Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Quatuor Alouette (1930-vers 1965)

Photo du Quatuor Alouette, vers 1943

Source
Le Quatuor Alouette, vers 1943. Roger Filiatrault, Jules Jacob, Émile Lamarre et André Trottier

Ensemble vocal qui chantait a capella exclusivement des chansons folkloriques canadiennes-françaises; il était constitué de Roger Filiatrault, de Jules Jacob, d'Émile Lamarre et d'André Trottier.

Roger Filiatrault
Jules Jacob
Émile Lamarre
André Trottier
Le Quatuor Alouette

Roger Filiatrault, baryton (1905-1973)
Roger Filiatrault est né à Montréal, le 5 février 1905. D'abord pianiste et violoniste, il fait ses débuts comme baryton avec la Société canadienne d'opérette en 1924. Il étudie le piano et le chant avec Salvator Issaurel à Montréal, puis l'art vocal avec Désiré Demest et la direction chorale avec Désiré Defauw et Joseph Jongen au Conservatoire royal de Bruxelles (1926-1928). Il poursuit ses études en physiologie de la voix à Paris. De retour à Montréal, il fonde, en 1930, le Quatuor Alouette, dont les activités musicales s'étendront sur une trentaine d'années. Il enseigne l'art vocal dans plusieurs institutions de Montréal et d'Ottawa dans les années 1940 et 1950. Il décède à Lesage, au Québec, le 27 avril 1973.

Jules Jacob, ténor (1906-1969)
Jules Jacob a vu le jour à Saint-Prosper-de-Champlain, près de Trois-Rivières, au Québec, en 1906. Après des études de chant avec Salvator Issaurel et Alice Raymond, il se joint au Quatuor Alouette dès ses débuts, en 1930. Très actif à la radio également, il participe régulièrement aux émissions « Le réveil rural » (1937-1967) et « Le quart d'heure de la Bonne Chanson » (SRC, CKAC, 1939-1952). Il poursuit de plus une carrière sur scène, notamment avec les Variétés lyriques, l'orchestre des Concerts symphoniques et l'Opéra Guild. Jules Jacob remplace Ludovic Huot au sein du Trio lyrique en 1939 tout en continuant à chanter avec le Quatuor Alouette jusqu'aux années 1960. Son décès survient à Ville Mont-Royal [Montréal], le 16 janvier 1969.

Émile Lamarre, basse (1886-1963)
Né à Saint-Rémi-de-Napierville, au Québec, le 25 septembre 1886, Émile Lamarre étudie le chant avec Céline Marier et parcourt les États-Unis avec la troupe de la tournée Bennett. Après avoir fait partie du Quatuor Canadien, il se produit fréquemment avec la Société canadienne d'opérette dans les années 1920, puis se joint au Quatuor Alouette. Il décède à Montréal, le 21 février 1963.

André Trottier, basse (1901?- )
En 1901, à Grondines, au Québec, naissait André Trottier. Après avoir fait des études à Trois-Rivières et à Québec, il travaille dans une banque de 1920 à 1923, tout en faisant du théâtre et du chant. Ensuite, il occupe à Montréal un emploi comme fonctionnaire et étudie en même temps le chant avec Alexandre Clerk (1923-1925) et Alice Raymond (1925-1929) et participe à plusieurs productions de la Société canadienne d'opérette et de l'Opéra Français.

Le Quatuor Alouette
En 1930, Oscar O'Brien demande à André Trottier et à Roger Filiatrault de préparer quelques pièces folkloriques pour poursuivre l'œuvre du folkloriste Charles Marchand, décédé quelques mois plus tôt. Au début de 1931, Jules Jacob et Émile Lamarre viennent compléter le Quatuor Alouette et Oscar O'Brien en prend la direction musicale. Ayant un répertoire composé exclusivement de chansons de folklore canadiennes-françaises, le Quatuor donne son premier concert le 29 mai 1932 à la Salle des Artisans de Montréal et connaît rapidement le succès.

En 1933, le groupe se produit à Ottawa et à Toronto, et participe à ses premières émissions de radio (CKAC, CMM). L'année suivante, une première tournée mène le quatuor Alouette sur la côte est des États-Unis (New York, Maine, New Hampshire…). Par la suite, le Quatuor représente le Canada lors des cérémonies officielles tenues à Saint-Malo pour marquer le quatrième centenaire de la fondation du Canada. Il se fait aussi entendre à Paris, à Rouen, à Le Havre et à Dinard, en Bretagne.

En 1936, le Quatuor Alouette anime sa propre série de 26 émissions à la radio de la SRC. Pendant plus de 30 ans, l'ensemble vocal se produit de façon régulière à diverses émissions, dont « Le réveil rural » (SRC, 1937-1967), « Les amours de Ti-Jos » (CKAC, 1938-1945, CKVL, 1945-1947) et « Le quart d'heure de la Bonne Chanson » (SRC, CKAC, 1939-1952). Le groupe effectue une deuxième tournée en France et en Belgique en 1937. En 1940, il participe à l'émission « The American School of the Air » diffusée par CBS et est invité à New York, l'année suivante, pour l'émission « Treasury Hour - Millions for Defence » en compagnie de la contralto Marian Anderson et d'un orchestre dirigé par Benny Goodman.

En 1942, le gouvernement du Québec délègue le Quatuor Alouette au National Folk Festival qui se tient à Washington. Le groupe renouvelle l'expérience en 1943, cette fois à Chicago et à Philadelphie. Il donne également un récital au Town Hall de New York, en octobre 1943, et son premier grand récital à Montréal, en 1944. Roger Filiatrault prend la relève d'Oscar O'Brien comme directeur musical en 1945, lorsque ce dernier entre au monastère de Saint-Benoît-du-Lac. En septembre de cette même année, le Quatuor Alouette se rend au Brésil où il remporte de vifs succès. Au Canada, le groupe se produit à l'hôtel Ritz-Carlton (mars 1947), à l'Auditorium Eaton de Toronto en décembre 1947 et au théâtre Séville en septembre 1950. Le Quatuor Alouette met fin à ses activités au milieu des années 1960.

Les archives du Quatuor Alouette sont conservées dans le fonds Roger-Filiatrault aux Archives de folklore de l'Université Laval de Québec. Quelques chansons inédites du quatuor se retrouvent dans des transcriptions de l'émission radiophonique « Le quart d'heure de la Bonne Chanson » que conserve la Bibliothèque nationale du Québec et sur certains disques de transcription radio de la Société Radio-Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements du Quatuor Alouette, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal


Référence

Thérien, Robert.  -- Notes de recherche inédites