Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Sandra Schmirler

Photo de Sandra Schmirler

(1963-2000)

Curling

Source


Sandra Schmirler a été capitaine de l'une des équipes qui ont dominé le curling féminin durant les années 1990. Le couronnement de sa carrière s'est produit lorsqu'elle a remporté la première médaille d'or en curling féminin lors des Jeux Olympiques de Nagano, en 1998. En plus de faire reconnaître ses performances, elle a contribué à promouvoir le curling féminin tant sur la scène nationale que sur la scène internationale.

Née en 1963 à Biggar, en Saskatchewan, elle est la plus jeune des trois filles d'Art et de Shirley Schmirler. Elle a grandi dans cette ville, où elle a fréquenté l'école polyvalente Biggar. Elle excellait tant sur le plan scolaire que dans les sports, notamment la natation, le volley-ball, le fast ball, le badminton et l'athlétisme. Cependant, c'est le curling, sport qu'elle pratique depuis l'âge de douze ans au club de curling de Biggar, qui la passionne. Elle participera d'ailleurs à deux championnats provinciaux durant ses années d'études au collège.

Sandra s'inscrit à l'University of Saskatchewan, à Saskatoon, afin de poursuivre des études en éducation physique. Durant ses deux dernières années d'études, elle pratique le curling au sein de l'équipe de Carol Davis. Après avoir obtenu son diplôme, elle commence à jouer au curling comme troisième joueuse avec Kathy Fahlman. C'est d'ailleurs dans cette équipe qu'elle fait la connaissance de Jan Betker, qui deviendra par la suite une amie très proche et pour longtemps sa coéquipière de curling. Après une performance décevante lors des Championnats provinciaux de 1990, Sandra décide de former sa propre équipe. Outre Jan Betker à la troisième position, elle demande à Marcia Gudereit et à Joan McCusker de se joindre à son équipe et d'occuper, respectivement, la première et la deuxième position. Cette équipe remporte six Championnats provinciaux au cours des dix années qui ont suivi et trois Championnats canadiens en 1993, en 1994 et en 1997. Ces mêmes années, l'équipe remporte également le Championnat mondial de curling, un exploit sans précédent. Aucune autre équipe féminine de curling formée de ces quatre mêmes membres n'avait remporté plus d'un titre mondial.

L'équipe de Schmirler continue sur cette même lancée, lors du Championnat mondial de 1997 lorsqu'elle remporte une victoire après avoir participé aux essais de curling canadiens en vue de participer aux Olympiques et qu'elle se voit attribuer le droit de représenter le Canada aux débuts des compétitions de curling lors des Jeux de Nagano de 1998. L'équipe participe donc au tournoi à la ronde et le remporte avec un pointage de 6 contre 1, ce qui lui assure la première place; elle remporte la médaille d'or et les amateurs de curling partout au pays sont au comble de la joie. Afin de souligner les exploits sportifs des membres de l'équipe, la Presse canadienne leur décerne le titre de l'équipe de l'année en 1998. Le quatuor féminin a également été intronisé au Temple de la renommée du curling au Canada en mars 1999.

Sandra Schmirler a toujours gardé les deux pieds sur terre, et sa famille de même que ses amis constituaient une priorité pour elle. C'est d'ailleurs ce qui a charmé ses admirateurs. Alors qu'elle participait aux Jeux Olympiques, elle parlait autant de sa fille et de son mari que de ses exploits au curling, exprimant son regret d'être séparée d'eux pendant si longtemps. Mme Schmirler et les autres membres de l'équipe ont souvent affirmé que leur succès était attribuable d'abord à l'amitié qui les unissait. Elle a également toujours maintenu des liens étroits avec le club de curling de sa ville natale; pour plusieurs équipes juniors de cette région, elle est une source d'inspiration.

Malheureusement, la carrière de Sandra Schmirler a été de courte durée; au cours de l'été de 1999, on lui a annoncé qu'elle était atteinte d'un cancer. C'est à titre de commentatrice sportive qu'elle a fait sa dernière apparition en public, lors des Championnats canadiens de curling junior, à peine trois semaines avant son décès, survenu le 3 mars 2000. Des rédacteurs sportifs ainsi que des figures publiques importantes, par l'entremise d'articles publiés dans de nombreux quotidiens au pays, lui ont rendu hommage. De même, sa ville natale, Biggar, prévoit aménager un parc commémoratif en son honneur.

Ressources

Canadian Curling Association canadienne de curling, 2000
www.curling.ca [en ligne]. - [Réf. du 2 juin 2000]. - Accès : www.curling.ca

Canadian newsmakers 1997 : cumulation. - Éd. Marie-Lynn Hammond ; Dyanne Rivers. - Toronto : Gale Canada, 1998. - P. 547-549

Canadian Who's Who, Vol. XXXIV (1999). - Éd. Elizabeth Lumley. - Toronto : University of Toronto Press, 1999. - P. 1119

Eisler, Dale ; Wickens, Barbara. - «Nagano's rock stars». - Maclean's. - Vol. 111, no 6 (9 février 1998). - P. 46-47

«In too few years, a life to remember». - Maclean's. - Vol. 113, no 11 (13 mars 2000). - P. 56-58

Scholz, Guy. - Gold on ice : the story of the Sandra Schmirler curling team. - Regina : Coteau Books, 1999. - 177 p.

Wallace, Bruce. - «Close, but no sweep». - Maclean's. - Vol. 111, no 8 (23 février 1998). - P. 38-40

Wickens, Barbara. - «Sweep stakes». - Maclean's. - Vol. 111, no 11 (16 mars 1998). - P. 52-55

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources