Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Quatuor Octave-Pelletier (vie active 1916-1918)

Photo du Quatuor Octave-Pelletier, en 1918

Source
Le Quatuor Octave-Pelletier : Première rangée (de gauche à droite) : Jean-Marie Magnan, Guillaume Dupuis, directeur; Deuxième rangée (de gauche à droite) : Rodrigue Gauthier, Arthur Lapierre et Joseph-Henri Thibodeau

Vers 1916, Guillaume Dupuis (1887-1954), maître de chapelle et professeur de chant dans plusieurs institutions montréalaises et ancien élève d'Octave Pelletier, fonde le Quatuor Octave-Pelletier, nommé ainsi en l'honneur de Romain-Octave Pelletier (1843-1927).

Le Quatuor Octave-Pelletier réunit les ténors Arthur Lapierre et Joseph-Henri Thibodeau, le baryton Rodrigue Gauthier et la basse Jean-Marie Magnan. Chacun des membres du groupe mène en parallèle une carrière en solo et avec d'autres formations.

L'ensemble se fait d'abord connaître en concert avant de se voir offrir une séance d'enregistrement dans les studios de Columbia à New York en mai 1918. Le quatuor enregistre des chansons folkloriques (« Alouette », « À la claire fontaine », « Isabeau », « V'là l'bon vent »…), patriotiques (« Ô Canada, mon pays, mes amours », « Un Canadien errant », « Ô Canada, terre de nos aïeux ») et religieuses (« Minuit chrétiens », « Jérusalem »). Il produit dix disques entre août 1918 et janvier 1920; sur les deux premiers (Columbia E3979 et E3980), le quatuor est appelé « Quatuor Columbia canadien ».

Le 19 octobre 1918, Rodrigue Gauthier est emporté par la grave épidémie de grippe espagnole qui fait tant de victimes au Canada. Guillaume Dupuis le remplace et la basse Armand Gauthier comble le départ de Jean-Marie Magnan, mais le groupe met fin à ses activités peu après.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements du Quatuor Octave-Pelletier, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal

Source