Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Anciens messagers, nouveaux médias : l'héritage d'Innis et de McLuhan

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

McLuhan

Le fond et la forme

Une des clés à la phrase aujourd'hui célèbre « Le message, c'est le médium » réside dans l'idée qu'une technologie de communication, ou forme, procède par le biais d'un contexte, ou fond. McLuhan fait remarquer que les médias opèrent souvent en silence, influant sur les personnes qui les utilisent et évoluent dans leur environnement, et modifiant leurs comportements. Pour mesurer pleinement les effets d'une nouvelle technologie, on doit étudier conjointement la forme et le fond, car l'une ne s'explique pas sans l'autre. McLuhan prêche l'étude des technologies de la communication dans leur spécificité historique, en particulier dans leur relation aux technologies qui les ont précédées. Les technologies antérieures ont modifié les données sociales, politiques, économiques et culturelles de la société, autant que les individus qui la composent. L'environnement actuel, résultat des technologies antérieures, donne jour à de nouvelles technologies qui modifient à leur tour la société et les individus.

Qui plus est, toutes les technologies portent en elles leurs propres postulats spatiaux et temporels. Ainsi, McLuhan ne s'intéresse pas à l'automobile même sur la route, à ses glaces à commande électrique et à ses sièges inclinables, ou encore à ce qu'elle accueille six passagers -- éléments qu'il considère comme contenu du média, tout comme l'émission télévisée constitue le contenu de la télévision. Le message, c'est la croissance des banlieues, l'étalement des autoroutes et voies publiques qui relient les banlieues aux centres urbains, les nouvelles pratiques et les nouveaux espaces sociaux, tels les couloirs réservés au covoiturage et les voies affectées à la circulation rapide, ainsi qu'à la façon dont nous pensons la géographie, le temps et le mouvement. Le message ne peut être saisi que dans une analyse conjointe de la forme (la voiture) et du fond (l'environnement que produit l'automobile et dans lequel on l'utilise). McLuhan voue une grande admiration à l'art moderne, notamment celui que produisent artistes et poètes symbolistes, parmi lesquels le peintre Paul Cézanne, le cinéaste Sergei Eisenstein, et les écrivains James Joyce et T.S. Eliot, justement parce que leur œuvre, qui reconfigure la relation forme-fond, propose une critique de la culture et de la société.

…la base de toute technologie réside à la fois dans la situation où elle est née et dans tout l'environnement (média) de services et de mauvais services qui l'accompagne. Ces effets secondaires s'imposent tant bien que mal comme une nouvelle forme de culture 11. [traduction libre]

Téléchargez lecteur Windows Media

Écoute ceci :

Marshall McLuhan discute des concepts fond/forme et média/message, lors d'une entrevue avec Nina Sutton, novembre 1975.
[WMA 5,282 Ko]] / Source

Photo d'une jeune fille assise sur une chaise, tenant un téléphone, début du XXe siècle, par John Kelso

Source

Portrait of Girl on Wicker Chair with Telephone, début du XXe siècle, photo de John Kelso

Photo de Marshall McLuhan fumant un cigar, 1973, par Robert Lansdale

Source

Marshall McLuhan, 1973, photo de Robert Lansdale

Notes

11. McLuhan, Laws of Media, p. 475.

Précédent | Suivant