Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur : Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes - Théâtre, danse, et musique

La Bolduc (Mary Travers)

Photo de La Bolduc (Mary Travers)

(1894-1941)

Interprète, parolière

Source


Née à Newport, petit village de pêche et d'exploitation forestière sur la côte sud de la péninsule gaspésienne, Mary Travers vient d'une grande famille à ascendance anglaise. Même si sa famille avait peu ou pas de tradition musicale, elle apprend à jouer du violon, de l'harmonica, de l'accordéon et de la guimbarde. À 13 ans, elle quitte son village pour Montréal, où elle travaille comme domestique. En 1914, elle se marie avec un commerçant, Édouard Bolduc, et ils ont de nombreux enfants. Avec le début de la Dépression, elle se produit en public afin d'accroître le revenu modeste de la famille.

Elle est d'abord engagée comme violoniste dans un spectacle musical, les «Veillées du bon vieux temps» en 1927. C'est à cette époque qu'elle commence à enregistrer, accompagnant le chanteur Ovila Légaré. Elle est invitée à chanter pour la première fois dans la revue musicale, et son premier succès l'inspire pour composer La Cuisinière. Même si elle est à peine connue, ses disques 78 tours La Cuisinière et La Servante sous étiquette Starr atteignent le chiffre sans précédent de 12 000 disques vendus au Québec. Du jour au lendemain, elle devient très connue au Québec, et tout le monde l'appelle «La Bolduc».

Durant les années 1930, elle enregistre 85 de ses chansons sous étiquette Starr. Celles-ci sont écrites en français familier et portent sur des événements banals, exprimant les joies et les peines des gens ordinaires durant cette période difficile. Surtout, elles font rire les gens au sujet des choses qui les accablent le plus.

L'évolution de la chanson au Québec a été très influencée par La Bolduc, et ses chansons occupent une place à part dans le patrimoine des chansons québécoises. D'après l'Encyclopédie de la musique au Canada (Toronto, 1992) : «Bien qu'elle ait eu beaucoup d'imitateurs, personne ne l'égalait.»

Benoît, Réal. — La Bolduc. — Montréal : Éditions de l'Homme, c1959. — 123 p.

Lonergan, David. — La Bolduc : la vie de Mary Travers, 1894-1941. — Bic (Québec) : Issac-Dion Éditeur, [1992]. — 212 p.


Mary Travers dit La Bolduc site www.labolduc.qc.ca/ (disponible en anglais seulement)

Écouter La Bolduc dans un extrait de J'ai un bouton sur le bout de la langue (857K), paroles et musique de La Bolduc. (Starr, ©1932)

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources