Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Le trèfle et
la feuille d'érable
Le patrimoine documentaire des Canadiens irlandais à Bibliothèque et Archives Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Symposium

Symposium 2008

Symposium d'études irlandaises, 2008 : le 3 & 4 novembre

Les anciens lecteurs canadiens de Thomas D'Arcy McGee : une étude de cas de l'histoire littéraire canado-irlandaise de 1845 à 1935
M. Daniel O'Leary, Ph. D., Université Concordia

Audio
Formats téléchargeables
Écoutez [MP3 22 950 Ko]

Vidéo
Formats téléchargeables
[FLV 137 359 Ko]

Téléchargez Adobe Flash Player

Transcription

Tout d'abord, j'aimerais remercier les organisateurs de m'avoir invité ici aujourd'hui. J'étais horrifié de voir que je devais prendre la parole tout de suite après David parce que c'est difficile de faire aussi bien que lui.

Aujourd'hui, je vais parler des lectures de Thomas D'Arcy McGee. Je vais vous offrir une histoire de cas sur une histoire de livres de 1845 à 1935.

Je vais limiter mes remarques au sujet de ma méthodologie pour faire remarquer que l'approche suivie ici est tirée d'approches critiques littéraires entre autres, tout en répondant à l'appel de Gérald Friesen pour un appel d'attention pour ce qu'il appelle « les gens ordinaires du Canada ».

Du point de vue de Robert Darnton, un modèle d'analyse qui est tiré de théories matérialistes, culturelles et économiques d'interprétations, j'ai noté marginalia représenté dans les restes survivants de la bibliothèque Mooney et j'ai également tenu compte des aspects physiques des artéfacts culturels. Les remarques suivantes ont permis une analyse d'une bibliothèque ce qui est maintenant une bibliothèque fantôme.

En 2004, les restes du ménage Mooney au 16 Rue Queen, au dessus de la Rue Prince William à Saint John, le Nouveau Brunswick, ont mené à l'acquisition de livres et de plusieurs cartons de livres. Beaucoup de ces livres ont été jetés mais un chercheur de livres a endommagé beaucoup de livres également en biffant des signatures et des inscriptions. Certains de ces livres ont été jetés et perdus et le chercheur de livres, également un collectionneur qui s'intéressait aux Irlandais, a endommagé bon nombre de ces livres. Sir Jonah Barrington, Thomas Faughnan, Henry Gratton, y compris une première édition de 1857 de la collection de chansons d'Edwards Hayes, ce spécimen décoré de ruban émeraude et la plaque de livres de son petit-fils Edward Mooney.

D'autres textes de la collection incluaient des livres, des manuels scolaires etc. Au cours des dernières années, j'ai réussi à récupérer bon nombre de ces livres et Monsieur Shoots m'a beaucoup aidé pour étudier et photographier d'autres volumes qui n'étaient pas liés à mes intérêts ou qui allaient au-delà de mes ressources. Les livres représentaient au moins trois, et probablement quatre générations de lectures irlando-canadiennes, fournissant une base pour révéler une étude de cas historique. Alors, je vais discuter de la signification de ceci pour les lecteurs irlando-canadiens de la période 1850 à 1930, et pour imprimer une analyse culturelle de la culture du livre irlando canadienne en général.

Il y a peu d'informations au sujet des premières générations canadiennes de la famille Mooney. Comme sa femme Mary Doyle, Patrick Mooney était né dans le Comté de Derry en Irlande. Il était arrivé au Nouveau Brunswick en avril 1862 à l'âge de 11 ans. Patrick Mooney, ou plutôt son grand-père, Thomas Mooney, est venu à Saint-Jean sur le navire Elizabeth, un navire de la Londonderry J&J Cooke line. Il était accompagné de son fils Bernard, de sa belle-fille, Sarah Krealy Mooney et de leurs trois fils : Patrick James, Michael Francis, et Edward. La famille finalement s'est installée au 1710 Orange Street à Saint John. L'Elizabeth a fait huit voyages transportant des immigrants entre l'Irlande et Saint John entre 1857 et 1863 ; et en 1860, avait transporté 200 immigrants même si on avait fait des traversées précédemment avec uniquement 19 immigrants.

Thomas et Bernard Mooney étaient des travailleurs semi-qualifiés qui avaient travaillé dans le nord de l'Angleterre. Au début des années 1870, Bernard a fondé la compagnie Bernard Mooney and Sons, entrepreneurs généraux. Bernard Mooney a également acheté une entreprise de fabrication de briques à Fairview au Nouveau Brunswick et il est devenu l'un des plus grands constructeurs de la ville.

Une période dans l'histoire du Nouveau Brunswick a été caractérisée par Scott C. et d'autres moments de bigoteries intenses et de conflits et d'extrémisme Orange.

Il est presque certain que Patrick Mooney a hérité au moins une partie de la bibliothèque des livres irlandais de son père ou de son grand-père, même si aucun n'a laissé leur signature dans les spécimens qui ont survécu. Les premiers livres de la collection sont ceux de Jonah Barrington ou plutôt The Rise and Fall of the Irish Nation de Sir Jonah Barrington, les Historical Sketches Of O'Connell and his Friends de Thomas D'Arcy McGee produits la même année à Boston.

Le spécimen du livre Madden est intéressant parce qu'il comprend une signature de « D » probablement Douglas, le livre contient également un timbre de Hughes Lee Paddison Filling Chemical Works et la signature de Mooney fait qu'il est probable que la famille Mooney en faisait partie et avait passé du temps à Sutherland avant de quitter la Grande-Bretagne pour l'Amérique. Le livre est en mauvais état, il est taché par l'eau ; et le livre contient des signets associés aux volumes survivants de la famille pendant la période après leur arrivée à Saint John.

Les longs discours de Grattan du début des années 1780 jusqu'à 1819 constituent une lecture intéressante. Une signature du XXe siècle d'Edward Mooney confirme que le livre a été préservé et utilisé pendant plus d'un demi-siècle.

Avec une copie de Grattan de Madden, un autre livre de la collection qui a été apporté d'Angleterre par le père de Patrick, il y a un premier volume de Lives of Illustrious Irishmen, livre en six volumes, qui comprend du matériel sur les légendes liées aux personnages irlandais anciens, qui se sont retrouvés par la suite dans les ouvrages de Irish Revival.

La possibilité que l'utilisation des couleurs était accidentelle ou décorative ou saisonnière a été contredite par le fait que les livres irlandais de la bibliothèque ont été acquis avec le temps, et divers tissus ont été utilisés pour les rubans verts, y compris avec un avec un vert d'Irlande du Nord, du blanc, et des motifs blancs et noirs dans une copie très intéressante de la troisième édition de Historical Sketches Of O'Connell and his Friends de Thomas D'Arcy McGee, publiée à Boston par Donahoe and Rohan, et par un autre ruban semblable orange et vert dans une copie de Catholic History de McGee's relié en tissu orange.

La famille Tuffs du Nouveau Brunswick faisait partie de la migration des loyalistes de l'empire uni et était le premier propriétaire du livre, même si la date de publication pré-date l'arrivée de la famille Mooney, les signatures Tuffs confirment que les livres de D'Arcy McGee dans la collection, produits par Donahoe et Rohan de Boston incluaient O'Connell and his Friends.

Du point de vue des études de McGee, les balades Hayes sont intéressantes parce que les 68 poèmes ont été reproduits, encore plus que pour James Clarence Mangan et Thomas Moore. En fait, le livre a été la collection la plus substantielle des verts de McGee à être publiée avant l'édition Lovell de Montréal des balades canadiennes.

Ce qui est intéressant du point de vue de la distribution victorienne, c'est que la copie spécimen de Sir Jonah Barrington The Rise and Fall of the Irish Nation a été émise par les canadiens Denis et James Sadlier de New-York's Press.

Il a travaillé à Saint John et il a pris sa retraite et est devenu membre de l'administration de la ville. Il était un membre de l'Association canadienne Canadian Cavalry Association et la société historique du Nouveau Brunswick.

Il n'est surprenant d'apprendre qu'Edward s'est procuré au-delà de la moitié des livres qui existaient de la collection Mooney, il a préservé les livres irlandais qui venaient de la collection de son père, y compris le livre sur l'honorable Thomas D'Arcy McGee qui avait été publié en 1868, et d'autres livres sur la politique et l'histoire irlandaise.

D'ailleurs, dans une édition du livre de Mary Anne Sadlier's, c'est-à-dire les poèmes de Thomas D'Arcy McGee, on trouve la signature d'Edward. Mais à part ces poèmes, et l'anthologie Hayes, la poésie ne fait pas vraiment grande partie des documents de Mooney. Mais il y a quand même d'autres preuves qu'Edward a relu les livres après sa petite enfance.

Edward s'intéressait vivement à l'histoire militaire britannique. D'ailleurs, il a obtenu un exemplaire de History of the British Empire, le livre qui était utilisé un peu partout au Canada pendant une trentaine d'années, même si la valeur de ce document est discutable.

Il a aussi obtenu un exemplaire du livre The Great Battles of the British Army. Il s'est aussi procuré un exemplaire de tous les discours de James David Edgar entre autres Cavaliers and Roundheads or Stories of the Great Civil Wars qui ont été publiés en 1888. Ces documents avaient été publiés par Ballantine Press à Edinburgh et même si la version canadienne est maintenant très rare, c'est un livre qui avait été publié pendant une trentaine d'années, sinon plus.

Cela montre un portrait de Cromwell, c'est un livre passionnant avec toutes sortes d'anecdotes ainsi que la vision canadienne de la culture britannique. Cela semblait être un livre préféré d'Edward Mooney qu'il a gardé jusqu'à sa vieillesse. Il est d'ailleurs possible qu'il l'ait emmené avec lui en guerre à l'étranger. Il a même noté en particulier l'extrait sur l'exécution de Charles I.

Ce n'est pas le seul livre qui peut être considéré comme un livre romantique et historique. On trouve aussi l'exemple de With Wolfe in Canada, un livre qui faisait partie de sa collection. On y trouve toutes sortes d'illustrations, et une description détaillée de la campagne de Wolfe. Le point culminant, c'est la bataille des plaines d'Abraham ainsi que la mort de Wolfe avant que le héros du roman retourne en Angleterre. Mooney a également lu Pitcairn Island: the Island, the People and the Pastor dans une édition qui avait été publié à Londres par la Société pour la promotion de connaissances chrétiennes. Plusieurs églises ont publié divers livres et il semble qu'il avait des goûts assez éclectiques.

Il y avait beaucoup de fiction populaire dans la bibliothèque de Mooney, mais malheureusement, plusieurs ont été détruits. Mais il y a quand même trois romans irlandais notamment Tim Doolan : The Irish immigrant publié en 1869, the Young Hussar , or Lady Iris's Adventure de Thomas Faughnan ou The Last Sentinel of Castle Hill. Tim Doolan et the Young Hussar sont très difficiles à trouver, mais les histoires de leur publication sont très distinctes.

On trouve les chroniques d'une famille immigrante, famille qui a vécu beaucoup de discrimination aux États-Unis avant de venir au Canada. The Young Hussar a aussi ce ton anti américain et donne un exemple ou raconte les expériences de l'auteur. Thomas Faughnan était un ancien soldat canadien, d'origine irlandaise catholique, qui a émigré à Picton en Ontario après avoir servi à Malta et ailleurs. D'ailleurs, Toronto Hunter Rose Press a publié The Life of a British Soldier, un livre qu'il a publié en 1879. Le livre inclut tout un extrait sur l'Irlande pendant la période de 1847 et parle beaucoup du sentiment catholique de l'armée pendant cette période. Le livre a été vendu un peu partout.

D'ailleurs, 29 000 exemplaires ont été vendus. Dans le roman, le héros irlandais est sauvé d'une foule américaine en faisant appel au patriotisme irlandais. Faughnan a fait le contraste entre la civilisation britannique en Irlande et au Canada avec la culture américaine. Le troisième roman lié à l'Irlande qui a survécu, c'est The Last Sentinel de J.A. O'Reilly publié à Londres par Elliot Stock en 1916, un livre qu'Edward Mooney a sans doute acheté pendant qu'il était à l'étranger. Dans le roman, il y a une description détaillée des Irlandais de Terre-Neuve et une élection à Terre-Neuve où on mettait l'accent sur l'identité britannique et le nationalisme culturel irlandais. Il s'agit d'une œuvre historique plutôt que littéraire, et on ne voit pas d'intérêt littéraire particulier dans les extraits.

Je voulais maintenant dire quelques mots à propos de l'économie et des politiques de la bibliothèque Mooney. L'expérience militaire et les intérêts militaires d'Edward Mooney sont reflétés dans plusieurs volumes qu'on trouve dans ces associations. On trouve par exemple Troublous Times in Canada: A History of the Fenian Raids of 1866 and 1870 publiés à Toronto en 1910. Il a sans doute lu et écrit des notes sur le livre de Charles Sarolea qui s'appelle The Anglo German Problem. Dans sa bibliothèque, on a aussi trouvé un exemplaire du livre de Noah Brooks intitulé Short Studies and Party Politics. Edward s'intéressait vivement à l'économie, il était démocrate. Il a lu beaucoup de livres sur le sujet, par exemple, une série de conférences qui ont été données un peu partout aux États-Unis en 1923. Edward a lu tous ces documents très attentivement. D'ailleurs, dans certains livres, on trouve des petites notes par exemple « à lire, la page 167 ». Alors, je l'ai faite. On y trouve ce qui suit : « le changement a été graduel pour ce qui est de passer à un monde militaire à un monde industriel. Il fallait se débarrasser des anciennes lois pour en introduire des nouvelles. Certaines des choses faites sont considérées comme étant des mouvements culturels, mais d'autres personnes les considèrent des mouvements économiques ».

Dans le livre de Wright intitulé The Battles of Labour, on trouve un reflet presque parfait des idées d'Edward Mooney. Dans ce livre, on voit la combinaison de nationalisme impérial canadien et les points de vue socialistes fabian. Je suis content de vous dire qu'il y a un autre livre d'importance pour ce qui est de la distribution des documents britanniques, notamment Fabian Essays on Socialism c'est-à-dire une collection de textes édités par Georges Bernard Shaw.

On y trouve toutes sortes de récits par Sidney Webb, William Clark, Sidney Oliver, Gray Malls, entre autres. Fabian Essays n'a pas été grandement distribué, mais demeure quand même d'une grande importance. On y trouve la promotion de visions anti-nationales.

Dans le livre, on voit aussi que la famille voulait s'identifier à D'Arcy McGee et on trouve aussi des indices que son assassinat avait été bien planifié. Même si ces documents pourraient bien faire partie d'une bibliothèque républicaine, on a quand même publié ces documents pour que la famille puisse l'adopter.

Même si les Mooney sont devenus impérialistes, ils sont quand même demeurés catholiques. Ils servent de bons exemples de ce que Horowitz, Taylor et autres ont considéré des conservateurs rouges. La préservation des livres et l'intérêt soutenu d'Edward Mooney sont exemplaires et montrent que la procédure d'assimilation n'a pas complètement effacé son identité irlandaise.

Merci.

Séance I


Symposium parrainé par :

Ancestry.ca [www.ancestry.ca] Logo: Ancestry.ca

National Archives of Ireland [www.nationalarchives.ie] Logo: National Archives of Ireland