Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Myrtle Cook

Photo de Myrtle Cook

(1902-1985)

Épreuves d'athlétisme

Source


Dans un hommage rendu à Myrtle Cook, composé peu après son décès, on décrivait Mme Cook comme une des plus grandes porte-parole canadiennes du sport féminin qui a consacré sa vie à promouvoir la présence et la participation des jeunes filles et des femmes dans le domaine du sport.

Née à Toronto en 1902, Myrtle Cook excellait dans de nombreux sports, notamment le tennis, le hockey sur glace, le basket-ball, les quilles, le cyclisme et le canotage. À l'âge de 15 ans, Mme Cook devenait membre de l'équipe nationale féminine d'athlétisme. On se souvient surtout de Myrtle Cook alors qu'elle était membre de l'équipe canadienne féminine d'athlétisme pour les Jeux Olympiques de 1928, surnommée à l'époque par la presse « The Matchless Six » (L'incomparable équipe des six). Durant les années 1920, tant sur la scène politique que sur la scène sportive, les femmes ont fait tomber de nombreuses barrières. Lors des Jeux Olympiques d'Amsterdam, en 1928, on introduisait pour la première fois les épreuves d'athlétisme féminines à titre d'essai. La décision du Comité olympique canadien d'envoyer aux Jeux Olympiques de 1928 une équipe féminine d'athlétisme souleva une vive controverse.

Myrtle Cook établit un record mondial au 100 mètres lors des essais olympiques canadiens à Halifax, se méritant ainsi le titre de favorite pour remporter la médaille d'or olympique. Ce fut toutefois une énorme déception lorsque Mme Cook fut disqualifiée de l'épreuve olympique après avoir effectué deux faux départs. Parmi les six finalistes de cette épreuve figuraient deux autres canadiennes - Bobbie Rosenfeld et Jane Bell. Cependant, la foule jubilait lorsque Myrtle Cook courut le dernier 100 mètres du relais 4x100 mètres, assurant ainsi une arrivée en première place pour l'équipe canadienne féminine de relais composée de Myrtle Cook, de Jane Bell, d'Ethel Smith et de Bobbie Rosenfeld. Partout on disait que l'équipe « The Matchless Six » était la plus qualifiée parmi les équipes féminines d'athlétisme, surpassant même l'équipe américaine et l'équipe allemande.

L'accueil qu'on fit aux héroïnes à leur retour au Canada était à la mesure de l'ampleur de ce qu'elles avaient accompli et de la popularité qu'elles avaient désormais acquise. L'équipe « The Matchless Six » se rendit à Toronto et à Montréal pour y défiler sous une pluie de serpentins. Selon la presse de l'époque, plus de 200 000 personnes s'étaient entassées à la station de métro Union et dans la rue adjacente, Front Street, et 100 000 autres personnes suivaient le défilé.

Myrtle Cook continua de participer aux épreuves du 100 mètres et du 60 verges à titre de championne canadienne jusqu'en 1931. Elle était la seule athlète féminine à l'époque à avoir participé à des épreuves à l'échelle internationale pendant sept années consécutives et à avoir établi des records canadiens, américains et mondiaux.

Son engagement dans les organisations sportives et auprès des athlètes féminines débuta en 1923, alors qu'elle participait activement à mettre sur pied le Toronto Ladies Athletic Club, le premier club d'athlétisme canadien destiné exclusivement aux femmes. Plus tard, Mme Cook fut nommée directrice d'athlétisme du Canadian Ladies Athletic Club de Toronto. À Montréal, Myrtle Cook créa une division du club et, quelques années plus tard, elle fonda le Mercury Athletic Club avec Hilda Strike, médaillée d'argent du 100 mètres lors des Jeux Olympiques de 1932. Mme Cook s'engage activement dans l'entraînement des athlètes féminines, participe à des collectes de fonds en vue de les appuyer et préconise la participation des femmes aux épreuves sportives et leur présence aux divers événements à caractère sportif. On lui demanda d'enseigner ses techniques de course aux Montreal Royals, équipe masculine de base-ball professionnelle, dans le but d'améliorer leur propre technique de course autour des buts. Durant la Deuxième Guerre mondiale, elle participe même à l'entraînement des recrues militaires.

En 1929, Mme Cook entreprend une carrière de journaliste sportive qui durera quarante ans. Elle se joint donc à l'équipe du Montreal Star, quotidien pour lequel son époux, Lloyd McGowan, travaille à titre de rédacteur sportif. Pendant plusieurs années, Mme Cook écrira une chronique hebdomadaire intitulée « In the Women's Sport Light ». Mme Cook fut intronisée au Temple de la renommée du ski des Laurentides pour son travail de pionnière dans le domaine du journalisme sportif, plus particulièrement pour ses articles portant sur le ski.

Tout au long de sa vie, Myrtle Cook s'est engagée dans le domaine des sports internationaux. Elle a siégé à presque tous les comités des Jeux de l'Empire britannique et des Jeux du Commonwealth ainsi qu'aux Comités olympiques, de 1932 à 1972. Lors d'une entrevue qui eut lieu avant son départ pour les Jeux Olympiques de Munich, en 1972, Mme Cook mentionna qu'elle avait participé à onze éditions des Jeux Olympiques - d'abord comme compétitrice, puis à titre d'entraîneuse, de gérante et, enfin, comme journaliste.

Bien que, dans l'histoire du sport, on se souvienne de Myrtle Cook comme un des membres de l'équipe « The Matchless Six » lors des Jeux Olympiques de 1928, sa contribution la plus importante demeure son engagement dans le monde du sport féminin et son plaidoyer en faveur des athlètes féminines, domaines auxquels elle a consacré toute sa vie.

Ressources

Hotchkiss, Ron. - «"The Matchless Six" : Canadian women at the Olympics, 1928». - The Beaver. - Vol. 73, no 5 (octobre/novembre 1993). - P. 23-42

Lewis, Pamela. - «Myrtle Cook McGowan : a special tribute». - Canadian Association for the Advancement of Women and Sport newsletter. - Vol. 4, no 1 (printemps 1985). - P. 6-8

McDonald, David. - «Golden Age of women and sport in Canada». - Canadian women's studies. - Vol. 14, no 4 (automne 1995). - P. 12-15

Palmason, Diane. - «In memory of Myrtle». - Canadian Association for the Advancement of Women and Sport newsletter. - Vol. 4, no 1 (printemps 1985). - P. 9-10

Patton, Paul. - "Cook led the way for women athletes". - The globe and mail. - 22 mars 1985. - P. 23

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources