Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Blanche DuBuisson, chanteuse (1879-vers 1950)

Photo de Blanche DuBuisson

Source
Blanche DuBuisson

Dix-septième d'une famille de 22 enfants, Blanche Fournier naît à Québec le 1er décembre 1879. Elle épouse Damase Champagne en 1898 et fait ses débuts professionnels à la salle Jacques-Cartier de Québec avec la troupe de M. Grévin. Le couple s'installe à Montréal en 1899. Blanche adopte alors le nom de scène de DuBuisson et se produit à l'Eldorado, le café-concert le plus chic de Montréal.

Photo de Blanche et Damase DuBuisson

Source
Blanche et Damase DuBuisson

En 1900 ou en 1901, elle joue avec son mari au parc Sohmer dans Carmen, Les cloches de Corneville, La mascotte, La fille du tambour-major, La traviata et Lucie de Lammermoor, sous la direction d'Ernest Lavigne. La même année, le couple effectue deux tournées aux îles Saint-Pierre et Miquelon, avec la troupe de F. Delville et celle d'Henri Miro. En 1902, Blanche DuBuisson se produit avec son mari au théâtre Bijou, où ils interprètent des airs d'opérette et du répertoire de vaudeville avec Louis Vérande, Lucien Boyer et Albert Roberval. La chanson « Le papillon et l'hirondelle » demeure leur plus grand succès et inaugure une carrière qui s'échelonnera sur plus de 40 ans. En 1903, elle revient à Québec; elle chante avec son mari dans une série d'opérettes aux côtés notamment de Rose Delyus, de Juana Laviolette et de Victor Occellier. Pendant plusieurs années, elle tient la vedette au Théâtre national et au théâtre Les Nouveautés, deux établissements en vogue de Montréal, et côtoie Fréjust, Granier, Paul Gury et Nana de Varennes. Suivent des tournées avec Albert Roberval, Albert Duquesne, Paul Coutlée et Elzéar Hamel.

À son retour de tournée, Blanche DuBuisson entreprend une série de représentations d'opéras-comiques et d'opérettes au Théâtre canadien-français (angle des rues Sainte-Catherine et Saint-André à Montréal) avec une troupe réunissant Jeanne Maubourg, Simone Rivière, Darcy, Armand Robi et Hector Pellerin. Dans ces spectacles, elle interprète toujours des rôles de mère criarde, ce qui lui endommagera irrémédiablement la voix. Elle se tourne alors vers le théâtre. Elle joue d'abord dans la pièce Madame Sans-gêne sous la direction de Jean-Baptiste Mallet. Dans les années 1920, elle se produit dans les principaux théâtres de Montréal et de Québec. En 1935, Robert Choquette lui confie le rôle de Mme Bouchard dans son radioroman « Le curé de village » (CKAC, 1935-1938). Elle joue ensuite dans de nombreux autres, dont « Un homme et son péché » (SRC, 1939-1956), « Jeunesse dorée » (SRC, 1942-1966) et « La métairie Rancourt » (SRC, CKAC, 1941-1952). Elle décède à Montréal dans les années 1950.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal


Référence

Thérien, Robert.  -- Notes de recherche inédites