Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Evelyn Hart

Photo d'Evelyn Hart en tutu exécutant un retiré sur pointes, un tambour de basque dans ses mains

(1956- )
Danseuse principale, Royal Winnipeg Ballet

Evelyn Hart
Source


Evelyn Hart, ballerine de renommée mondiale et danseuse principale du Royal Winnipeg Ballet avait un rêve : elle voulait devenir une danseuse qui ferait connaître le Canada (Enright, p. 12).

En 1966, à l'âge de dix ans, alors qu'elle habite Peterborough, en Ontario, elle est inspirée par la beauté de la danse en voyant Veronica Tennant, dans le rôle de Juliette, dans une représentation télévisée de Roméo et Juliette offerte par le Ballet national du Canada. Evelyn commence alors à danser à la maison et à admirer les images de ballerines qui illustrent les livres que sa mère emprunte de la bibliothèque municipale.

Peu de temps après, Evelyn convainc ses parents de lui permettre de s'inscrire à des cours de danse au YWCA. À treize ans, elle obtient une place à la session d'été de l'École nationale de ballet.

En 1970, sa famille vient s'établir à Dorchester. Evelyn s'inscrit à des cours de danse dans la ville voisine de London à une école de danse administrée par Dorothy et Victoria Carter. Elle dit des Carter : « They are indelibly etched on my soul for life. Without them I wouldn't be where I am. To this day I attribute my whole being in dance to those two women. It is because of the Carters that I am a dancer » [traduction libre : Elles sont gravées de façon indélébile dans mon âme. Sans elles, je ne serais pas où je suis. J'attribue tout ce que j'ai réussi à faire dans la danse à ces deux femmes. C'est à cause des Carter que je suis une danseuse] (Wyman, p. 42).

Evelyn Hart entre à l'École nationale de ballet à l'automne 1971, mais elle doit quitter trois mois plus tard parce qu'elle souffre d'anorexie mentale. En 1973, après avoir recouvré la santé et repris confiance en elle, elle auditionne pour entrer à l'école du Royal Winnipeg Ballet, division professionnelle; elle y est acceptée et a, comme professeur, David Moroni.

Elle se joint au Royal Winnipeg Ballet comme membre du corps de ballet en 1976. Il s'ensuit de nombreuses promotions au sein de la compagnie. Elle devint soliste en 1978 et première danseuse en 1979.

Avec son partenaire David Peregrine, Evelyn Hart participe au Concours mondial de ballet tenu à Osaka, au Japon, en 1980, et remporte la médaille de bronze. La même année, elle devient la première Canadienne à gagner une médaille d'or au Concours international de ballet à Varna, en Bulgarie. Elle obtient également un certificat rarement décerné, le Certificate of Exceptional Artistic Achievment.

Max Wyman, dans la bibliographie qu'il a publiée d'Evelyn Hart, mentionne ce qui suit : « ...she has struggled throughout her career against a sense of personal inadequacy » [traduction libre : ...elle a lutté tout au long de sa carrière contre un sentiment d'inadaptation] (Wyman, p. 123). Ce conflit intérieur n'a pas empêché la danseuse d'être reconnue par le public en tant que ballerine. Wyman explique cet état de fait ainsi : « technique... was not what people watched Evelyn for. Her forte was emotional expression and a lyricism rooted deeply in her own romantic-spiritual worldview » [traduction libre : la technique... n'était pas ce que les gens retenaient d'Evelyn. Son point fort était son expression émotionnelle et un lyrisme profondément ancré dans sa propre vision romantique et spirituelle du monde]. Wyman fait remarquer aussi : [she has an] ability to make a connection with an audience and hold it spellbound » [traduction libre : [...elle a cette] capacité d'entrer en rapport avec un auditoire et de le tenir captivé] (Wyman, p. 118).

Les prestations d'Evelyn Hart dans les ballets classiques lui valent d'immenses acclamations. Ses interprétations de Giselle dans Giselle, d'Odette/Odile dans Le Lac des cygnes, de Juliette dans Roméo et Juliette et de Tatiana dans Onegin ont été particulièrement appréciées. Les auditoires répondent également avec enthousiasme à son travail dans des classiques contemporains tels que Thaïs pas de deux de sir Frederick Ashton, Nuages de Jiri Kylian et Belong pas de deux de Norbert Vesak.

En plus de se produire sur toutes les scènes du monde avec le Royal Winnipeg Ballet, elle est invitée à danser avec des compagnies bien connues comme le Ballet national du Canada, le Bayerische Staatsballett et le Sadler's Wells Royal Ballet. En 1992, les Blue Morpho Films, en collaboration avec l'Office national du film du Canada, tourne à son sujet un film de 50 minutes intitulé Moment of Light: The Dance of Evelyn Hart.

Evelyn Hart est nommée officier de l'Ordre du Canada en 1983 et promue au titre de Compagnon en 1994. En 1987, on la nomme Femme de l'année au Manitoba. L'Université McMaster et l'Université du Manitoba lui décernent des doctorats honorifiques en 1989. Ses prestations à la télévision de Belong et du rôle de Juliette dans Roméo et Juliette lui valent deux prix ACTRA. Elle est intronisée à l'Allée des célébrités canadiennes en 2000. En 2001, elle reçoit un Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène en reconnaissance de sa brillante carrière dans les arts du spectacle.

Max Wyman conclut ainsi sa biographie d'Evelyn Hart : « Despite the odds against her, the fears within her, and the external obstacles she has faced, she has accomplished what she set out to do — to dance superbly, to bring a rare emotional expressiveness to Canadian ballet, and to dance on the world's major stages » [traduction libre : En dépit des probabilités jouant contre elle, de ses propres peurs et des obstacles externes à surmonter, elle a accompli ce qu'elle avait entrepris de faire — danser superbement, apporter une rare expressivité émotionnelle au ballet canadien et danser sur les plus grandes scènes du monde] (Wyman, p. 180-181).

Ressources

Enright, Robert. — « Moving intimacies : a conversation with Evelyn Hart ». — Border crossings. — Vol. 11, no. 1 (January 1992). — P. 9-17

Wyman, Max. — Evelyn Hart, an intimate portrait. — Toronto : McClelland and Stewart, 1991. — 189 p.

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources