Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Chœur de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac

Photo montrant le Chœur de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, vers 1947

Source
Chœur de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, vers 1947

Georges Mercure
André Saint-Cyr
André Laberge
Oscar O'Brien

Proclamé patron de l'Europe par le pape Paul VI en 1964, saint Benoît est né vers 480 à Norcia, en Italie. Il fonde avec ses disciples l'Abbaye de Subacio, puis celle du Mont-Cassin, et rédige les règles monastiques de ces moines, appelés « bénédictins », qui cherchent Dieu dans l'office liturgique, l'oraison nourrie par la méditation de l'Écriture et le travail quotidien, en communauté et sous la direction paternelle d'un abbé. Des moines venus de l'Abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle, en Normandie, fondent, en 1912, l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac sur la rive ouest du lac Memphrémagog, à 150 kilomètres au sud de Montréal.

La musique liturgique et surtout le chant grégorien font partie intégrante des offices religieux de la communauté de Saint-Benoît-du-Lac, qui a bénéficié au fil des ans de l'arrivée dans ses rangs de quelques musiciens doués.

Georges Mercure (1905-1993)
Georges Mercure est né à Drummondville, au Québec, le 19 juin 1905. Très jeune, il montre des dispositions pour la musique. C'est après ses études en piano avec Arthur Letondal qu'il entre au manastère de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac en 1923. Il parfait ensuite ses études à la Schola Cantorum de Paris et aux abbayes de Solesmes et de Saint-Wandrille où il s'intéresse particulièrement au chant grégorien. À son retour, il publie Rythmique grégorienne (1937) et forme un chœur qui enregistrera deux albums 78 tours  : Une messe grégorienne et Rythmique grégorienne.

En 1944, dom Georges Mercure est élu prieur et devient le premier supérieur canadien de sa communauté. Il effectue un deuxième séjour à Paris au début des années 1950 et y travaille le contrepoint avec Nadia Boulanger. À son retour, il publie Polyphonie grégorienne (1958) et enregistre quelques albums avec les moines bénédictins de Saint-Benoît-du-Lac.

À compter de 1967, dom Georges Mercure entreprend la composition de tout l'Office divin. Il laisse la direction du chœur de l'Abbaye en 1970. Il décède à Montréal, le 24 août 1993.

André Saint-Cyr (194?- ?)
Né à Québec dans les années 1940 dans une famille de musiciens, André Saint-Cyr étudie le piano et l'orgue à Québec et poursuit ses études musicales à Saint-Benoît-du-Lac, à Paris et à Rome. Détenteur d'une maîtrise en musique sacrée et d'un baccalauréat en composition sacrée, il se spécialise en paléographie musicale grégorienne, en sémiologie, en direction et en interprétation du chant grégorien. En 1970, il succède à dom Georges Mercure comme maître de chœur et professeur de technique vocale à l'Abbaye de Saint-Benoît.

Dom André Saint-Cyr participe en tant que maître de chœur à plusieurs émissions de la Société Radio-Canada et à plus de vingt enregistrements de chant grégorien aussi bien au pays qu'à l'étranger. En tant que professeur, on l'invite aux sessions grégoriennes organisées par The National Association of Pastoral Musicians de Washington (D.C.), aux États-Unis. Il assure, depuis 1989, la direction du chœur grégorien de l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréal, où a lieu mensuellement une messe en chant grégorien.

Dom André Saint-Cyr a enregistré l'album Chant grégorien (Radio-Québec/SBL-1880) avec son frère, le violoncelliste Marcel Saint-Cyr, et dom André Laberge, à l'orgue. Avec ses sœurs Hélène (soprano) et Claire (alto) et son frère Bernard (baryton), il a formé le Quatuor Saint-Cyr au début des années 1980.

André Laberge (1940- ?)
Né à Beauharnois, le 23 août 1940, André Laberge fait ses études à Montréal avant d'entrer, en 1960, au manastère de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac où il est ordonné prêtre en 1969. Il suit par la suite des cours au Conservatoire de musique de Montréal avec Bernard Lagacé (orgue), Kenneth Gilbert (clavecin), Françoise Aubut (contrepoint) et Gilles Tremblay (analyse). Au cours de l'été 1971, il se rend en Hollande pour étudier l'orgue à l'Académie de Haarlem avec Piet Kee et Luigi Ferdinando Tagliavini. Les deux étés suivants, il enseigne cet instrument pour l'organisme Musiciens amateurs du Canada, puis est professeur (1974-1977, 1980) au Centre d'art d'Orford.

Grâce à une bourse du Conseil des Arts du Canada, dom André Laberge suit des cours (1977-1979) au conservatoire de Toulouse (France) avec Xavier Darasse et, parallèlement, avec Gustav Leonhardt, à Amsterdam. Il se produit en France, notamment à Paris, à l'église Saint-Thomas-d'Aquin, et à Toulouse, à la chapelle des Carmélites. Au pays, il donne de nombreux concerts, notamment pour la Société Radio-Canada, Télé-Québec, l'Institut canadien, le Festival international de Lanaudière et divers organismes, dont Pro Organo, Les Amis de l'orgue de Québec et Ars Organi.

Dom André Laberge a enregistré depuis 1975 plusieurs albums comme claveciniste et organiste. Le grand orgue de l'église abbatiale de Saint-Benoît-du-Lac a été construit par le facteur Karl Wilhelm et installé à l'été 1999.

Oscar O'Brien (1892-1958)
Mentionnons finalement le passage chez les Bénédictins de Saint-Benoît-du-Lac d'un autre musicien canadien talentueux : Oscar O'Brien.

Né à Ottawa, le 7 septembre 1892, Oscar O'Brien a voué sa vie à la propagation de la chanson folklorique, d'abord aux côtés de Charles Marchand dans les années 1920, puis comme directeur musical du Quatuor Alouette et collaborateur assidu du mouvement de la Bonne Chanson. Il entre au monastère de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac en 1945 et est ordonné prêtre sept ans plus tard. Il décède le 20 septembre 1958.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les enregistrements des moines de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, veuillez consulter la base de données du Gramophone virtuel.

Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal


Référence

Thérien, Robert.  -- Notes de recherche inédites