Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Sciences

Jean Cuthand Goodwill

Photo de Jean Goodwill

(1928-1997)

Infirmière

Source


Défenseur des peuples autochtones en matière de santé publique et membre fondateur de l'Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada

Infirmière de cœur, Jean Cuthand Goodwill, d'origine crie, choisit sa vocation très tôt. Souffrant de tuberculose dans sa jeunesse, elle passe plusieurs années au Sanatorium de Prince Albert, en Saskatchewan, ce qui l'amène à étudier les soins infirmiers. Faisant déjà preuve de détermination, elle reçoit son diplôme d'infirmière du Holy Family Hospital de Prince Albert en 1954, après s'y être prise deux fois pour passer les examens terminaux. Elle devient alors la première Autochtone à terminer son cours d'infirmière en Saskatchewan.

Elle entreprend sa carrière au Indian Hospital de Fort Qu'Appelle, puis accepte la responsabilité d'infirmière en chef au poste de soins infirmiers de La Ronge. Après quelques années de travail dans l'isolement et les conditions difficiles du nord de la Saskatchewan, Jean Goodwill quitte le Canada pour aller travailler aux Bermudes. À son retour au pays, elle participe de plus en plus au développement d'organismes autochtones au Canada, son but étant d'assurer des services de santé appropriés aux communautés autochtones selon leur culture et leur condition.

Jean Goodwill s'est engagée dans un grand nombre d'associations et a siègé siégé à plusieurs comités au cours de sa vie. Elle a exercé tour à tour les fonctions de directrice exécutive du Indian-Metis Friendship Centre à Winnipeg, de chef du département des études sur la santé amérindienne au Saskatchewan Indian Federated College de la University of Regina, de membre du comité directeur de l'Association canadienne de santé publique et de membre fondateur de l'Association des femmes autochtones du Canada, pour ne nommer que celles-là. Elle est également l'un des membres fondateurs de l'Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada, dont elle sera présidente pendant durant sept ans.

Dès lors, Jean Goodwill se consacre au domaine politique, mais toujours dans l'optique des soins de santé et de l'amélioration des habitudes de vie des Autochtones. En 1978, elle devient infirmière-conseil pour la Division des services médicaux ainsi que conseillère du sous-ministre adjoint D. Lyall Black aux Affaires autochtones du sous-ministre adjoint D. Lyall Black. Deux ans plus tard, elle est la première femme amérindienne à être nommée au sein de la fonction publique fédérale au poste de conseillère spéciale de la ministre de la Santé nationale et du Bien-être social, Monique Bégin. Elle est ensuite nommée au ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien.

Jean Goodwill accumule de nombreuses distinctions au cours de sa carrière. Elle reçoit, en 1981, le prix Jean Goodwill, créé en son honneur par la Manitoba Indian Nurses Association. La Queen's University lui octroie également un doctorat honorifique de droit en 1986. En 1992, elle a l'honneur d'être nommée officier de l'Ordre du Canada pour l'ensemble de ses réalisations. Puis, en 1994, elle est lauréate pourremporte l'un des prix nationaux d'excellence décernés par la Fondation nationale des réalisations autochtones.

En 1997, elle succombe à un cancer à l'âge de 69 ans. Elle a mené une vie incroyablement active, comme en témoignent ses multiples réalisations, et, soutenue, tout au constamment long, par un le désir d'améliorer la qualité de vie de son peuple. Jean Goodwill était persuadée que les problèmes de santé étaient largement tributaires de la pauvreté et des mauvaises conditions d'hygiène. Son implication et son dévouement à la cause amérindienne ont permis d'élaborer des programmes d'études en soins infirmiers pour les autochtonesAutochtones, d'ouvrir des cliniques sur des réserves et d'améliorer les conditions de vie des Autochtones.

Ressources

Goodwill, Jean Cuthand. — « Indian and Inuit nurses of Canada ». — Saskatchewan Indian Federated College journal. — Vol. 4, no. 1 (1988). — P. 93-104

« In memoriam ». — Canadian journal of public health. — Vol. 88 (July/Aug 1997). — P. 265

« Indian Women ». — The Saskatchewan Indian. — (March 1989). — P. 12

Saskatoon Women's Calendar Collective. — « Jean Cuthand Goodwill ». - Herstory 2001: the Canadian women's calendar.  — Regina : Coteau Books, c2000. — P. 6

Kirkness, Verna. — « Remembering a humanitarian of our own : Jean Cuthand Goodwill (1928-1997) ». First perspective — Vol. 6, no. 8 (Oct. 1997).  — P. 25

« Profiles ». — Canadian Woman woman Studies studies = Les cahiers de la femme. — Vol. 10, no.s 2 & 3 (Summer/Fall 1989). — P. 121-122

Saskatchewan Indian Cultural Centre. — Aboriginal faces of Saskatchewan [en ligne] : a photo gallery website. — Ron Hyggen, Mason Medynski, Michelle Flamont and Mike Tanton. — [Réf. du 21 juin 2001]. — Accès : www.sicc.sk.ca/faces/wgooje.htm

Sluman, N. ; Goodwill, J. — John Tootoosis : a biography of a Cree leader. — Ottawa : Golden Dog Press, 1982. — 235 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources