Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Alfred (Rochon) Nohcor, auteur, compositeur, comédien, interprète et imprésario (1885-?)

Portrait d'Alfred Nohcor

Source
Alfred Nohcor

Né à Montréal en 1885, Alfred Rochon n'a que 17 ans lorsqu'il débute au parc Sohmer à Montréal avec son frère Albert en 1902. Les duettistes se produisent aux entractes dans les théâtres montréalais et connaissent de bons succès au Théâtre National en 1904 et en 1905. Au début des années 1910, Alfred fait carrière seul sous le pseudonyme de Nohcor, anagramme de son nom de famille. Il devient une vedette des cafés-concerts (notamment de l'Eldorado) et des théâtres de Montréal, plus particulièrement le Canadien, le Star, le Majestic et le National.

Alfred Rochon a été l'un des premiers artistes québécois à se produire lui-même. Dès 1915, il fonde sa propre troupe, qu'il dirige durant une dizaine d'années avec Henri Rollin, puis seul jusqu'aux années 1940. La troupe Nohcor-Rollin présente pendant des années au Canada et aux États-Unis la pièce La Petite Aurore, l'enfant-martyre fondée sur l'histoire vécue d'une petite fille de dix ans morte à la suite des sévices que lui avait infligés la deuxième femme de son père. Le procès de la tortionnaire a fait tant de bruit que la troupe de Nohcor a incorporé à la pièce une dramatisation du procès. Cette pièce a été jouée des milliers de fois un peu partout en Amérique.

Il arrivait souvent à cette époque que les troupes d'opérette et d'opéra engagent des artistes de variétés pour tenir des rôles secondaires. C'est ainsi qu'Alfred Rochon tient le rôle de Rememdade dans Carmen, aux côtés de Blanche Gonthier et d'Honoré Vaillancourt, au Monument-National en décembre 1918, et joue dans La Basoche d'André Messager au Théâtre Français pour l'Association d'art lyrique en avril 1919.

Photo d'Alfred (Rochon) Nohcor et de son frère

Source
Alfred (Rochon) Nohcor (à droite) et son frère

Directeur du Ouimetoscope en 1922 et 1923, Rochon joue à l'occasion dans des pièces de vaudeville à l'affiche, notamment dans Les Aventures d'Aglaé, avec Juliette Béliveau et J. Hervey Germain, au début de 1923. À la même époque, il fait partie de la troupe du Théâtre Canadien-Français, avec Raoul Lery, Palmieri, Simone Roberval et Hector Pellerin. Puis il effectue des tournées au Québec et en Nouvelle-Angleterre avec la troupe Castel-Léo-Talbot et avec sa propre troupe.

En août 1916, Nohcor enregistre sur disque, pour Columbia à New York, 18 chansons de compositeurs français en vogue tels qu'Henri Christiné, Vargues, Henry Fragson, Jouve, Desmoulins et quelques autres. « L'Amour est un plaisir », « Ah! les grandes femmes », « La Jolie Loucheuse », « Mon épouse est un ange » connaissaient beaucoup de succès dans les cafés-concerts parisiens. À l'automne 1936 et au printemps de 1937, Alfred Rochon met sur disque quelques-unes de ses compositions chez Starr, dont « Mae West en vacances », « Ne séparons pas les vieux » et « Faut pas faire à sa tête ». Il signe également les textes de « La Valse de la mariée » (HMV 263148) et de « Oui! Des bananes, on en a » (HMV 263166) qu'Hector Pellerin enregistre au début des années 1920.

Pendant plusieurs années, Alfred Rochon s'occupe de gérance d'artistes. Il dirige également l'Édition Alfred Nohcor qui publie la musique en feuille de chansons populaires.

Pour en connaître davantage sur les enregistrements d'Alfred (Rochon) Nohcor, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal