Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Le trèfle et
la feuille d'érable
Le patrimoine documentaire des Canadiens irlandais à Bibliothèque et Archives Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Dissertations

Ordre public

L'ordre public et les Irlandais du XIXe siècle au Canada

David A. Wilson
Collège de l'Université de St. Michael, Université de Toronto (Ontario)

L'un des aspects les plus surprenants des relations canado-irlandaises en matière d'ordre public est l'écart appréciable entre les perceptions et la réalité. Aux yeux de beaucoup de gens, les Canadiens irlandais sont associés au désordre et au non-respect des lois et ont acquis la réputation de solides buveurs et batailleurs. Si cette façon de voir touche surtout les catholiques, elle peut également écorcher les protestants. Alexander MacKenzie, par exemple, pensait que tous les Irlandais, qu'ils soient protestants ou « papistes », ne valaient pas grand-chose. Beaucoup « d'orangistes », a-t-il écrit, « prêteraient allégeance au pape sans hésiter s'il leur fournissait suffisamment de whisky » [traduction], tandis que les catholiques, à son avis, étaient ineptes, paresseux et violents. Pour en savoir plus »

Le nationalisme révolutionnaire chez les Canadiens irlandais

David A. Wilson
Collège de l'Université de St. Michael, Université de Toronto (Ontario)

Quand Patrick James Whelan a été arrêté à Ottawa en 1868 pour le meurtre de Thomas D'Arcy McGee, les deux principaux détectives et le magistrat de police qui se sont occupé du cas étaient des Irlandais catholiques. L'avocat de la Couronne était James O'Reilly, lui aussi Irlandais catholique de Kingston et, ironiquement, Whelan était défendu par le grand maître de l'Ordre d'Orange, John Hillyard Cameron. Pour en savoir plus »