Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Herbert L. Clarke, cornettiste (1867-1945)

Photo d'Herbert L. Clarke tenant un cornet à pistons

Source
Herbert L. Clarke

Herbert Lincoln Clarke, reconnu comme le plus grand cornettiste de son époque, a certainement été le plus prisé. Il était non seulement virtuose du cornet, mais aussi « excellent compositeur, violoniste accompli, prolifique et très doué pour les orchestrations et un chef d'orchestre de grande classe » (Johnston, janv. 1972, p. 44). Il a également écrit plusieurs cahiers d'études pour cornet que l'on utilise encore aujourd'hui.

Herbert Clarke est né à Woburn, au Massachusetts, le 12 septembre 1867, et il est arrivé à Toronto avec sa famille en 1880. Puisque son père était organiste à la Jarvis St. Baptist Church et que ses trois frères aînés jouaient avec le Regimental Band of the Queen's Own Rifles, il n'est pas surprenant que le jeune Herbert Clarke se soit intéressé à la musique. Il a lui-même relaté dans son autobiographie, How I Became a Cornetist, que c'est le fait d'avoir grandi dans un environnement musical qui l'a incité à devenir musicien de carrière.

Au printemps 1881, il assiste à une représentation de l'American Band de Providence (Rhode Island) au Horticultural Pavilion de Toronto, où il entend un solo du cornettiste Bowen R. Church. Plus tard, Herbert Clarke se rappelle cet événement comme le plus marquant de son enfance. Il apprend à jouer du cornet par lui-même en utilisant l'instrument de son frère Edwin. Vers la même époque, il se joint au Toronto Philharmonic Orchestra, dirigé par F.H. Torrington, en tant que violoniste. Toutefois, il est envoûté par le cornet et, en 1882, il se joint à la fanfare Queen's Own Rifles en tant que le dernier des douze membres de la section des cornets afin obtenir un instrument fourni par le gouvernement et être en mesure de répéter.

Entre 1884, année où il reçoit son diplôme d'études secondaires, et 1887, il partage son temps entre l'orchestre maison de l'English Opera House à Indianapolis, où habite sa famille, tout en travaillant sans enthousiasme au magasin John Kay de Toronto tandis qu'il joue en tant que deuxième cornettiste avec la fanfare Queen's Own Rifles, et la station balnéaire d'Ontario Beach où il joue pendant l'été. En 1887, il se joint au Citizen's Band of Toronto dirigé par John Bayley, en qualité de cornettiste solo. Il passe les cinq années suivantes à jouer pour plusieurs harmonies importantes des environs de Toronto (Taylor Safe Works Band, Heintzman Piano Company Band, Streetsville Ontario Band) et à en diriger. De plus, il enseigne au Toronto Conservatory of Music (où il joue pour le Toronto Conservatory String Quartet) et au Trinity College à Port Hope, en Ontario. En septembre 1889, il épouse Elizabeth (Lizzie) Loudon, avec qui il a deux enfants : Vivian (Grace) en 1890 et James (Edward James Watkin) en 1892. Au printemps 1892, il quitte à nouveau le Canada, après avoir réussi une audition pour le Gilmore Band.

En 1893, il se joint au Sousa's Band en tant que cornettiste solo. Après avoir joué à l'Exposition de Chicago la même année, il part jouer pour différentes harmonies, ce qu'il fait pendant les cinq années suivantes. C'est à cette période qu'il divorce de Lizzy Loudon et qu'il épouse Lillian Bell Hause, avec qui il a deux autres enfants : Ruby Bell et Herbert L. Clarke, fils. En 1898, il retourne avec le Sousa's Band, groupe avec lequel il fait de nombreuses tournées. Plus tard, il devient chef adjoint de Sousa et dirige plusieurs de leurs séances d'enregistrement. En septembre 1917, il démissionne pour retourner au Canada diriger l'Anglo-Canadian Leather Company Band à Huntsville, en Ontario, de 1918 à 1923. Sous sa direction, cette harmonie commerciale devient un des orchestres qui a connu le plus de succès en Amérique du Nord.

En 1923, la santé de sa femme l'oblige à s'installer à Long Beach, en Californie, où il dirige le Long Beach Municipal Band jusqu'en 1943. Au mois d'avril 1934, il est élu président de l'American Bandmasters Association. Il décède en janvier 1945 et ses cendres sont enterrées au Congressional Cemetery de Washington (D. C.), près de la tombe de John Phillip Sousa. Tous ses documents et ses souvenirs personnels sont conservés à la The Sousa Archives and Center for American Music de l'University of Illinois, à Urbana-Champagne.

Tout au long de sa carrière musicale, Clarke a enregistré la plupart de ses propres compositions pour soliste de cornet, ainsi que d'autres morceaux du même genre. Il a dirigé la Sousa's Band pour plus de 200 enregistrements. Du nombre de ceux-ci, on retrouve « Bride of the Waves », « Sounds from the Hudson » et « Caprice Brilliante » en tant que soliste, « Hunting Scene » à la direction de l'American Band of Providence, et « The Stars and Stripes Forever », « Semper Fidelis » et « Favourite Songs of Canada » à la direction de la Sousa's Band. Plusieurs de ses enregistrements ont été réédités vers 1979 : disque Crystal Records S450. On peut trouver une discographie à son sujet dans En remontant les années.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements d'Herbert L. Clarke, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.


Références

Bridges, Glenn D. -- Pioneers in brass. -- Foreword by Harold B. Bachman. -- 3rd ed. -- Detroit : Sherwood Publications, 1972. -- vi, 113 p. -- No AMICUS 2546053

« Clarke, Herbert L. ». -- Encyclopédie de la musique au Canada. -- Sous la direction d'Helmut Kallmann et al. -- 2e éd. rev. et augm. -- [Saint-Laurent, Qué.] : Fides, 1993. -- No AMICUS 13213211

Johnston, Herbert N. -- « In and around Toronto with Herbert L. Clarke : Part 1 ». -- The school musician director and teacher. -- (January 1972). -- P. 44-46. -- No AMICUS 654302

_____. -- « In and around Toronto with Herbert L. Clarke : Part 2 ». -- The school musician director and teacher. -- (February 1972). -- P. 42-43, 66. -- No AMICUS 654302

Moogk, Edward B. -- En remontant les années : l'histoire et l'héritage de l'enregistrement sonore au Canada, des débuts à 1930. -- Ottawa : Bibliothèque nationale du Canada, 1975. -- xii, 447 p. -- No AMICUS 79943. -- Publié aussi en anglais sous le titre de Roll back the years : history of Canadian recorded sound and its legacy : genesis to 1930