Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - En quarantaine :
la vie et la mort à la Grosse-Île, 1832-1937

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : Collage de photos en noir et blanc d'une jeune femme portant une blouse blanche, de deux hommes moustachus en tenue, de deux femmes et d'une croix celtique en pierre

Ressources pédagogiques

Document 2.3b

Précédent | Suivant

Textes à lire par le groupe de témoins

Gouvernement canadien

Source nº 1

Remarque à l'intention des élèves :
L'extrait suivant est tiré de la quatrième partie d'un compte rendu de Pádraig Breandán Ó Laighin, intitulé Summer of Sorrow. La version intégrale de ce texte peut être consultée à l'adresse suivante : www.ballinagree.freeservers.com/
sumsorrow4.html
(disponible en anglais seulement).

[Traduction]
« Au début de décembre 1847, Adam Ferrie, membre du Conseil législatif et président du Montréal Immigrant Committee, adressa une lettre virulente à Albert Henry George Grey, secrétaire d'État aux Affaires coloniales à Londres. La lettre parut sous forme de pamphlet et les passages les plus accablants furent publiés dans les journaux. Il y déclarait que, selon le témoignage des immigrants, c'était les propriétaires qui les avaient envoyés au loin "sans défense et sans protection". » (Partie 4, paragraphe 1)

Source nº 2

Remarque à l'intention des élèves :
Les extraits suivants sont tirés d'un article de J. A. Jordan, publié dans un numéro spécial du Daily Telegraph, intitulé « The Grosse-Ilse Tragedy and the Monument to the Irish Fever Victims, 1847. » La version intégrale de ce texte peut être consultée à l'adresse suivante : www.irishhistorylinks.net/Historical_Documents/Grosse_Ile_
Tragedy.html
(disponible en anglais seulement).

[Traduction]
« Malgré les nombreux avertissements reçus, les autorités canadiennes ont été presque aussi négligentes que les britanniques dans leur préparation à la terrible situation d'urgence qui les attendait. En 1846, le Dr Douglas, surintendant médical à la Grosse-Île, les avait pourtant pressées à maintes reprises de s'y préparer. Les journaux britanniques, irlandais, américains et canadiens publiaient presque chaque jour des commentaires sur la progression alarmante de la famine et de la peste… » (Paragraphe 1)

[Traduction]
« ... Mais tous les signaux et les avertissements à propos de la tempête qui menaçait ont été pour ainsi dire ignorés, jusqu'à ce qu'il soit virtuellement trop tard. Tout ce qui a été fait pour améliorer la station de quarantaine s'est résumé à acheter 50 cadres de lits, à doubler la quantité de paille utilisée dans les années précédentes et à construire un nouveau hangar ou bâtiment qui ferait office d'hôpital et contiendrait 60 lits additionnels. » (Paragraphe 2)

Précédent | Suivant