Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Le trèfle et
la feuille d'érable
Le patrimoine documentaire des Canadiens irlandais à Bibliothèque et Archives Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Symposium

Symposium 2006

Symposium d'études canado-irlandaises, septembre 2006

Logiciels gratuits téléchargeables

Ian E. Wilson, Bibliothécaire et Archiviste du Canada, accueillant les présentateurs au Symposium d'études canado-irlandaises

Afin de répondre à l'intérêt grandissant pour le domaine des études canado-irlandaises et de diffuser nos partenariats national et international avec les chefs de file de ce domaine, Bibliothèque et Archives Canada était l'hôte d'un Symposium d'études canado irlandaises en septembre 2006. Le symposium était ouvert au grand public le samedi 23 septembre 2006, au Complexe résidentiel de l'Université d'Ottawa, 90, avenue Université, Ottawa, Ontario.

Cet événement réunissait des spécialistes des études canado-irlandaises de partout au Canada et en Irlande, ainsi que des spécialistes de Bibliothèque et Archives Canada, des National Archives of Ireland et de Parcs Canada. Le symposium a offert l'occasion d'un dialogue fructueux entre les spécialistes et le public, en plus d'encourager l'accès aux sources d'information relative à l'histoire et la culture canado-irlandaises à Bibliothèque et Archives Canada et aux National Archives of Ireland.

Vendredi 22 septembre - visite et réception pour les invités (sur invitation seulement)

13 h-15 h
Visite du Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada

15 h-15 h 30 : Pause, rafraîchissements

15 h 30-17 h : Séance d'ouverture au Centre de préservation de BAC, salle 5P20 : Origines, identités, images
Président : Amy Tector, section des arts littéraires, Bibliothèque et Archives Canada

Documentation pour le Symposium d'études canado-irlandaises

Cormac O'Grada, University College Dublin
The 1901 and 1911 Censuses: A Unique Source for Historians
Lire la présentation complète :
[PDF 38 Ko (en anglais seulement)] Source
Cette présentation décrit de quelle façon des historiens irlandais, spécialistes de l'économie ou des sciences sociales ont, depuis les années 1970, utilisé les formulaires manuscrits des recensements de 1901 et de 1911 pour jeter un éclairage sur le passé. Ces formulaires contiennent des détails révélateurs sur les moyens utilisés par les familles irlandaises pour s'adapter aux changements de leur société. Ces informations ont permis aux chercheurs de s'intéresser à des sujets aussi divers que les transformations de la structure familiale, les influences religieuses et économiques sur les stratégies de contrôle des naissances, le service domestique et le cycle de vie, l'âge où les garçons et les filles quittent la maison familiale, les facteurs déterminant l'exactitude des déclarations d'âge, les taux de mortalité des bébés et des enfants, la modification de la langue et la mort de la langue.

Michele Holmgren, Mount Royal College, Calgary
More Than "Casual Interest" or "Casual Pity": Canadian Memoirs of Belfast
Lire la présentation complète :
[PDF 52 Ko (en anglais seulement)] Source
Charles Foran et Derek Lundy mettent à profit leur connaissance des complexités de l'identité canadienne pour décrire des familles mêlées à l'histoire des agitations irlandaises. Rappelant l'analogie proposée par Helen Buss entre « cartographie » et « autobiographie », Foran (The Last House of Ulster: A Family in Belfast, 1995) et Lundy (The Bloody Red Hand: A Journey Through Truth, Myth and Terror in Northern Ireland, 2006) décrivent les difficultés rencontrées pour prendre leurs distances avec l'histoire de l'Irlande du Nord, l'histoire familiale et l'identité personnelle. C'est à travers leurs voyages en Irlande que les deux auteurs brossent un tableau d'eux-mêmes comme individus et comme Canadiens. Ils partagent avec leurs sujets biographiques le défi de naviguer sur des frontières mouvantes et parfois invisibles, au cœur de scénarios continuellement redessinés et réécrits par l'histoire et les mythes.

Peter Hart, Université Memorial de Terre-Neuve
The IRA and Its Archives

17 h-18 h : Cocktails et réception de bienvenue (foyer du Centre de préservation de BAC)

18 h-20 h : Souper

Samedi 23 septembre - Séances publiques au Complexe résidentiel de l'Université d'Ottawa, 90, avenue Université

Les séances se sont effectuées uniquement en anglais.

8 h 30-9 h : Portes ouvertes

9 h : Accueil officiel
Ian Wilson, Bibliothécaire et archiviste du Canada

Paul Birt ouvrant la première séance du Symposium d'études canado-irlandaises à l'Université d'Ottawa, le samedi 23 septembre 2006

9 h-10 h 30 : SÉANCE I : Mémoire, matériels, médias
Président : Paul Birt, Université d'Ottawa

Elizabeth Grove-White, Université de Victoria
"Let Erin Remember:" Collective Memory and Diasporic Identity

Jim Burant, division du patrimoine visuel, Bibliothèque et Archives Canada
The Visual Record of Irish Immigration in the 19th century

Mark Duncan faisant une présentation portant sur des photographies de Dublin en 1911, lors du Symposium d'études canado-irlandaises; Paul Birt est assis à la table.

Mark Duncan, consultant en recherche, National Archives of Ireland
'...an unbearable truthfulness'? : Picturing Dublin in 1911
Lire la présentation complète :
[PDF 41 Ko (en anglais seulement)] Source
Documents historiques de première importance, bien que sous-utilisés, les photographies nous aident à comprendre Dublin et la vie de ses citoyens au début du XXe siècle. Cette présentation examine l'émergence d'une tradition photographique en Irlande et la contribution de deux importantes collections : la collection Lawrence et la collection Darkest Dublin. Avec chacune leur point de vue et leur raison d'être, elles présentent des perspectives clairement divergentes sur une cité en pleine mutation. Illustrant une réalité marquée par de profondes divisions sociales, elles préservent toutes deux l'apparence physique d'une ville prérévolutionnaire, jetant une lumière sur la vie de milliers de Dublinois, leur travail, leurs jeux et leurs déplacements.

10 h 30-11 h : Pause, rafraîchissements

11 h-12 h 30 : SÉANCE II : Migration, émigration, immigration
Président : Robert McIntosh, Direction des archives canadiennes et collections spéciales, Bibliothèque et Archives Canada

Kevin James, Université de Guelph
Heading Home: Deportation from Canada to Ireland Before 1922
Lire la présentation complète :
[PDF 307 Ko (en anglais seulement)] Source
. . . Les immigrants « indésirables » faisaient l'objet d'une attention considérable de la part de la population et des fonctionnaires au début des années 1900, la déportation étant de plus en plus codifiée, structurée et intégrée dans les systèmes de contrôle de l'immigration. La déportation, telle que pratiquée à cette époque, n'a pas été étudiée attentivement dans une perspective d'ethnicité ou, en termes plus contemporains, de « nationalité ». Cela est dû en partie au fait que les documents d'archives qui nous sont parvenus ne permettent pas de reconstituer en entier des cas individuels, et que les rapports fournissant des données agrégées sur les populations immigrantes sont difficiles à utiliser dans une analyse systématique. Pourtant, les expériences de déportation très diverses vécues par des immigrants de « nationalités » différentes offrent un précieux matériau pour explorer l'intersection entre l'ethnicité, la citoyenneté et les règles sociales au Canada, au début du 20e siècle.

Paul Rouse, University College Dublin
People and Place: Dublin in 1911
Lire la présentation complète :
[PDF 33 Ko (en anglais seulement)] Source
Ceci est l'histoire de Dublin en 1911 -- une ville déjà plongée au cœur de la plus prodigieuse décennie de son histoire, une décennie marquée par la rébellion, l'agitation ouvrière et bien plus encore. Ville de seconde importance au sein de l'Empire britannique, elle était la plus importante dans l'Irlande nationaliste. Le fossé entre les classes sociales et culturelles était colossal. L'immense richesse d'une petite portion de la population contrastait de façon saisissante avec la pauvreté abjecte et la maladie qui accablaient les bas quartiers de la ville. C'était le Dublin de James Joyce, où tradition et modernité cohabitaient dans la plupart des aspects de la vie.

Bruce Elliott, Université Carleton
Settlement patterns and Old World origins: the Canadian Irish in the Atlantic economy

12 h 30-14 h : Dîner

14 h-15 h 30 : SESSION III : Diaspora, diplomatie et État
Président : Richard Brown, Division des archives gouvernementales, Bibliothèque et Archives Canada

Liam Kennedy, Queen's University, Belfast
Belfast in 1911. An Experiment in Research-Led Teaching, Using Census Manuscripts
Lire la présentation complète :
[PDF 29 Ko (en anglais seulement)] Source
Contrairement à la plupart des conférences du symposium, celle-ci s'intéresse à l'utilisation des recensements pour l'enseignement plutôt que pour la recherche. La présentation décrit un nouveau type de cours d'histoire, centré sur l'économie et la société de Belfast en 1911, utilisant des données de recensement mises à la portée des élèves grâce à un site Web spécialement conçu à cet effet. Le défi pour les élèves consiste à se mettre à la place de l'historien, et à utiliser des sources originales, guidés par des sources secondaires, pour « faire » de l'histoire.

David A. Wilson, Université de Toronto
The Fenians in Canada
Lire la présentation complète :
[PDF 31 Ko (en anglais seulement)] Source
Outre quelques notables exceptions, les historiens canadiens ont toujours considéré le fénianisme comme une menace extérieure, et se sont principalement intéressés à la relation entre les raids féniens et la Confédération canadienne. Or, cette perspective néglige une problématique beaucoup plus intéressante, soit celle du mouvement fénien à l'intérieur même du Canada et de ses relations avec les féniens américains qui voulaient affranchir les Canadiens de l'impérialisme britannique, ou envahir le pays, selon le point de vue. Cette approche différente soulève des questions fondamentales à propos des opinions politiques des catholiques irlandais du Canada, de la dynamique propre aux conflits ethnoreligieux, de la mise sur pied d'une police secrète au Canada, et de la réaction de l'État face à une minorité ethnique révolutionnaire, dont les membres les plus militants étaient prêts à utiliser diverses formes de violence physique pour arriver à leurs fins.

Jo-Anick Proulx, lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais, Parcs Canada
Grosse-Île, la station de quarantaine
Lire la présentation complète :
[PDF 143 Ko (en anglais seulement)] Source
Entre 1832 et 1937, 4,3 millions d'immigrants de 43 différentes nationalités arrivent au Canada par le port de Québec, principale porte d'entrée au Canada. Afin d'éviter l'entrée au pays de maladies contagieuses, les autorités décident d'ouvrir une station de quarantaine sur une île à 48 kilomètres en aval de Québec : Grosse-Île. Médecins, infirmières, préposés à la désinfection, télégraphistes, chaloupiers, charretier, etc., œuvrent à soigner les malades, à garder sous observation les immigrants en santé et à désinfecter les navires. En 1847, près de 100 000  immigrants, majoritairement des Irlandais fuyant la Grande Famine, débarquent à Grosse-Île; la plupart d'entre eux sont atteints du typhus. Cette année-là, 5 424 personnes sont inhumées sur le site. Au total, 7 553 personnes sont enterrées dans les trois cimetières de la station de quarantaine. Le lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais témoigne de leur passage.

15 h 30-16 h : Pause, rafraîchissements

16 h-17 h 30 : SÉANCE IV : Table ronde - directions en études irlandaises
Président : Marianne McLean, Politique Stratégique, Bibliothèque et Archives Canada

Peter Toner, Université du Nouveau-Brunswick

Mark McGowan, Université de Toronto
Charting the Future of Irish Studies
Lire la présentation complète :
[PDF 17 Ko (en anglais seulement)] Source
C'est un euphémisme de dire que l'historiographie de l'immigration et de l'établissement des Irlandais au Canada a prospéré depuis la publication, en 1984, de l'étude de Donald Akenson, The Irish in Ontario: A Study in Rural History. Considéré comme l'un des vingt ouvrages les plus importants en histoire canadienne depuis les 50 dernières années, le livre d'Akenson a motivé un grand nombre d'historiens, de géographes, de généalogistes et d'ethnographes à explorer l'histoire peu connue des Irlandais de ce pays. Il en est résulté d'excellentes études sur l'immigration et l'établissement au 19e siècle, la création de collectivités et de sous-cultures irlandaises dans les grandes villes canadiennes, et de remarquables monographies régionales. Malgré cela, il reste encore beaucoup à faire.

Cecil Houston, Université de Windsor

Michael Kenneally, Université Concordia

Pádraig Ó Siadhail, Saint Mary's University
Direction and Directionlessness in Irish Studies
Lire la présentation complète :
[PDF 38 Ko (en anglais seulement)] Source
Les Études irlandaises partagent avec d'autres champs d'études interdisciplinaires le double défi d'obtenir la respectabilité universitaire et la sécurité institutionnelle. Cependant, étant donné la diversité de leurs origines en Irlande et à l'étranger, les Études irlandaises font face à deux défis supplémentaires : fournir un argumentaire intellectuel clair et promouvoir une approche distincte de celle des disciplines traditionnelles s'intéressant à l'Irlande. Une telle approche garantirait, notamment aux deuxième et troisième cycles, que les étudiants reçoivent la formation linguistique requise pour faire leurs travaux, autrement dit qu'ils acquièrent une maîtrise suffisante de la langue irlandaise.

17 h 30 : Mots de la fin
Catriona Crowe, Archiviste principal, National Archives of Ireland

BAC désire exprimer sa gratidude à l'Université d'Ottawa (www.uottawa.ca/bienvenue.html) pour sa contribution.