Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Shirley Douglas

Photo de Shirley Douglas

(1934- )
Actrice de cinéma, de télévision et de théâtre et militante

Shirley Douglas
Source


Actrice chevronnée, Shirley Douglas a beaucoup travaillé, depuis le début de la vingtaine, au théâtre, au cinéma, à la télévision et à la radio où elle a interprété de nombreux rôles mémorables. Fille de Tommy Douglas, ancien premier ministre de la Saskatchewan et cofondateur du Nouveau Parti Démocratique, considéré comme le père du régime d'assurance-maladie, Shirley Douglas est aussi une militante engagée qui appuie de nombreuses causes sociales et politiques.

Fille d'Irma et de Tommy Douglas, Shirley Douglas est née à Weyburn (Saskatchewan) en 1934. Pendant son enfance, elle participe à des pièces de théâtre présentées à son église et à des activités musicales, puis accompagne son père lors de campagnes politiques. Elle commence à s'intéresser sérieusement au théâtre à l'âge de seize ans et fréquente la Banff School of Fine Arts. Shirley Douglas passe deux ans à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres (Angleterre), où elle obtient son diplôme en 1952. Elle travaille pendant quelques années comme actrice au théâtre et à la télévision en Grande-Bretagne. À son retour au Canada en 1957, Shirley Douglas épouse son premier mari et donne naissance à un fils, Thomas Douglas. De son mariage subséquent à Donald Sutherland, en 1965, naissent des jumeaux, Rachel et Kiefer Sutherland. La famille Sutherland va s'établir en Californie en 1967.

C'est à la fin des années 1960 et au début des années 1970 que Shirley Douglas commence à s'engager dans le mouvement protestataire américain — d'abord dans une campagne contre la guerre du Vietnam, puis à la défense des droits des opprimés, notamment les immigrants et les femmes. Elle aide à la mise sur pied du groupe de financement Friends of the Black Panthers. Cette activité lui vaut toutefois le refus d'un permis de travail aux États-Unis. En 1977, elle quitte la Californie, seule avec ses enfants, pour s'établir à Toronto.

Après son retour au Canada, la carrière d'actrice de Shirley Douglas continue à évoluer. Elle joue plusieurs rôles au cinéma et à la télévision, en plus de se produire sur scène au Festival de Stratford, au Centre national des arts d'Ottawa et dans divers théâtres de Toronto. Elle poursuit son militantisme, appuyant des mouvements tels que Performing Artists for Nuclear Disarmament.

Shirley Douglas fait sa marque comme interprète de femmes fortes et passionnées. Elle incarne Hagar Shipley dans The Stone Angel, Marilla dans Anne of Green Gables, Martha dans Who's Afraid of Virginia Woolf et, récemment, l'indomptable matriarche May Bailey dans la série télévisée de CBC « Wind At My Back » portant sur les années de la Dépression en Ontario. En 1997, Shirley Douglas a l'occasion unique de jouer avec son fils, Kiefer Sutherland : elle interprète le rôle de la mère Amanda, et Kiefer, celui du fils Tom, de l'envoûtante pièce autobiographique de Tennessee Williams, The Glass Menagerie.

Shirley Douglas défend toujours avec ardeur le principe d'un régime de soins de santé universellement accessible aux Canadiens et a agi comme porte-parole nationale du groupe de pression Canada Health Coalition. Elle participe aussi activement à la Toronto Health Coalition et à Friends of Medicare Toronto, contribuant à l'organisation de collectes de fonds, de campagnes de publicité et d'événements médiatiques en plus de faire du lobbyisme auprès des autorités fédérales et provinciales.

En 2000, elle remporte un Gemini Award remis à la meilleure actrice pour son rôle dans le film Shadow Lake réalisé pour la télévision en 1999. L'année suivante, elle reçoit un doctorat honorifique de la Ryerson University et le Diamond Award du Variety Club.

L'énergie et la détermination de Shirley Douglas sont évidentes dans les personnages qu'elle incarne et dans son ferme engagement à défendre les soins de santé universels. Sa contribution au cinéma, à la télévision et au théâtre canadiens au cours du dernier quart de siècle a été considérable et n'a d'égale que sa passion et son engagement dans les questions sociales qu'elle a à cœur.

Ressources

Fulton, E. Kaye. — « Stage mother, stage son ». — Maclean's. — Vol. 110, no. 11 (March 17, 1997). — P. 66-67

Hampson, Sarah. — « Saint Tommy's torchbearer : Shirley Douglas speaks out on medicare ». — The globe and mail. — (March 9, 2000). — P. R3

Knelman, Martin. — « A career of her own : Shirley Douglas returns as May Bailey in the popular TV series Wind At My Back ». — Financial post magazine. — (January 1999). — P. 12

MacDonald, Cynthia. — « Isn't life a riot? = Le retour du phénix ». — EnRoute. — Vol. 17, no. 9 (September 1989). — P. 82-99

Mickleburgh, Rod. — « Medicure - fixing the health system : what Tommy would say ». — The globe and mail. — (November 23, 2002). — P. F5

Nikkel, Greg. — « Shirley Douglas visits : health care needs to be saved » [en ligne]. — Weyburn review. — Vol. 90, no. 31 (Aug. 4, 1999). — [Réf. du 5 septembre 2003]. — Accès : www.weyburnreview.com/News/1999/9931/douglas.html (Disponible en anglais seulement)

Scanlon, Kevin. — « High profile : Shirley Douglas : political activist, anti-war actress and NDPer for life ». — The Toronto star. — (Oct. 18, 1983). — P. E1

Wagner, Vit. — « Actress has always lived in 'the real world' ». — The Toronto star. — (June 8, 1988). — P. C2

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources