Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Henry Burr, ténor (1885-1941)

Photo d'Henry Burr

Source
Henry Burr

Henry Burr est l'artiste qui a fait le plus d'enregistrements à son époque; il compte à son actif, selon sa propre évaluation, plus de 12 000 enregistrements. Né le 15 janvier 1885 à St. Stephen, près de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, il porte le nom d'Harry McClaskey. Il commence à chanter très jeune et, à l'âge de 13 ans (1898), il chante comme soprano avec un orchestre de Saint-Jean. Après l'avoir entendu chanter, Giuseppe Campanari du Metropolitan Opera lui suggère d'aller étudier le chant aux États-Unis. En 1902, il quitte le Nouveau-Brunswick pour se rendre à New York, où il étudie avec John D. Meehan et Ellen Burr (de qui il a emprunté son pseudonyme professionnel le plus connu). À cette même époque, il chante à la Grace Methodist Episcopal Church.

Photo du Peerless Quartet, vers 1923. De gauche à droite : John H. Meyer, Henry Burr, Frank Croxton, Albert Campbell

Source
The Peerless Quartet, vers 1923. De gauche à droite : John H. Meyer, Henry Burr, Frank Croxton, Albert Campbell

Encore adolescent (probablement en 1902), Henry Burr commence à enregistrer pour la maison Columbia. Le premier enregistrement à paraître sous son nom, sous l'étiquette Columbia, sort en 1904. En 1906, il se joint au Columbia Male Quartet, lequel a enregistré sous le nom de Peerless Quartet, sous l'étiquette Victor. Il prend la direction du groupe en 1910, qu'il dirige jusqu'en 1928. Au cours des années, il enregistre sous différents noms (Harry McClaskey, Henry Burr et Irving Gillette, pour n'en nommer que quelques-uns). Également, il chante avec divers ensembles tels le Heidelberg Quintette et le Sterling Trio. De plus, il exécute plusieurs duos avec Albert Campbell. En 1915, il assemble une troupe de tournée avec les artistes les plus populaires qui enregistrent chez Victor, dont les chanteurs Billy Murray, Arthur Collins, Albert Campbell et le joueur de banjo Vess Ossman. Après plusieurs années d'enregistrement en tant que pigiste, Henry Burr signe un contrat exclusif et lucratif avec la maison Victor, tout en continuant à diriger et à faire des tournées avec la troupe Eight Popular Victor Artists. La troupe s'est également illustrée aux émissions de radio « Goodrich Zippers » et « Cities Servic ». Lorsque la maison Victor, après un changement de direction, décide de ne pas renouveler le contrat du groupe en 1927, Henry Burr dissout le groupe et prend la direction de la programmation de la Columbia Broadcasting Company (devenue CBS).

Photo du Sterling Trio, vers 1919. De gauche à droite : Albert Campbell, Henry Burr, John H. Meyer

Source
The Sterling Trio, vers 1919. De gauche à droite : Albert Campbell, Henry Burr, John H. Meyer

Henry Burr ne s'est jamais seulement contenté de ses revenus de chanteur; il s'est aussi lancé dans d'autres entreprises alors qu'il était au sommet de sa popularité. En 1915, pour se faire la main dans le domaine du disque, il fonde la Paroquette Manufacturing Co., compagnie qui a vite fermé ses portes (1917). Il est copropriétaire avec Fred Van Eps d'une manufacture de banjo et, pendant quelques années, il dirige une entreprise d'édition de musique à New York. Il agit en tant que parolier pour d'autres artistes, dont Ray Perkins, pour qui il a écrit « Stand Up and Sing for Your Father an Old-time Tune ».

Photo de Henry Burr, chez lui. Photo publicitaire parue dans le catalogue des disques Columbia, 1919

Source
Henry Burr, chez lui. Photo publicitaire parue dans le catalogue des disques Columbia, 1919

Bien que sa carrière d'enregistrement soit en grande partie derrière lui vers la fin des années 1920, à la suite des changements survenus dans la technologie de l'enregistrement ainsi que dans les goûts du public, Henry Burr réussit néanmoins un retour sur les ondes de la station de radio WLS de Chicago dans les années 1930, à l'émission « National Barn Danc ». Cette émission populaire rivalisait avec l'émission « Grand Ole Opry » de Nashville. En 1941, Henry Burr décède d'un cancer de la gorge et est enterré à Westchester dans l'État de New York. Sa femme Cecilia lui survit.

Photo de Henry Burr tenant un chien, vers 1919

Source
Henry Burr, vers 1919

Il s'avère difficile d'estimer précisément le nombre d'enregistrements qu'a réalisés Henry Burr, en raison autant de leur grand nombre que des nombreux pseudonymes qu'il a employés. On peut retrouver une discographie partielle de ce chanteur dans En remontant les années et dans la biographie qu'a préparée Arthur Makosinski. Quelques-unes de ses chansons les plus populaires sont « In the Shade of the Old Apple Tree », « The Song that Stole My Heart Away » et « My Buddy », qu'il a enregistrées en solo, ainsi que « Let Me Call You Sweetheart » et « My Bird of Paradise », qu'il a enregistrées avec le Peerless Quartet.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements d'Henry Burr, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.


Références

« Burr, Henry ». -- Encyclopédie de la musique au Canada. -- Sous la direction d'Helmut Kallmann et al. -- 2e éd. rev. et augm. -- [Saint-Laurent, Qué.] : Fides, 1993. -- No AMICUS 13213211

« Henry Burr » [documentation éphémère]. -- Bibliothèque nationale du Canada, Division de la musique

Hoffmann, Frank W. -- Billy Murray : the phonograph industry's first great recording artist. -- Lanham, Md. : Scarecrow Press, 1997. -- x, 544 p. -- No AMICUS 14865920

Makosinki, Arthur. -- Henry Burr [en ligne]. -- [Réf. du 11 juin 2003]. -- Accès : www.me.uvic.ca/~art/hb.html

Moogk, Edward B. -- En remontant les années : l'histoire et l'héritage de l'enregistrement sonore au Canada, des débuts à 1930. -- Ottawa : Bibliothèque nationale du Canada, 1975. -- xii, 447 p. -- No AMICUS 79943. -- Publié aussi en anglais sous le titre de Roll back the years : history of Canadian recorded sound and its legacy : genesis to 1930