Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Rose Ouellette, auteure, compositrice, interprète, comédienne et administratrice (1903-1996)

Photo de Rose Ouellette, vers 1925

Source
Rose Ouellette, vers 1925

Née à Montréal le 25 août 1903, Rose-Alma Ouellette entreprend, en 1919, une carrière de vaudeville qui s'étendra sur plus de 70 ans. Elle quitte l'école dès l'adolescence et travaille dans une usine de chaussures. Attirée par la scène, elle gagne quelques concours d'amateurs dans plusieurs théâtres de Montréal. Après avoir joué un certain nombre de rôles sérieux au Ouimetoscope et à la Lune rousse, Rose Ouellette est engagée par le comédien et chanteur Paul Hébert pour jouer au King-Edward Palace des rôles de vaudeville de plus en plus importants. Se faisant d'abord appelée « Casserole », Rose Ouellette prend le nom de scène « La Poune » à la suggestion de son partenaire Olivier Guimond (père). Ce duo connaît d'énormes succès dans La Grande Revue, aussi bien à Montréal qu'à Québec et à Ottawa.

Photo de Rose Ouellette dans son rôle de directrice de théâtre

Source
Rose Ouellette dans son rôle de directrice de théâtre

En 1928, Rose Ouellette devient directrice du théâtre Cartier à Saint-Henri et forme une troupe de vaudeville qui compte dans ses rangs Juliette Pétrie, qui sera sa comparse durant plusieurs décennies. En 1930, La Poune enregistre une série de sketches et de chansons comiques, dont plusieurs avec Paul Hébert, Aurèle Dumont et Théo Brûlotte. Après huit années au théâtre Cartier, Rose Ouellette devient, en 1936, directrice du Théâtre National, qu'elle avait dirigé durant un été deux ans plus tôt. Elle y devient une célébrité nationale et remporte d'immenses succès. Pendant plus d'une décennie, la foule se pressera tous les soirs aux portes du National pour entendre La Poune entonner sa chanson-thème « C'est d'la faute à poupa » et présenter, dans des numéros de comédie et de chant, de nouvelles vedettes, dont Alys Robi, qui y fait ses débuts.

Devant la concurrence de la télévision, Rose Ouellette quitte son poste en 1953 pour se joindre à la troupe de Jean Grimaldi avec laquelle elle effectuera, durant quelques saisons, des tournées dans tout le Québec. Puis, vers 1958, Rose Ouellette entreprend une carrière au cabaret qui durera plus de vingt ans; entre 1971 et 1980, elle donnera la réplique à Juliette Pétrie, à Gerry Morelle, à Simone Mercier, à Gaston Boileau et à Louis Armel.

Longtemps snobée par le petit écran, elle fait ses débuts à la télévision dans Les Deux Valses, pièce d'André Laurendeau présentée par la SRC en 1960. Puis on la retrouve, l'année suivante, dans la série humoristique « Télé-surprise » (CFTM). Plus tard, elle tient des rôles épisodiques dans les téléromans « Rue des pignons » (SRC, 1966-1977), « Chère Isabelle » (TVA, 1976-1977), « Les Brillant » (TVA, 1979-1982) et « Les Moineau et les Pinson » (TVA, 1982-1985).

Au théâtre, Rose Ouellette joue, en 1974, dans Un jour, ce sera ton tour de Serge Sirois au Théâtre du Nouveau-Monde et, en 1981, avec Réjean Lefrançois, dans Boeing Boeing au théâtre d'été de l'île Charron. Au cinéma, elle tient des rôles dans Cœur de maman (1953) de René Delacroix, L'Apparition (1972) de Roger Cardinal et Les Aventures d'une jeune veuve (1974) de Roger Fournier. Rose Ouellette effectue une tournée québécoise en 1991 avec le chanteur Roger Sylvain et enregistre quelques réclames publicitaires à la même époque. Elle ne prend véritablement sa retraite qu'à l'âge de 90 ans. Elle décède à Montréal le 14 septembre 1996.

Le journaliste Philippe Laframboise a colligé des propos biographiques dans La Poune (Éditions Héritage, 1978, 139 pages). Madame Ouellette a publié Vous faire rire, c'est ma vie (1983). Elle a aussi écrit Comment atteindre le bel âge en grande forme (1985). En 1985, Rose Ouellette a reçu la Rose d'or, prix décerné par le vote populaire, et, en 1990, l'Ordre national du Québec. En mars 1998, la SRC a présenté le documentaire « Le Siècle de Rose Ouellette  ».Certaines des chansons qu'elle a enregistrées chez Starr à la fin des années 1940 ont été reprises sur disques audionumériques.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements de Rose Ouellette, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal