Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Thèmes

Louise Lecavalier

(1958- )
Danseuse professionnelle


Louise Lecavalier est née à Laval, près de Montréal, d'une mère enseignante et d'un père menuisier. Elle est l'aînée, et la seule fille, d'une famille de quatre enfants. C'est durant ses études secondaires, qu'elle complète au Collège Regina Assumpta, qu'elle est initiée à la danse. Elle fait ensuite ses études collégiales au Collège de Bois-de-Boulogne à Montréal.

Louise suit une formation en danse classique et moderne à Montréal et à New York. À dix-huit ans, elle se joint au groupe Nouvelle Aire après un séjour dans la section « école professionnelle » de la compagnie. Elle fait aussi un passage rapide chez Pointépiénu. Alors que la danseuse s'apprête à partir pour New York pour suivre des cours de danse moderne, le chorégraphe Édouard Lock, son collègue de chez Nouvelle Aire, lui offre de danser pour sa compagnie.

Ce sera le début d'une fulgurante carrière avec La La La Human Steps. Les chorégraphies d'Édouard Lock lui permettront de repousser les frontières de la danse moderne. Dans un article publié dans L'actualité du 1er décembre 2001, Yan Muckle écrit : « Entre elle et lui, l'alchimie est certaine. Ils parlent le même langage. Et tous deux ont soif de se donner à fond. » (p. 90) Louise Lecavalier devient une figure emblématique de la danse moderne au Québec et est acclamée à l'échelle du monde.

La danseuse aime avant tout le travail en studio, la recherche du mouvement parfait, la quête de l'innovation. Refaire sans cesse le même mouvement lui fait gravir les échelons dans les niveaux d'interprétation et de compréhension d'une pièce.

Les reconnaissances et les prix ne tardent pas à venir légitimer l'innovation, la passion qui la caractérise ainsi qu'à souligner son apport à la danse.

Elle remporte le Bessie Award à New York en 1985, devenant ainsi la première Canadienne à recevoir ce prix. Vient ensuite le prix Jean-A.-Chalmers en 1999, la plus grande distinction en danse au Canada. En février 2003, elle reçoit une bourse de carrière du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Le périodique Melody Maker de Londres voit en elle la danseuse la plus brillante et la plus tragique de notre époque, une danseuse aux jambes de feu. Sans rien enlever au talent ni à la recherche innovatrice d'Édouard Lock, on peut approuver ce qu'ajoute Yan Muckle dans son article dans L'actualité : « Mais quand on repense aujourd'hui à Human Sex, à New Demons, à Infante c'est destroy ou encore à 2, ce n'est pas lui [Édouard Lock] qu'on revoit, mais Louise Lecavalier, avec sa crinière blanche et ses jambes de fer. C'est elle qui va permettre à Lock de donner corps aux visions qui l'habitent. Sans la fougue et la détermination légendaires de cette danseuse, on peut même se demander si les spectacles de La La La Human Steps auraient pris un tour aussi extrême. » (p. 90)

Ensemble, Édouard Lock et Louise Lecavalier ont donné ses lettres de noblesse à La La La Human Steps. Sans Louise Lecavalier, les dix-huit dernières années de cette compagnie auraient pris une autre tangente. On ne peut et on ne pourra jamais remplacer Louise Lecavalier. Elle a quitté la compagnie en 1999 après dix-huit années passées comme muse d'Édouard Lock et danseuse principale de sa compagnie.

Voici une liste partielle des pièces qu'elle a créées, dont plusieurs avec La La La Human Steps :

La La La Human Steps, chorégraphies d'Édouard Lock, tournées nationales et internationales : Oranges, Dishes, Businesman in the Process of Becoming an Angel, Human Sex, New Demons, Infante, c'est destroy, 2 et Exaucé (Salt), 1981-1999

Sound and Vision, 10 spectacles avec David Bowie, 1990

Non, non, non, je ne suis pas Mary Poppins, solo chorégraphié par Louise Lecavalier, 1983

Le Sacre du printemps, chorégraphie de Daniel Léveillé, 1982

Groupe Nouvelle Aire, tournées nationales et européennes, 1978-1981

Films et vidéos

Inspirations, long métrage, réalisation de Michael Apted, 1996

Strange Days, film, réalisation de Kathryn Bigelow, 1994

Le Petit Musée de Vélasquez, moyen métrage, réalisation de Bernar Hébert, 1993

Fame, vidéoclip de David Bowie, 1990

Danse avant de tomber, vidéoclip de Carole Laure, réalisation de Lewis Furey, 1989

Wrap Around the World, spectacle télévisé à l'échelle mondiale, duo avec David Bowie, chorégraphie d'Édouard Lock, réalisé par Nam June Paik, 1988

Human Sex duo No 1, court métrage, réalisation de Bernar Hébert, 1987

David Bowie's Sound and Vision tour, disque compact vidéo, 1990

Louise Lecavalier travaille régulièrement à l'Université de New York où elle donne des classes de maître ou des ateliers en danse moderne. En mars 2003, elle présentait une pièce du chorégraphe canadien Ted Robinson. Elle a aussi dansé avec Louise Bédard au cours des deux dernières années.

Louise Lecavalier a pris une pause d'environ une année au cours de laquelle elle a donné naissance à des jumelles. Elle a déjà plusieurs projets d'avenir et collabore présentement avec Ted Robinson. C'est avec un plaisir anticipé que nous attendrons ses prochaines créations.

Ressources

Bazzo, Marie-France. — « Louise Lecavalier : déesse destroy ». — Elle Québec. — No 26 (octobre 1991). — p. 34

Bréniel, Pascal. — « Danser le risque ». — La gazette des femmes : Conseil du statut de la femme. — (Janvier-Février 1992). — p. 5

Conseil des arts et des lettres du Québec. — « Quatre créateurs renommés reçoivent des bourses de carrière du Conseil des arts et des lettres du Québec : Louise Lecavalier ». [en ligne]. — [Réf. du 6 juillet 2003]. — Accès : www.calq.gouv.qc.ca/9/communiques2003.htm#carriere

La La La Human Steps. — « Les interprètes : Louise Lecavalier » [en ligne]. — [Réf. du 5 août 2003]. — Accès : http://epidemic.cicv.fr/geo/art/lll/interp.html

_____. — [Louise Lecavalier] [en ligne]. — [Réf. du 5 août 2003]. — Accès : www.lalalahumansteps.com/htmfr/3_1_4_1.htm

Muckle, Yan. — « Danse : L'ange noir ». — L'actualité. — Vol. 26, No 19 (1er décembre 2001). — p. 88-92

Précédent | Suivant

Droits d'auteur/Sources