Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Sciences

Julie Payette

Photograph of Julie Payette

(1963- )

Astronaute

Source


Ingénieure électricienne et informatique, pilote et première Canadienne à travailler à bord de la Station spatiale internationale

En juin 1992, Julie Payette est du nombre des quatre astronautes que l'Agence spatiale canadienne a sélectionnés parmi 5330 candidatures.

Née en 1963 à Montréal, au Québec, elle y fait ses études primaires et secondaires avant de décrocher plus tard une bourse d'études au United World College (Atlantique) au pays de Galles où elle obtient, en 1982, un baccalauréat international. Selon un article de presse récent, elle aurait écrit dans l'annuaire du collège : « Un jour, je partirai dans une fusée et je ferai le tour de la Terre pour contempler le monde. » (Branswell, 1999)

Julie Payette reçoit également bien d'autres bourses et obtient un baccalauréat en ingénierie électrique (avec mention) de McGill University en 1986 et une maîtrise en science appliquée à l'ingénierie informatique de l'University of Toronto en 1990. Au cours des dernières années, plusieurs universités canadiennes lui décernaient des doctorats honorifiques.

Avant d'entrer au programme spatial canadien, Mme Payette s'est dotée d'une plage d'expérience professionnelle étendue : ingénieure-système chez IBM Canada (1986-1988); chercheuse adjointe à l'University of Toronto (1988-1990); chercheuse invitée au Laboratoire de recherches d'IBM à Zurich, en Suisse (1991); et ingénieure-chercheuse au sein du Groupe de recherche en communication parlée aux Recherches Bell-Northern à Montréal (1992). Ses travaux de recherche portent sur les systèmes informatiques, le traitement du langage naturel, la reconnaissance automatique de la parole et l'application des technologies interactives dans le domaine spatial.

Julie Payette entre à l'Agence spatiale canadienne en 1992. Après sa formation de base, elle commence à travailler comme conseillère technique dans le cadre du système d'entretien mobile (SEM), système robotique qui sera la contribution canadienne à la Station spatiale internationale. Elle crée le groupe IHM (interface homme-machine) au sein du Bureau des astronautes canadiens et travaille comme technicienne spécialisée au sein du Groupe d'étude de recherche internationale de l'OTAN (RSG-10) chargé du traitement de la parole (1993-1996).

Pendant sa période de formation au Canada, Julie Payette réussit à obtenir sa licence de pilote professionnelle et totalise plus de 120 heures en temps de vol à gravité réduite à bord de nombreux aéronefs à microgravité. En février 1996, elle obtient le grade de capitaine sur un avion à réaction militaire CT-114 à la base des Forces canadiennes à Moose Jaw, en Saskatchewan.

De 1996 à 1998, Mme Payette participe au programme d'entraînement des astronautes offert par la NASA au Lyndon B. Johnson Space Center et s'occupe des problèmes techniques liés à la robotique spatiale pour le compte du bureau des astronautes de la NASA.

Julie Payette agit comme spécialiste de mission lors du vingt-sixième vol de la navette spatiale Discovery, qui s'est déroulé du 27 mai au 6 juin 1999 et au cours duquel a lieu le premier amarrage manuel de la navette à la Station spatiale internationale. Huitième astronaute de l'Agence spatiale canadienne à voler en état d'apesanteur, elle est aussi la première Canadienne à monter à bord de la Station spatiale internationale (SSI) pour participer à son montage. Parlant de son travail à une journaliste quelques mois plus tard, elle dit : « Je sais que je suis perfectionniste, exigeante, peut-être même compulsive. Je n'y peux rien. L'important, c'est de trouver sa voie dans la vie, d'être dans son élément. C'est bien ça le mien. » (Phillips, 1999)

Julie Payette compte d'autres centres d'intérêt, notamment la course à pied, le ski, les sports à raquette et la plongée en scaphandre autonome. Elle parle français et anglais couramment et se débrouille en espagnol, en italien et en russe. En outre, elle est une pianiste, une soprano soliste et une choriste de formation.

Membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec et des Amies d'affaires du Ritz, elle fait partie aussi, depuis 1995, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG). Elle est membre de l'Académie canadienne de génie et siège au Conseil d'administration de l'United World Colleges (international).

À l'heure actuelle, Julie Payette est astronaute en chef à l'Agence spatiale canadienne, officier de liaison et membre de l'équipe de soutien de l'équipage chargé des activités de mise à l'essai de l'SSI en Russie et en Europe.

Ressources

Branswell, Brenda. — « Ambition accomplished : the multitalented Julie Payette joins the roll of Canadian space travellers ». — Maclean's. — Vol. 112, no. 20 (May 17, 1999). — P. 57-58

"Julie Payette". — Agence spatiale canadienne. . — [Réf. du 22 juin 2001]. - Accès : www.space.gc.ca/csa_sectors/human_presence/
astronauts/astronauts/corps/biopayette_f.asp

Phillips, Andrew. — « Julie Payette ». — Maclean's. — Vol. 112, no. 50 (December 13, 1999). — P. 62-63

Livres pour enfants

Clerc, Isabelle. — Julie Payette astronaute et Anh Dao. — Saint-Lambert, Québec : Héritage, 1995. — 157 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources