêt particulier le déroulement du programme spatial américain par les photos et les coupures de journaux que lui envoie une tante vivant en Floride.

À l'école, Roberta excelle à la fois dans les études et dans les sports. Grâce à un projet en sciences réalisé au secondaire, elle trouve un emploi d'été dans le cadre duquel elle effectue une étude sur la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Elle est ainsi amenée à mener d'autres études en agriculture et en zoologie à Guelph University où elle obtient un baccalauréat ès sciences en 1968. Par la suite, elle entreprend des études supérieures à la Western Ontario University et à l'University of Toronto, décrochant un doctorat en neurobiologie en 1974. Elle entre ensuite à la faculté de médecine de la McMaster University où elle reçoit son diplôme en 1977. Durant son internat, elle poursuit ses travaux en neurologie et, en 1981, elle est admise comme spécialiste dans ce domaine au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Elle effectue des travaux de recherche au Tufts Medical Centre de Boston et au Toronto Western Hospital avant d'entrer, en 1982, à la McMaster University comme professeure adjointe.

C'est à ce moment que le rêve d'exploration de l'espace que Roberta caresse depuis longtemps s'approche de la réalité. En 1983, le Conseil national de recherche du Canada annonce la mise sur pied du Programme spatial canadien et invite les personnes attirées par la profession d'astronaute à soumettre leur candidature. Roberta Bondar poste sa demande sans tarder et passe les mois suivants à subir le supplice des interviews. En décembre, elle apprend qu'elle fait partie des six candidats retenus, parmi plus de quatre mille, pour entamer la formation qui ferait d'eux les premiers astronautes canadiens. Étant la seule femme du groupe, elle fait l'objet d'un examen plus approfondi que ses collègues.

Suivent alors plusieurs années de formation et de préparation intenses, et aussi de retards. Après la catastrophe du Challenger en 1986, le destin du projet de la navette spatiale devient plutôt incertain. Pendant sa période de formation, Roberta est invitée à séjourner à bord de la station spatiale Mir pour participer à une étude sur les effets à long terme de l'apesanteur sur les femmes. Elle refuse cette offre, cependant, estimant que l'intérêt que lui porte le programme spatial russe ne tient pas à ses compétences scientifiques, mais plutôt aux expériences auxquelles on pourrait la soumettre en tant que femme. Elle poursuit donc sa formation et apprend à travailler à bord de la navette, conçue pour des hommes. Elle doit alors renoncer à avoir des enfants dans l'immédiat afin de continuer à jouer un rôle actif dans le programme spatial.

Après une longue attente, Roberta Bondar apprend en 1990 qu'elle ira dans l'espace à titre de spécialiste de charge utile à bord de la navette spatiale Discovery dans le cadre de la première Mission internationale du laboratoire en microgravité. (Un spécialiste de charge utile est un professionnel de la physique ou des sciences de la vie ou un technicien spécialisé dans l'utilisation du matériel, unique en son genre, de la navette spatiale.) Mme Bondar, ainsi que les autres membres de l'équipage, doivent encore attendre deux ans pour participer au lancement de la Mission STS-42 le 22 janvier 1992. Elle passera alors huit jours dans l'espace, réalisant de nombreuses expériences et photographiant la surface de la Terre; elle revient le 30 janvier. (Elle a relaté le vécu de cette période dans un livre intitulé Touching the earth.)

À son retour, Mme Bondar met fin à ses activités d'astronaute pour se consacrer davantage à la recherche. Elle commence également à accorder plus de temps à la photographie, allant jusqu'à s'inscrire à un cours professionnel de photographie. Inspirée par l'expérience vécue en observant la Terre à partir de l'espace, elle veut explorer plus à fond la planète à partir du sol et entreprend de photographier chacun des 41 parcs nationaux du Canada. Les résultats de ce vaste projet sont réunis dans le livre et la pièce muséographique intitulés Passionate vision.

Roberta Bondar a reçu de nombreuses distinctions au cours de sa carrière, notamment l'Ordre du Canada, l'Ordre de l'Ontario, la NASA Space Medal, 22 doctorats honoris causa et l'intronisation au Temple de la renommée médicale canadienne. Parallèlement à sa carrière professionnelle, elle s'intéresse à une grande variété d'activités de plein air telles que le vélo, la randonnée pédestre et le patin à roues alignées. Elle détient également une licence de pilote privé.

Ressources

Agence spatiale canadienne [en ligne]. — [Réf. du 19 juin 2001]. - Accès : www.space.gc.ca.

Bondar , Roberta. — Neurofibrillar and neurofilamentous changes in goldfish Carassius auratus L. in relation to temperature. — Ottawa : Bibliothèque nationale du Canada, 1976. — 3 microfiches. — (Thèses canadiennes sur microfiches). — Thèse de doctorat, University of Toronto, 1974

______. — Passionate vision: discovering Canada's national parks. — Toronto : Douglas & McIntyre, 2000. — 175 p.

----------. — Pour l'amour de ce pays : 15 voix pour un Canada uni. — Toronto : Penguin Books, 1995. — P. 1-9. — Titre sur la page de titre ajoutée : « Spacelog STS42 - Discovery ». — If you love this country : fifteen voices for a united Canada.

----------. — Touching the earth. — Toronto : Key Porter Books, 1994. — 144 p.

Destiny in space [bande vidéo]. — Graeme Ferguson, prod. — Mississauga : IMAX Corporation, 1994. — 1 cassette, 40 min, 13 mm. — coul. — Produit à l'origine pour grand écran IMAX

John F. Kennedy Space Centre - STS-42 Shuttle Mission [en ligne]. — NASA (National Aeronautics and Space Administration). — [Réf. du 19 juin 2001]. — Accès : www-pao.ksc.nasa.gov/kscpao/shuttle/missions/sts-42/mission-sts-42.html

« Roberta Bondar ». — Canadian newsmakers 1997. — Toronto : Gale Canada, 1998. — P. 70-73

Webb, Michael. — Roberta Bondar : leading science into space. — Mississauga : Copp Clark Pitman Ltd., 1993. — 28 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources