Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Hercule Lavoie, interprète et professeur (vie active 1919-1928)

Portrait d'Hercule Lavoie

Source
Hercule Lavoie

Hercule Lavoie est l'un des interprètes les plus actifs sur la scène lyrique québécoise au cours des années 1920 et il participe à un large éventail d'événements musicaux.

À l'opéra, il chante dans Carmen en février 1919 aux côtés de Sarah Fischer et de Cédia Brault. Le mois suivant, il tient le rôle de Frédéric dans Lakme, puis de Valentin dans Faust. Avec l'Association d'opéra de Montréal, il joue Albert dans Werther et Ambroise dans Mireille en novembre 1919. Avec la Société canadienne d'opérette, il tient des premiers rôles, notamment dans Les Moulins qui chantent (1923), Rêve de valse (1924), La Hussarde (1926), Le Beau Voyage (1926), Le Roman de Suzon (1926) d'Henri Miro et Les Pêcheurs de perles (1929). Il est également l'un des solistes lors de la création de Vox populi d'Henri Miro au Monument-National le 6 novembre 1928, entouré de 150 choristes et d'un orchestre de 65 musiciens dirigé par Jean Goulet.

Fréquemment invité à des concerts, il se produit notamment avec Marie-Anne Asselin, Émile Gour, Blanche Gonthier et la basse Germain Lefebvre lors d'une série de concerts donnés à Montréal et dans quelques villes du Québec en 1921. Il chante, en avril 1923, avec la soprano Camille Bernard et la pianiste Aldéa Lussier lors d'un concert à la salle Lafontaine.

Attiré par la radio, Hercule Lavoie participe, avec Hector Pellerin, Alexandre Desmarteaux et Blanche Gauthier, à l'une des toutes premières émissions de radio à CKAC (Montréal) le 27 septembre 1922. Afin de rendre le répertoire lyrique plus accessible à un large segment de la population, il fait partie, à l'automne de 1928, de la troupe des Concerts lyriques Frontenac avec Émile Gour, Jeanne Maubourg, Armand Gauthier et Léonide Létourneux. Avec un orchestre de douze musiciens et des chœurs dirigés par Henri Miro, ces artistes interprètent à la radio des extraits d'opéra diffusés à partir des studios de la Brasserie Frontenac. C'est ainsi que sont présentés, en septembre 1928, Lolita, opéra d'Henri Miro et d'Armand Robi, en octobre, Les Cloches de Corneville et Carmen, et, en novembre, Mireille et Vox populi, autre œuvre d'Henri Miro.

En septembre 1918, Hercule Lavoie fonde avec d'autres chanteurs l'Association des chanteurs de Montréal à la salle du Cercle Papineau en vue de mieux renseigner les artistes lyriques sur les possibilités d'emplois dans le domaine. À titre de directeur de la Montreal Publicity Association, il organise, pour les dîners bimensuels de cette association, des concerts lyriques à l'hôtel Queen's en 1922. Parallèlement, il donne des cours d'interprétation à son studio du 212, rue Champ-de-Mars, à Montréal.

Le baryton est également actif avec le Quatuor de Montréal, qu'il forme en août 1919 avec Émile Gour, Joseph-Henri Thibodeau et Ulysse Paquin. En 1928, il enregistre avec le Quatuor Notre-Dame, composé d'Émile Gour, de Charles-Émile Brodeur et de Paul Mireault, sous la direction de Guillaume Dupuis. Ces deux ensembles interprètent des airs folkloriques, des chants religieux et des mélodies populaires.

Le 27 mars 1924, Hercule Lavoie enregistre « L'Amour pardonne », la première des quelque 70 mélodies populaires qu'il mettra sur disque jusqu'en 1928 pour la compagnie Starr. Interprète de prédilection du compositeur Roméo Beaudry, il crée notamment « L'Amour se souvient », « J'ai toujours vingt ans, » « La Chanson du prisonnier » (« The Prisoner's Song ») et surtout « Ange de mon berceau » et « Ne fais jamais pleurer ta mère », deux des succès les plus marquants de cette décennie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements d'Hercule Lavoie, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal

Source