Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - En quarantaine :
la vie et la mort à la Grosse-Île, 1832-1937

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : Collage de photos en noir et blanc d'une jeune femme portant une blouse blanche, de deux hommes moustachus en tenue, de deux femmes et d'une croix celtique en pierre

Ressources pédagogiques

Document 2.3d

Précédent | Suivant

Textes à lire par le groupe de témoins

Administrateurs de la Grosse-Île

Source nº 1

Remarque à l'intention des élèves :
L'extrait suivant est tiré des chapitres 12 et 14 du journal de Robert Whyte, The Journey of an Irish Coffin Ship. La version intégrale de ce texte peut être consultée à l'adresse suivante : www.aepizeta.org/~codine/famine/diary1.html (disponible en anglais seulement).

[Traduction]
« Leurs souffrances ne prirent pas fin avec le voyage. Oh, non! Loin de là. Si seulement je pouvais décrire le désespoir dont j'ai été témoin à la Grosse-Île! Je ne devrais pas présumer que les responsables médicaux qui étaient là ne faisaient pas preuve de la plus grande humanité dans l'exercice de leur détestable devoir, lequel consistait non pas à soulager la détresse des immigrants, mais à protéger leur pays de la contamination. Tout de même, il était des plus affligeant qu'après avoir combattu les dangers de la mer, enduré la faim, la soif et la maladie, les malheureux survivants doivent encore être là, allongés, sans plus de soins qu'au milieu de l'océan Atlantique. » (Chapitre 14)

Source nº 2

Remarque à l'intention des élèves :
L'extrait suivant est tiré de la première partie de Summer of Sorrow de Pádraig Breandán Ó Laighin. La version intégrale de ce texte peut être consultée à l'adresse suivante : www.ballinagree.freeservers.com/sumsorrow.html (disponible en anglais seulement).

[Traduction]
« Quatre jours plus tard, le 21 mai 1847, le Dr Douglas informait le gouverneur général que chaque navire qui s'était rendu jusque-là était dans un triste état de maladie et de misère. Il mentionna les sept bateaux qui avaient suivi le Syria, en provenance de Limerick, de Dublin, de Cork et de Liverpool, avec 2 778 passagers à bord, dont 75 étaient morts durant le voyage. Il dit que les hangars servant d'hôpitaux étaient pleins, et que plus de 200 patients avaient été laissés à bord des derniers navires arrivés, parce qu'il n'y avait plus de lits, ni de place pour eux. » (Partie 1, paragraphe 13)

Source nº 3

Remarque à l'intention des élèves :
L'extrait suivant est tiré du site Web de Parcs Canada : « Quarantaine et santé publique : l'évolution du rôle historique de la Grosse-Île » par André Sévigny. La version intégrale de ce texte peut être consultée à l'adresse suivante : www.pc.gc.ca/lhn-nhs/qc/grosseile/natcul/natcul1a_f.asp#major.

« Ces premières décennies d'existence de la quarantaine de la Grosse-Île portent d'autres marques bien caractéristiques : gestion coloniale d'une émigration dite « britannique », donc sans véritable droit de regard canadien sur ce mouvement de population, fonctionnement de la quarantaine empreint de précipitation, d'improvisation et de tâtonnements, ignorance des causes, des modes de propagation et des traitements des maladies infectieuses, incapacité quasi chronique d'accueillir et de traiter sécuritairement le large flot des migrants, surtout malades. » (Paragraphe 4)

Précédent | Suivant